Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

La veille du grand jour, Ghislain, en pleine forme physique,  décida de faire un jogging à travers les allées du parc au grand amusement de Marthe qui se contenta de le regarder de loin en claquant des mains à chacun de ses passages.

Le lendemain matin, on le réveilla à cinq heures du matin, il eut juste le temps d'embrasser son amie, encore en chemise de nuit, au sortir de son déjeuner avant de s'embarquer dans une AUDI 80 qui le conduisit à la gare de Lyon ainsi qu'un jeune frère en civil au visage énergique et dur qui allait l'accompagner.

Sur les quais, il aurait été très facile à Ghislain de fausser compagnie à son compagnon, mais l'idée de s'enfuir ne l'effleura même pas. La seule chose à laquelle il pensait vraiment était ses retrouvailles proches avec Marthe, même s'il savait d'avance  combien leurs relations à venir allaient être difficiles.

Lui qui aimait tellement avant un long trajet en chemin de fer se remplir les mains de revues et de journaux, comme s'il avait peur de s'ennuyer une seule minute du voyage, chercha cette fois directement sa voiture comme un touriste sage et discipliné.

Seul un panneau électronique qui affichait simultanément l'heure, la date et la température retint son attention. Il apprit ainsi qu'on était le cinq mai. Deux mois et demi seulement s'étaient passés depuis son arrivée  à la FLEUR DE LOTUS. Il avait eu l'impression d'y avoir vécu plus de six mois.

Dans le compartiment retenu, toutes les places étaient apparemment réservées. Il s'installa comme il la faisait toujours dans le sens de la marche du train, tandis que son compagnon s'asseyait en face de lui en se plongeant aussitôt dans la lecture d'une sorte de "brique" sur les religions orientales.

Melun déjà,  puis la magnifique forêt de Fontainebleau avec ses rochers épars dont il se demandait toujours comment on pouvait y faire de l'alpinisme en pensant aux combien différents rochers de Fréhir près de Dinant à deux pas de chez lui.

Il tenta un instant de casser la glace en interrogeant son sévère cerbère sur ce qu'il faisait avant de rejoindre la communauté. L'autre leva à peine le nez de son bouquin, lui répondit avec ennui qu'il était dans les affaires, puis se replongea dans sa lecture.

Fatigué sans doute plus par le brutal changement de milieu que par le voyage lui-même, Ghislain s'accouda le plus confortablement possible sur deux sièges, ferma les yeux et tenta de piquer un somme.

Quelques secondes lui suffirent pour perdre conscience.

(à suivre)


Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article