Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

C'est vrai que spontanément je n'ai pas grande sympathie pour les idées et l'actions de celui qui fut hier le Cardinal Ratzinger, aujourd'hui Benoit XVI.

Je n'ai pas l'intention de ressasser ici des critiques que vous pourrez trouver ailleurs dans ce blog mais, paradoxalement de prendre un petit peu la défense de ce pape controversé à un moment où presque toute la presse le décrie jour après jour.


Il y a quelques jours, le jeune journaliste qui a repris à la RTBF  l'émission "Questions à la une" depuis l'entrée en politique de son prédécesseur, parlait d'un pape qui "crucifie" l'Eglise à partir de ses propos par exemple sur le préservatif ?
Ses critiques sont celles de presque toute la presse en Belgique et sans doute en France.

Je me suis demandé quel devrait être le Pape qui serait au goût des médias d'aujourd'hui.
Un Pape en clergyman qui offre des préservatifs devant le Moulin Rouge ?  Un prélat qui en un temps record autorise le divorce, l'avortement, toutes les formes de contraception, se rallie aux thèses des romans du type "Da Vinci".... ?


Vous allez me dire que je caricature la presse actuelle, je n'en suis pas si sûr.  Ce que je viens d'écrire figure, me semble-t-il, non pas en clair mais en négatif dans beaucoup de critiques faites au Pape allemand.

Certes, je suis d'accord sur les fautes - et le mot me semble léger - que constituent l'attaque grotesque et excessive contre le préservatif, argumentée souvent de contre-vérités scientifiques, l'appui au moins passager donné à une excommunication prononcée en Amérique latine,  pour des raisons proprement scandaleuses, et l'ignorance à peine croyable du négationnisme de cet évêque intégriste relevé de son excommunication sans aucune repentance.


Malgré ces critiques, je ne puis me résigner à désirer ou à accepter un Pape qui pousserait l'amour de son temps et de ses semblables jusqu'à les mimer.
Le Pape est le successeur de Pierre, le premier disciple ou ami de Jésus. Il a pour mission de veiller sur ses frères évêques afin de préserver l'authenticité de la Bonne Nouvelle annoncée par le Christ.

Qui lit l'Evangile voit de suite que l'enseignement du Nazaréen s'il est rempli d'amour de l'humanité est aussi un message exigeant. Jésus n'a pas peur de contredire radicalement les idées forces de l'époque où il vit. Qu'on pense à sa conception de la richesse et de la pauvreté, au paradoxe toujours aussi rejeté des béatitudes, de ses exigences extrêmes en matière sexuelle qui vont pourtant de pair avec un refus de juger aussi fort.

Voilà pourquoi je n'aspire nullement à un Benoit XVI qui se mettrait en mimétisme avec les idées de son époque en croyant ainsi mieux le séduire.  Non, ce que je demande à Benoit XVI et bien sûr à moi-même, c'est d'être présence active et aimante de Jésus de Nazareth en notre époque.

Il est évident qu'il est impensable d'imaginer l'homme de Nazareth se détourner d'une petite fille avortée à 9 ans après avoir été scandaleusement abusée par son beau-père. Je l'imagine prenant cette petite fille dans ses bras et lui expliquant  combien, le Père et Lui-même l'aiment et voient en elle l'image de Dieu que la corruption subie n'a pu effacer.

Oui, je rêve à un Benoit XVI, non à la mode des médias et de leur conformisme obligatoire mais qui soit Témoin, jusqu'à la mort s'il le faut, des valeurs prêchées par le Christ dans l'Evangile,un pape, respectueux comme Jésus de la liberté humaine qui n'entend pas imposer à tous les hommes les exigences d'une Foi qui est à la fois don de Dieu et réponse amoureuse de l'homme.
Nous n'avons pas, nous chrétiens à obliger les athées, les musulmans à vivre comme nous dans tous les domaines de la vie morale par exemple.

Si le pape peut parfaitement ,du jour au lendemain,  ouvrir le sacerdoce aux femmes, exprimer autrement que par la confession individuelle le pardon des péchés dans l'Eglise, permettre le mariage des clercs etc..., il ne pourra jamais sans cesser d'être le porte-parole du Christ autoriser la dissolution d'un  mariage authentique, la recherche assoiffée du profit , de l'argent....le racisme, la chasse aux réfugiés,  toute forme de sho'ah.... ce qui ne veut pas dire, par exemple,  que le divorcé, par exemple, ne reste pas un chrétien comme les autres.
Vous me direz : et  l'Inquisition, les bûchers de sorcières !  Hélas, oui, dans le passé, des papes ont trahi le message de Jésus, raison de plus pour les chrétiens d'aujourd'hui d'annoncer l'Evangile à temps et à contre temps.
Il est évident que jamais je ne refuserai un préservatif qui sauve une vie mais jamais non plus, même pour faire plaisir à un journaliste à la mode, je ne présenterai ce même préservatif , ou l'avortement  comme la solution idéale.
 Je suis d'ailleurs persuadé  que beaucoup d'hommes ou de femmes qui ne partagent pas mes convictions me comprendront.
Pour conclure, si je ne suis pas d'accord avec certaines critiques faites au Pape actuel, je souhaiterais qu'il soit davantage témoin de l'amour du Christ pour les hommes, qu'il ne mette pas sur le dos de ceux-ci des poids qu'il ne pourrait supporter lui-même,  mais aussi  qu'il ne renonce jamais à leur rappeler la voie exigeante mais si libératrice que nous a appris Jésus.
 Il est évident qu'un pape émule de Jésus sera comme son maître un signe de contradiction parmi les hommes. Benoit XVI l'est assurément mais j'aimerais qu'il le soit parfois autrement.
Cependant, avant de le condamner, il me faudrait me convertir moi-même au feu de l'Evangile.

Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com







Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article