Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

C'était certainement à Belle-en-Condé que nous reçûmes le meilleur accueil, chez ce boucher belge. Là, je logeais chez le Doyen avec je ne sais plus lequel d'entre nous. Nous fûmes traités chez le boucher aussi bien que l'on peut l'être. Ces pauvres gens ont du évacuer après nous, et ils ont répondu bien gentiment à la lettre de remerciements que Léon leur a adressé après notre retour en Belgique. Nous étions donc le dix-huit, et le dix-neuf au matin, nous partions pour passer la Seine mais en évitant Rouen à cause de l'encombrement.

Nous nous dirigeâmes donc vers le bac de Duclair en passant par des tas de localités dont je n'ai pas retenu le nom. Dès les dix heures, nous étions au bord de la Seine (bac de Duclair)

Alors que je pensais y trouver une grande foule, il y faisait bien calme et cinq voitures seulement attendaient le passage. Le bac était sur l'autre rive et devait partir à dix-neuf heures.

On nous dit qu'en agitant une cloche, le passeur venait tout de suite moyennant un supplément de vingt-cinq francs. Nous fûmes tous d'accord pour faire sonner, et le bac vint nous prendre. Toutes les voitures passèrent en une fois et , comme nous étions des réfugiés, le passage fut gratuit. Inutile de dire que les hommes de l'équipe reçurent un bon pourboire.

Nous avions éprouvé un grand soulagement, sauf que j'étais toujours sans nouvelles de Camille, de Jeanne et de Georges (1) Nous nous

------------------------------------------------
(1) trois des enfants de mon grand père, mes oncle et tantes.
-------------------------------------------------

dirigeâmes alors vers Lisieux, mais prîmes d'abord une mauvaise direction de telle sorte qu'après dix kilomètres, nous nous retrouvions encore au bord de la Seine. Nous avons regagné le détour, et sommes passés par un petit village où on célébrait les communions des enfants. Nous avons stationné quelque temps, puis, ayant retrouvé notre route, nous avons gagné Lisieux où nous sommes arrivés vers midi.

Il y avait à Lisieux et surtout  ( NDLR sic !)quantité de Belges ; on n'y voyait que des figures connues ; monsieur Laur. s'y trouvait, également monsieur Lamb. de Bastogne, et d'autres et d'autres. Nous y avons dîné à gros prix, et dans des conditions assez inconfortables. J'en ai gardé le souvenir, parce que la salle était traversée par un violent courant d'air. Après une visite à la tombe de Sainte Thérèse, nous avons pris la direction d'Avranches, car Marcelle avait rencontré à Lisieux une dame de Bruges qui lui avait dit de venir chez un de ses cousins, et on s'y était donné plus ou moins rendez-vous espérant trouver là un gîte.




(à suivre)


balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com












Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article