Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Ce matin, après les courses hebdomadaires et un petit saut dans une pharmacie française, j'ai pris une fois de plus le train pour Bruxelles toujours au tarif super avantageux des seniors en Belgique (4 euros pour n'importe quel trajet belge A/R). Je vais aider bénévolement une bibliothèque liée à un parti politique en encodant des livres nouveaux et anciens, travail que j'affectionne car je crois que je souffre de ce que la Communauté française appelle "la fureur" de lire, on pourrait tout autant dire "la volupté" de lire car c'est tout aussi vrai.
Ce matin en me levant, coup de froid, le départ définitif de Philippe Noiret, acteur pour lequel j'avais plus que de la sympathie un attachement singulier, à son visage, à sa voix unique qui vous arrachait au quotidien et à vos préoccupations, attachement aussi à sa silhouette souvent un peu lourde,  à son air bonhomme   tellement en contraste avec la finesse et la légèreté de son esprit.

De son oeuvre si vaste, ce matin je me rappelle d'abord un film que d'aucuns situeront dans le comique, moi plutôt dans le sentiment "la vieille fille" joué avec Annie Girardot qui fut souvent sa complice, ce que les radios semblent avoir oublié ce matin. Il est vrai qu'elle se bat contre une maladie sournoise et déliquescente tout en continuant au ralenti sa carrière cinématographique.
Je citerai aussi parce que ce film m'a beaucoup plu tant par son sujet que par la façon dont il l'a interpreté, "le facteur" où il joue le rôle de Pablo Neruda en exil avec beaucoup de finesse et de sympathie pour l'homme qu'il y incarne au point que j'ai un peu tendance à imaginer Neruda sous les traits de Philippe Noiret.
 Enfin, j'ai à la maison un DVD de "l'Horloger de Saint Paul" où il exprime une paternité douloureuse et difficile (il est le père d'un assassin) qui envers et contre tout veut comprendre son fils qui au départ refuse de le revoir tant il a honte de son acte.

 Le Père se demande au départ s'il a été à la hauteur dans l'éducation de son fils et finit par se proclamer pleinement solidaire avec lui en ayant mis de côté toute récrimination sur le drame qui les frappe tous deux.

Adios, Philippe, tu fais partie pour moi de ces artistes qui non seulement m'ont fait rêver merveilleusement certaines soirées en regardant un de tes films; j'ai appris en même temps que toi qui en un sens étais l'anti-star, sous une apparence presqu'ordinaire, mis à part ta voix, tu nous as révélé d'une façon tout à fait exceptionnelle la psychologie, la sensibilité, les motivation des personnages que tu représentais. J'ajouterai que tu te considérais comme un artisan très attaché au travail bien fait et même ciselé et quand tu  regardais globalement ton oeuvre, il y a peu de termps tu te disais satisfait des trois quarts de tes oeuvres.Je crois que la postérité te donnera raison.

 

*************************************************************************************

 

Dans Libération de ce jour je lis un article qui rappelle le drame de Semira Adamu chez nous avec le même mépris de la justice pour des victimes innocentes mises à mort dans leur expulsion par des techniques sauvages et barbares. Ici en l'occurence l'homme était tout replié sur lui-même à l'aide de collants genre scotch ou sparadraps comme un paquet poste dont les policiers entendaient se débarasser au plus vite dans l'avion. Le journal ne donne pas la raison de sa mort mais on peut supposer comme pour Semira Adamu qu'il est mort asphxié.

Croyez-vous que le policier ou les policiers abrutis responsables de cette mort, par cruauté barbare et manque de surveillance a ou ont été condamné à une peine exemplaire, mais non six mois avec sursis comme un excès de vitesse ou un petit vol à l'étalage. C'est cela que vaut pour celui que je considère comme un juge indigne la vie d'un homme. A vrai dire s'il faut chercher les responsabilités ultimes, j'aurais bien envie de remonter jusqu'au petit gesticulateur qui veut renvoyer un nombre de plus en plus élevé de sans papier quelques soient les méthodes pour y arriver. Nul doute que ceux qui permettent la transformation d'un homme en paquet pour mieux l'expulser en mettant entre parenthèses sa dignité d'homme portent eux aussi une lourde responsabilité dans la mise à mort d'un innocent. J'estime que la peine  et l'indignité du Ministre de l'intérieur devrait être bien supérieure à celle de son subordonné qui a mis fin à la vie de cet homme sans le vouloir et en croyant sans doute bien faire.

 

********************************************************************************

 Dans le même Libération, j'ai trouvé une annonce bien encadrée,d'une manifestation que j'aurai bien garde d'annoncer ici de protestation contre la détention à Gaza et au Liban de trois soldats Israéliens.. C'est signé par une kyrielle d'organisations juives comme le fanatique CRIF, qui n'arrête pas de reprocher aux beurs d'exporter le drame Palestinien en France.

Personnellement je trouve normal la lutte des résistants et non terroristes Palestiniens contre l'occupant israélienne, je regrette l'usage de missiles qui peuvent tuer en Israel des civils innocents mais comment ne pas condamner en même temps les assassinats ciblés et sans risque du haut des airs des combattants palestiniens. Il y a un lien évident entre ces deux violences dont la plus meurtrière est sans conteste l'israélienne.

Si ces organisations, dont beaucoup, indice aggravant, sont religieuses, avaient défendu la libération de l'ensemble des prisonniers  palestiniens mille fois plus nombreux que les trois Israéliens j'aurais compris leur démarche. Mais quand on connait le nombre élevé démesuré de victimes innocentes de la barbarie de Ta'hal au Liban et à Gaza lié à l'arrestation de ces soldats eux bien protégés par le Hamas et le Heshbollah, la démarche de ces associations juives (il faut bien les appeler par le nom qu'elles se donnent), me semble scandaleuse et immorale et malgré les difficultés financières de Libération de Monsieur Rotchild je trouve qu'il aurait du la refuser. Encore une fois mettons-nous d'accord sur la libération de tous les prisonniers et j'aurai été le premier à manifester avec le Crif ...

 

*********************************************************************************

 

J'ai envie de terminer sur une note plus optimiste en vous renvoyant à un blog sympathique qui a pour particularité qu'il est l'oeuvre de ma petite fille, Justine, qui n'a pas encore dix ans et et qui l'a réalisée seule avec brio. Plutôt que d'en faire moi-même l'éloge, car vous pourriez à juste titre me taxer de favoritisme, je vous invite à faire votre jugement vous-mêmes en laissant par exemple un commentaire qui serait très précieux pour Justine. Voici l'adresse de ce blog :

http://ttttyyyu.over-blog.com

Bonne découverte !

 

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article