Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Décidément la Bavière aussi souvent xénophobe qu'ultra-catholique n'a pas inspiré heureusement Benoit XVI. L'ancien Cardinal grand inquisiteur de la théologie de la libération aujourd'hui en plein dialogue amical avec l'extrême droite catholique sans trop lui demander apparemment de se repentir de ses penchants non seulement intégrises au mauvais sens du mot mais aussi colonialistes voire parfois racistes.
Un monde durablement sans guerre est un monde habité par la justice. Dans le conflit Palestinien le Vatican me paraît tellement "politique" en confondant le respect du à la religion juive, notre mère à tous et le comportement d'un état belliciste et raciste qui abuse de la Thora.
Je suis persuadé que la guerre n'est jamais sainte et que  l'esprit militaire crée bien plus de bouchers-charcutiers que de héros pour ne pas dire zéros.
C'est dire que l'idée de la jihad ne me séduit en rien ; après tout  je ne suis pas musulman même si je respecte le peuple des croyants arabes ou non en particulier pour sa foi collective en un Dieu aussi insondable que mystérieux en sa toute Puissance.
Mais il suffit de jeter un coup d'oeuil rapide sur l'histoire du Christianisme et même de la Papauté pour voir l'importance que les guerres souvent fratricides ont eu parmi les disciples de Jésus et cela en contradiction totale et absolue avec le message de l'Evangile.
Aujourd'hui encore deux nations musulmanes sont attaquées, occupées, humiliées par un Président américainqui se targue d'être un évangéliste et est assisté de nations "chrétiennes".
J'attends de Pierre, successeur du Christ qu'il condamne plus résolument ces guerres injustes contre des nations musulmanes en interdisant par exemple sous peine d'excommunication à des catholiques d'y participer. Nenni ! bien sûr.
Alors qu'est-ce qui est le plus important, de trouver dans des vieux manuscrits la notion de "guerre sainte", d'ailleurs bien plus difficile à définir ou de faire la guerre à toutes époques avec des "God mit uns" qui ne sont pas toujours nazis.
Dieu ne nous jugera pas sur nos paroles mais sur nos actes et à ce propos le Pape a raté une belle occasion de sa taire ou alors qu'il condamne toute violence à commencer par celle blasphématoire qui s'habille du nom trafiqué de Croisade en trahissant le message de Jésus.
Dommage que Gandhi n'est plus des notres. Nous manquons cruellement d'un esprit prophétique et pacisfiste  et pourtant sans concession contre toute injustice nationale ou internationale.
Pourquoi laisser à la jeunesse souvent "laïque"  et déçue du comportement de ses ainés un idéal pacifiste déconnecté des béatitudes avec cette maxime plus belle que toute violence: "Fais l'amour, pas la guerre."

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article