Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Continuant à descendre le long de ruelles à peines carrossables, il parvint rapidement à un pont qui enjambait la rivière Salendrique dont le lit était couvert d’énormes rochers dont certains avaient plus d’un mètre cinquante de haut sur trois ou quatre mètres de côté. Il descendit vers la rive en empruntant un escalier de pierre et s’assit plein d’admiration devant la beauté du site.

Le moment était vraiment exquis. Assis sur la dernière marche qui conduisait à la rivière, Ghislain cueillait le temps qui passe avec délectation… Du soleil, certes bien généreux, pas trop heureusement. Un petit vent grisant qui vous frôlait la peau comme une caresse de femme. Un fond sonore offert par Dame Nature digne de la plus prestigieuse des salles d’orchestre, chants d’oiseaux, cigales, clapotis des poissons à la poursuite d’insectes, bruissement de l’eau au contact des rochers, tout cela créait une harmonie aussi chantante pour les oreilles qu’elle était éclatante pour le regard.

A ces bruits sommes toute naturels s’ajoutaient la musique d’un piano quelque part en face, les cris d’une colonie de vacances, assez joyeux pour égayer son cœur, assez lointains pour ne pas troubler sa solitude.

A une vingtaine de mètres en amont, jolies fleurs colorées, deux jolies filles traversaient de ci-delà la rivière se jetant de l’eau à la figure avec de grands éclats de rire propres à leur âge qui faisaient doucement écho au plus profond de lui.

Il était simplement heureux goûtant ce paradis terrestre, partagé entre cette merveilleuse réalité qui lui faisait face de toutes parts et tout ce qui dans le temps et l’espace le projetait hors d’ici avec un brin de nostalgie, de tendresse et infiniment d’espoir.

Soudain « IL » surgit devant lui, venant de nulle part, l’Archange, car, pour sûr, c’en était un, jeune, vingt deux, vingt trois ans, blond comme un viking, beau comme un dieu.

Il glissait en équilibre instable sur l’autre rive entre le bord externe d’un petit ruisseau creusé par l’homme dans la pierre, parallèlement à la rivière, à hauteur des maisons et le talus accidenté qui s’écroulait dans la rivière.

Enfoui dans son cocon de paix, la beauté extrême de l’inconnu, dotée d’une séduction presqu’inquiétante lui apparut comme une force si irrésistible qu’il eut peur qu’elle le subjugue sans tarder.

Poursuivant sa route, le jeune homme dépassa le pont élégant que les hommes, il y a bien longtemps, avaient jeté entre les rives et il sortit de l’esprit de Ghislain qui retrouva ses cigales, ses cris d’enfants et les fou-rires des jeunes filles toutes proches, quand, brusquement il sentit une présence brûlante comme du feu tout contre lui : le beau jeune homme venait de s’asseoir silencieusement à ses côtés

Ghislain n’eut pas besoin de tourner la tête pour reconnaître son étrange Archange. Quelques instants de silence conclurent leur acceptation réciproque.
Est-ce lui, est-ce Ghislain qui rompit cette trêve, quelle importance ? Le fait est que le dialogue surgit tout d’un coup en les emportant avec la force et l’impétuosité de la rivière toute proche.

Le mari de Ria comprit de suite qu’il n’y avait aucune place pour les banalités d’usage en guise d’accueil.

Les premiers mots du jeune homme, autant qu’il put les reconstituer plus tard furent à peu près :

     -« J’ai eu envie de vous rencontrer dès que je vous ai vu. »

On sentait que chez lui, le mot « Rencontre » n’avait rien de commun avec ses erzats quotidiens du type : « J’ai rencontré mon boucher, ce matin au marché. »

Cette fois, il s’agissait de la « Rencontre » telle que vécue dans l’amitié, dans l’amour, dans ces évènements irréversibles qui transforment la vie de deux ou plusieurs personnes.

Les questions habituelles : « Comment allez-vous ? », « Comment vous appelez-vous ? », « Où habitez-vous ? » se réduisirent à leur plus simple expression.

En fait, Ghislain avait l’impression d’avoir vécu avec lui depuis toujours, même si les aiguilles de sa montre ne s’étaient, pour ainsi dire, pas déplacées depuis son irruption tranquille.

Ne me demandez pas, ne me demandez pas surtout de résumer ici ce qui se dit entre eux.

Ce qui s’est dit fut prodigieux mais bien moins que ce qui ne fut pas dit et qui pourtant fut partagé de manière indicible.

Brusquement le rideau de l’oubli, qui le coulait de son passé depuis des semaines, s’entrouvrit.

Il n’y avait bien là que lui et Ghislain ; pourtant brusquement ce dernier retrouva autour de lui tous ses amours présents ou passés, toutes ses amitiés, celle d’aujourd’hui et d’hier et même celles qui l’avaient quitté, dit-on, pour toujours. Il retrouvait en même temps tous les lieux sacrés qui avaient fait vibrer son cœur et transformé sa vie depuis cet accident de chemin de fer jusqu’à ce petit atelier d’art à Liège. Tout ce qui avait suivi, en revanche, en particulier à la « FLEUR DE LOTUS » disparaissait comme englouti dans un brouillard salvifique.

Ils étaient tous là, lieux et personnes qui l’avaient façonné, souriant à l’instar de ce bel inconnu qui le regardait avec bienveillance.

Lisant dans le regard de Ghislain son étonnement, tel un prophète, un ange ou un homme d’autorité, l’inconnu prit brusquement la parole.

Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article