Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


Nous gardions les autos dans une magnifique charmille et nous nous servions de la voiture d'Emile pour aller à Poitiers.

La Richardière était un séjour idéal pour les enfants et, avec un peu de difficulté, on pouvait se ravitailler convenablement. Nous pouvions y être pour longtemps, d'autant plus qu'il était question de l'armistice et que l'on voyait beaucoup moins d'avions.

Mais, le vendredi, vers quatre heures,  nous vîmes arriver dans la propriété un sous-officier français, qui, sans même s'adresser à nous,  visitait la maison et la propriété. Intrigués, nous le questionnâmes, et il nous apprit qu'il était avec sa section d'artillerie dans le plus proche voisinage. Nous pûmes nous rendre compte que le bois voisin, et le chemin du bois étaient remplis de camions et de canons. Le sous-officider nous laissa entendre qu'il y aurait bataille et que les allemands devaient se trouver à une vingtaine de kilomètres.

Moins d'un quart d'heures après, des avions allemands venaient survoler la c
ampagne. Les hommes se cachaient dans les bois, et nous percevions dans l'air  des détonations dues, soit à la D.C.A. ou aux mitrailleuses des avions.

Le moment était angoissant à cause des enfants. Emile nous dit qu'il valait mieux au moins s'écarter de quelques kilomètres, et nous proposa de gagner Savigny. En un quart d'heure au plus, les voitures furent amenés et occupées.

Nous quittions cette propriété que nous avions payée pour un mois et que nous avions le droit d'occuper deux mois au moins. A notre départ,  et sur l'espace d'un bon kilomètre environ, nous dûmes une fois ou deux, nous réfugier dans les bois à cause du survol par des avions, alors que nous étions dans un convoi de camions de l'armée.

Mais, avant de continuer ce récit, j'en reviens à notre séjour à Millebaux et à Mignaloux. Nous allions voir Emile à Mignaloux ; je me rendis naturellement à Poitiers, qui était surpeuplé de belges. Je ne pus voir Monsieur Pierlot qui était sans doute fort occupé, et était fatigué de recevoir des Belges. J'y vis quantité de personnalités, et notamment, les Ministre Janson et Gutt qui me reçurent très aimablement. J'y vis aussi Monsieur Moulard, Camille Huysmans, le Baron , Carton de Wiart, etc, etc ... sans oublier le procureur du Roi,  monsieur Dec. qui se promenait comme une âme en peine ; il faisait pitié à voir

(à suivre)



balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article