Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Dans un tel contexte, leur endoctrinement représentait une tâche plus que facile et deux après-midi suffirent à leur instructeur pour leur communiquer, dans le détail cette fois ce que serait leur mission.

C'est ainsi que Marthe et Ghislain apprirent qu'ils avaient à s'infiltrer sous de faux noms dans la communauté ennemie, à s'y présenter comme des adeptes passionnés et convaincus.

Dès qu'ils auraient acquis la confiance de leurs hôtes, il leur fallait envoyer une lettre anodine annonçant à la "FLEUR DE LOTUS" que la première partie de leur mission était accomplie.

Un ami, présenté officiellement comme un cousin de Marthe, viendrait alors les voir au "parloir" et leur remettrait alors un cadeau qu'il leur fallait remettre à une date et à une heure précise au Grand Prêtre de fleur nouvelle communauté.

Sitôt après avoir remis ce "présent" à ce scélérat, il leuir faudrait s'échapper le plus rapidement possible pour aller se réfugier dans un petit refuge en montagne dont "l'ami" leur aurait remis la clé en même temps que le fameux cadeau.

En temps normal, Ghislain aurait du exiger de connaître  la nature de ce "cadeau" et en quoi il allait nuire à leur nouveau Maître. Aujourd'hui, il ne lui était même pas venu à l'idée de poser quelque question que ce soit, même anodine,  sur les conséquences du geste qui leur était commandé.

Au fur et à mesure, que leur autonomie intellectuelle diminuait, leir santé physique s'améliora sensiblement.

On leur permettait à présent de longues promenades dans le parc, ils passaient un temps fou à admirer les animaux domestiques et à nourrir oiseaux et canards à partir du banc qui longeait le petit étang au bout de la propriété.

Ils étaient tellement absorbés par ce spectacle charmant, qu'ils ne remarquaient pas le frère ou la soeur qui ne les lâchaient pas d'une semelle en se dissimulant à peine.

Un matin pourtant, leur petit train-train quotidien changea du tout au tout.

Sitôt après le petit déjeuner, qu'ils prenaient ensemble dans la chambre de Ghislain, on vint les informer qu'ils devaient rencontrer  vers 10 h le Grand Maître qui allait leur donner sa "bénédiction" car le moment d'agir était tout proche.

Cette fois, le supérieur de la "FLEUR DE LOTUS", tout sourire,  leur fit l'accolade et les félicita de leur courage et de leur détermination avant de les renvoyer en leur offrant à tous deux un parchemin sur lequel était gravé l'anagramme de la communauté.

On leur apporta, sitôt après, de nouveaux vêtements de ville qu'ils essayèrent dans de grands éclats de rire :  en provenance apparemment, d'un magasin chic et accompagnés de faux papier d'identité, très bien faits, ils faisait de lui Martin  Duquesne,  ingénieur diplômé de l'université de Liège tandis que Marthe devenait Lucie Dufour, officiellement psychologue  de la faculté  de Lille et spécialiste des maladies mentales.
Tous deux étaient "célibataires" et, las d'une vie creuse,  "recherchaient"  dans la communauté méridionale un nouveau sens à leur vie.

Bien entendu, ils étaient censés ne pas se connaître et rejoindraient d'ailleurs séparément leur destination.

Les contacts préalables avaient été noués par le frère des relations extérieures. Leur seule intervention à tous deux avait été de mettre leur signature au bas d'un document tapé à la machine.

Ghislain partirait le premier, le lundi suivant,  au train de 13 h 19. Un frère l'accompagnerait jusqu'à Alès d'où un bus le conduirait à la communauté ; il y serait au début de la soirée. Une camionnette l'attendrait à un arrêt de bus car le "monastère" se trouvait en pleine montagne.

Marthe le rejoindrait dès le jeudi. Elle viendrait en voiture avec des "amis", en réalité des frères de la "FLEUR DE LOTUS" déguisés en civil.
On leur avait fermement recommandé de dissimuler le lien qui les unissait sous peine de faire rater l'opération en cours et d'être dénoncés dans leur nouveau milieu.

Ils avaient environ trois semaines pour tenter de se rapprocher du Grand Maître. Celui des deux qui le réussirait le mieux se verrait recevoir le fameux colis à lui remettre, tandis que l'autre aurait pour tâche de mettre au point leur évasion à tous deux via un numéro de téléphone qui leur procurerait  une complicité étrangère destinée à facilité leur fuite vers le petit refuge promis.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article