Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

2)  SYNTHESE ANTHROPOLOGIQUE

Il nous rester à tenter de synthétiser les grandes lignes de l'anthropologie dostoïevskienne.

Même si sa terminologie en est restée au dualisme occidental corps-âme, l'oeuvre du grand romancier russe présuppose en sa profondeur ultime le schéma trichotomique corps-esprit-âme, propre à l'orthodoxie.

N'ayant aucune prétention naturaliste, ni même à proprement scientifique (1) Dostoïevski laisse facilement de côté les réalités

--------------------------------------------------------
(1) Il se renseigna toutefois soigneusement lors de la rédaction de ses oeuvres sur la portée scientifique des faits qu'il raconte. Ses carnets en font foi. Cf. l'introduction de cette étude, page...
---------------------------------------------------------

corporelles sans ignorer leur incidence psychologique. S'abandonne-t-il pour autant au rêve et aux récits d'évasion ?  Il ne fut certes jamais réaliste à la manière des naturalistes français de son époque ou de celle d'un Balzac qu'il appréciait pourtant, puisque sa première oeuvre littéraire fut une traduction d'Eugénie Grandet.

Mais il aimait toutefois s'intituler "réaliste" parce que, selon lui, son art était marqué du réalisme même de la vie.

     -"Je suis un réaliste au plus haut sens du mot, c'est à dire que je montre les profondeurs de l'âme humaine. (2)

--------------------------------------------------------------
(2) Ch Paul Evdokimov, ouv. cité, page 43
---------------------------------------------------------------

Berdiaeff a fait justement remarqué à ce propos que chez Dostoïevski, le monde empirique, les formes extérieures de la vie, l'homme en chair et en os représentent une réalité secondaire au regard de ce qui constitue la profondeur spirituelle de l'homme. (3)  Et le critique russe

--------------------------------------------------------------------
(3) Nicolas Berdiaëv ; L'esprit de Dostoïevski, page 25
--------------------------------------------------------------------

d'esquisser une comparaison entre Dante, Shakespeare et Dostoïevski.
Au Moyen-âge, note-t-il, l'homme est une part objective d'un cosmos rigoureusement hiérarchisé. Dieu et le ciel font partie de cet ordre universel et s'imposent à l'homme du dehors.

Lors de la Renaissance, en s'enfermant en lui-même, l'homme repousse peu à peu dans l'inconnaissable, avant de les nier, Dieu, le diable, le ciel et l'enfer... Mais prenant peu à peu conscience du caractère incomplet de cette vision du monde, l'humanité retrouve l'inquiétude ; au fond de l'esprit humain un monde neuf et irrationnel est apparu. L'homme a alors retrouvé sa dimension spirituelle et les réalités reconnues non plus à l'extérieur comme au Moyen-âge, mais dans les profondeurs ultimes de son esprit. (4) C'est dans ce troisième stade que se situe Fédor Mikhaïlovitch.

Son oeuvre s'inscrit mal dans ce que l'on tend généralement par le "roman réaliste". Il vaudrait mieux le considérer comme un "réaliste mystique" (5) attentif à cette forme d'intelligence fondamentale ou essentielle qu'on trouve plus particulièrement dans la personne du Prince Mychkine (6)

---------------------------------------------------------------------
(4) Nicolas Berdiaëv : L'esprit de Dostoïevski, page 49
(5) Cf. à ce propos l'analyse d'Aliocha Karamazov en cette étude, page.
(6) Cf. l'Idiot, page 521 et la note () de la page...de cette étude
------------------------------------------------------------------------

Au centre de toute l'oeuvre dostoïevskienne il y a la "personnalité" et le "moi". Celui-ci semble tantôt identique, tantôt distinct, voire même opposé à la "personne" : on verra plus loin les jugements de valeurs de l'écrivain à ce sujet.

Deux facultés président à l'ensemble de la vie psychique, le "doukh" (esprit) et le "serdtse" (coeur). Du premier relèvent plus spécialement la vie intellectuelle, même s'il s'apparente parfois aussi à la "Doucha" (âme)  et vise alors l'ensemble de la vie de la personne. Quant au coeur, il signifie tantôt le noyau ultime du sujet personnel, tantôt le centre de la vie affective. Dostoïevski rejoint ici avec l'orthodoxie les théories modernes sur l'affectivité, tact des valeurs en particulier la pensée d'un Max Shéler. Aux yeux du romancier russe comme du philosophe allemand, loin d'être aveugle, l'amour est le principe suprême de la connaissance? L'Amour se réalise au niveau de la couche suprême de la connaissance, il inspire la conscience morale (sovest) et par elle fait connaître l'aspect valorisable de toute réalité.

(à suivre)

Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article