Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

A tout hasard, il monta un escalier en spirale à sa droite, atteignit un long couloir dont les murs étaient égayés par des lithographies de bon goût qui illustraient des visages enfantins venant manifestement de tous les pays de monde.

Un écriteau en bois indiquait la fonction des pièces qui donnaient sur ce couloir. Ghislain s'arrêta, rêveur, devant la "bibliothèque". Voilà l'occasion de voir d'un peu plus près de quel bois ils se chauffent, se dit-il, en ouvrant la porte. Il restait persuadé que le bon accueil reçu et l'apparente liberté qui semblait régir la vie commune n'était qu'une façade derrière laquelle se cachaient les vrais buts de la communauté.

     -"Bonjour, monsieur, bienvenue à la bibliothèque, vous y trouverez des livres de tous genres, depuis des romans de cape et d'épée ou des policiers jusqu'à des manuels de théologie et de philosophie. Seulement je vous demanderai de revenir cet après-midi à partir de 15 heures, car nous allons manger et si vous le permetez, je vais vous conduire à notre salle à manger."

Ce simple mot de "salle à manger" résonna dans la tête de Ghislain comme le souvenir des jours heureux de son enfance. C'était un mot qui n'avait aucun sens à la "FLEUR DE LOTUS".

Tandis que le bibliothèque le conduisait au repas, il se demanda une fois de plus où était la faille du "système".

Quand il entra dans la salle à manger, personne ne lui désigna de place attitrée. Le frère qui l'avait conduit le laissa à la porte en l'invitant à choisir le siège de son choix.

Jetant un coup d'oeil circulaire en quête d'une place vacante et d'un regard un peu sympa, Ghislain n'eut que l'embarras du choix.

Jeunes ou moins jeunes, occidentaux, orientaux, sud américains ou africains, la plupart lui paraissaient des voisins très acceptables.

Alors il de dirigea calmement vers la place libre la plus proche et s'assit entre une sexagénaire grisonnante,  alerte et souriante et un jeune homme manifestement originaire du Moyen-Orient.

La dame le salua d'un français teinté d'accent anglo-saxon, tandis que le jeune lui demanda comment il s'appelait dans un français en tous points impeccable.

Tout au long du repas, tellement méridional qu'il eut un peu de peine à s'y faire, Ghislain fut interrogé avec courtoisie sur ses origines, ses études, sa famille, ses impressions sur le midi. Il ne fut pour ainsi dire pas question de la "communauté du Salut".

Pas un mot de prosélytisme ni d'exhortation morale : il aurait pu se croire à une réunion amicale d'un mouvement international.

Pourtant la méfiance inculquée, ingurgitée à petites cuillères des semaines durant à la "FLEUR DE LOTUS" restait sous-jacente en lui, et plus d'une fois il crut déceler un piège latent sous les questions les plus anodines de ses deux interlocuteurs.

C'est ainsi, que lorsque la dame qui s'appelait Kate Roussel lui demanda quelle avait été sa formation universitaire, il crut qu'elle essayait de vérifier s'il était vraiment le "Martin" qui figurait sur ses faux papiers d'identité.

Ils prirent tous trois gaiement le café, puis Ghislain vit venir vers lui celle qui l'avait piloté la veille.

Elle lui demanda d'abord comment il avait trouvé Lasalle. Il eut envie d elui répondre qu'il venait d'y faire une des rencontres les plus enrichissantes de sa vie en rencontrant "Jonathan", mais, de peur de sembler exalté, il se contenta d'un vague :

     -"C'est une cité très pittoresque. J'ai beaucoup apprécié le calme de la place et l'élégance de sa fontaine traditionnelle."

     -"Êtes-vous descendus jusque la rivière qui est aussi très jolie ?",
lui dit alors sa jeune interlocutrice.

Ghislain, toujours méfiant, se demanda si on l'avait suivi. Il décida donc de répondre avec prudence.

     -"Oui, j'ai trouvé très harmonieux le pont qui enjambe la rivière. J'y ai même rencontré un jeune homme avec qui j'ai discuté de la vie au village. C'était très intéressant.

     -"C'est une bonne idée de dialoguer avec les habitants du coin. Nous les inquiétons un peu. C'est normal, nous sommes tellement différents."

(à suivre)

Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article