Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

A mon réveil ce matin, j'ai pu écouter un interview très intéressant du secrétaire général de l'ONU, Koffie Annan sur les évènement du Liban, d'Israël et de  Palestine.

On se rappelle qu'au départ il fut choisi avec une forte pression des USA qui espéraient sans doute en faire un serviteur docile de leur politique.

Heureusement peu à peu il a pris ses distances par rapport au pouvoir de Washington. Bien entendu il le fit avec une prudence de sioux qui parflois lui est reprochée; à mon avis c'est le seul moyen qui soit à sa disposition pour infléchir dans un sens plus indépendant la politique de l'ONU.

 

Ainsi ce voyage au Liban et en Israël ces jours-ci où il n'hésite pas à demander à Israël d'arrêter son blocus du Liban tout en demandant au Hesbollah de libérer les deux prisonniers qui ont servi de prétexte au conflit. Contrairement à beaucoup de ministres occidentaux, il n'a pas hésité à réclammer une solution au problème Palestinien, clé de voûte d'une paix durable en cette région et de demander parallèlement à la libération des soldats israéliens celle des ministres et députés démocratiquement élus du Hamas.: une décision courageuse.

Mais Koffie Annan a décidé de continuer ses visites en rencontrant les autorités politiques de Syrie et d'Iran. Le journaliste de la radio périuphérique s'est d'ailleurs permis de presque reprocher au secrétaire général de l'ONU ces deux déplacements. Avec beaucoup d'adresse ce dernier a dit qu'il n'avait d'autre moyen de persuasion à l'ONU que le dialogue. Ainsi  sans blanchir ces deux états de certains aspects au moins équivoques de leur politique il estime de son devoir de les entendre et de se faire entendre auprès d'eux. Ces deux pays souverains ne sont-ils pas membres à part entière de l'ONU.

 

Merci, Monsieur le secrétaire général d'avoir réussi à devenir peu à peu un interlocuteur indépendant du pouvoir qui avait poussé à sa nomination et  de se montrer de plus en plus intransigeant à défendre paix et justice avec et malgré ses faibles moyens.

 

Yvan Balchoy

 

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article