Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY



Au-delà de l’intelligence et de la conscience morale, Dostoïevski discerne deux facultés irréductibles, puisqu’elles représentent à l’état pur deux ordres rationnel et affectif. Nous les présentons également sous une forme synoptique :

 

 

ORDRE DE L’ETRE ET DE LA RAISON

RASSOUDOK (raison)

 

Le dictionnaire traduit ce terme par « raison », bon sens. Chez Dostoïevski il prend une signification originale. Le « rassoudok » est la faculté du rationnel et du nécessaire chez l’homme.

« Le rassoudok…. Est une chose excellente, mais le rassoudok n’est que le rassoudok et il ne peut contenter que la faculté raisonnante de l’homme. (1)

Le sous-sol, page 393

 

Il s’agit on le voit de cette raison raisonnante ou objective que ne voit de l’homme que le « tout fait » ou le « nécessaire ». C’est d’elle que dépend la perception purement passive du réel.

ORDRE DE L’AMOUR ET DU CŒUR

KHOTENE (volition)

 

Volition ou vouloir : ce terme n’est pas d’usage courant ; il appartient plutôt à la langue philosophique. Il est dérivé du verbe « KHOTET » vouloir. Dostoïevski l’oppose souvent au rassoudok dans le « Sous-sol »

Le khotene est l’expression de la vie humaine entière y compris la rassoudok et ses scrupules (2)

(2) Le sous-sol, page 393

Aussi Dostoïevski met-il un lien entre ce « khotene » et cette « natoura » humaine (3)qui agit toute entière par tout ce qui est en elle consciemment et inconsciemment.

La "natoura" exprime la condition plénière d'un être y compris sa "priroda"

»

 

Le rassoudok sait seulement ce qu’il a appris, autrement sans doute, il ne connaitrait rien. (Le Sous sol page 393)

Son objet premier est tout naturellement la raison (razoum). Il comprend également l’appréhension des « zakony prirody (lois de la nature), tout le domaine des « deux et deux font quatre », symbole type des nécessités mathématiques.

 

 

« Un monsieur vous prouvera qu’il faut agir selon les lois du « rassoudok » et de la vérité (istina) (Le sous-sol, page 387)

 

« On veut non pas vous priver, vous dira-t-il mais faire que votre volonté s’accorde volontairement avec vos intérêts normaux, avec les lois de la nature et de l’arithmétique (Le sous-sol, page 397)

 

 

 

 

 

 

La « volition » préside à tout le rationnel en l’homme. Il ne faut pas l’assimiler à l’absurde. Le « khotene » est irrationnel en ce sens qu’il est indépendant su « rassoudok ».

 

« Le khotene peut s’il le veut s’accorder avec le rassoudok…mais très souvent et même dans la plupart des cas, il s’y oppose (Le sous-sol, page 393)

 

 

Le khotene est responsable en dernière analyse du « moi » en tant que celui-ci agit et se fait par lui-même, c'est-à-dire que Dostoïevski y voit l’élément le plus personnel en l’homme. Le cœur est également au centre du « moi » personnel, mais en un sens c’est un donné, dynamique certes, mais lié à la personnalité humaine et doué de besoins inhérents à la « natoura ».

 

Le Khotene, c’est l’irrationnel pur, insaisissable donc, mais il est un « à priori » nécessaire de tout acte volontaire. 

Le "Khotene" se réalise en acte par la volonté. On distinguera avec soin la "svabodnaïa volia" (libre volonté), assimilée parfois, semble-t-il, à la "svabodnaïa sovesti" (liberté de conscience) et par ailleurs à la "svoïe volia" (vouloir propre) capricieux, s'érigeant en absolu qui prétend agir à sa guise, sans se référer à une quelconque donnée objective.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------- 

(3) Pour mieux saisir la différence entre ces deux mots russes qui correspondent à notre « nature » (natoura) et « (priroda), comparons quelques usages de ces deux termes dans les « Carnets de Macha »

 

PRIRODA

« Nous connaissons seulement un trait de la nature (priroda) future de l’être future (souschtchestvo) et de tout ce qui s’impose nécessairement : la priroda.

NATOURA

« Ce sera quand l’homme se régénèrera définitivement selon les lois de la nature (priroda) en une autre nature (natoura) qui ne prendra pas femme et ne convoitera pas. »

 

La natoura exprime la condition plénière d’un être y compris sa « priroda ».

 

En russe « priroda » est un terme courant. Il appartient en particulier au langage scientifique et s’emploie souvent avec « zakon » (loi).

Natoura appartient plutôt à la philosophie et désigne la condition existentielle totale d’un être. La « priroda » ne s’identifie pas formellement à l’être qu’elle détermine. Elle en est un attribut ou bien encore la manifestation en lui d’une propriété qui le situe dans l’ordre cosmique. En revanche « natoura » est souvent synonyme d’être ou de personne, ainsi que le suggère bien la comparaison des deux textes ci-dessus. En chacun d’eux, le même trait eschatologique est évoqué. On remarque que dans le second, « natoura » ne remplace pas « priroda » d’ailleurs lié à « zakon » (loi), mais souchtchestvo, être futur. C’est si évident que Camille Wilczkowski n’a pas hésité à traduire « natoura » par « en un autre être ». Pour la portée religieuse de ce mot « natoura » cf. la troisième section de cette étude, page.

---------------------------------------------------------------------------------


(à suivre)


Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article