Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY



De guerre lasse, je demandai au maire de nous indiquer tout au moins les moyens d'en sortir, sans rentrer dans la file des voitures. Désireux de se débarrasser de nous, il devint un peu plus aimable, et nous traça un itinéraire qui venait croiser à nouveau la route de Neufchâtel pour reprendre ensuite un chemin sur la droite. C'est ce que nous avons fait. Au croisement, nous avons coupé la file et pris le chemin qui nous avait été indiqué.

Après bien des kilomètres, et le soir venant,  nous sommes arrivés devant un poteau qui nous annonçait le village de Belle-en-Condé. Une voiture de Belges en revenait, et cherchait manifestement un logement. De fait, un kilomètre environ sur notre droite, on voyait des bâtiments fermés. Malgré cela, nous sommes descendus dans le village de Belle-en Condé, et à peine arrivés, je me suis fait indiquer la maison du doyen établie à mi-côte.

J'y trouvai la servante qui fut très aimable, et me dit qu'il y avait deux chambres pour réfugiés, disponibles depuis le matin, mais que le Doyen
était dans le village.

Je redescendis assez satisfait, quand je trouvai mes gens en colloque avec un maire aussi radical-socialiste et aussi peu aimable que celui de Lucy et qui ne voulait loger personne dans sa localité. Il attendait aussi des réfugiés. Les gens étaient beaucoup plus aimables que lui, et une pauvre femme vint même nous offrir un logement, mais tout ce qu'il y avait de plus misérable. Ce qui n'empêche que le geste de cette femme était magnifique.

Nous en étions à nous demander ce que nous allions faire, quand je vis le Doyen qui remontait du village. L'ayant interpellé, il me manifesta tout l'ennui que lui causait l'attitude du maire, avec qui il craignait d'avoir des difficultés.
"Mais, me dit-il, il y a ici un Belge établi depuis l'autre guerre, pourquoi ne seriez-vous pas son parent ?"  Aussitôt, nous nous rendîmes auprès de ce Belge qui habitait précisément en face de l'endroit où nous étions. J'allai de nouveau chez le maire qui en maugréant, n'osa plus faire trop de difficultés.



(à suivre)


Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com












Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article