Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

II SECTION

LA LIBERTE PERSONNELLE


Jusqu'ici nous nous sommes efforcés d'explorer l'univers personnel à ses différents niveaux dans l'oeuvre de Dostoïevski.
Il s'agissait d'exprimer dans toute sa densité la pensée souvent hésitante et tâtonnante de l'écrivain russe, poursuivant tout au long de sa vie et de son oeuvre la réalisation de son rêve de jeunesse : percer le mystère de l'homme. C'est ce dessein qui explique son oeuvre et même toute sa vie.

Pour percevoir  le message chrétien profond et sérieux du romancier, il faut dépasser l'attitude du dilettantiste. On ne conçoit souvent de son oeuvre que la phénoménologie et l'art littéraire. Trop rares sont les lecteurs qui interrogent sérieusement Dostoïevski comme Albert Camus l'a fait. Ceci fonde l'étude présente en sa deuxième section.

Il s'agit, en partant des textes mêmes de notre auteur, d'essayer de dégager la signification primordiale que revêt chez lui le mot "liberté". Il restera ensuite à en tirer toutes les conséquences. Le rôle concret joué par la liberté dans le Christianisme sera l'objet de la troisième section de cette étude.

"SVOBODA" (liberté), "VELIA"(volonté), "SVABODNAÏA VOLIA" (libre volonté) sont des termes fréquents sous le plume de notre auteur; nous aurons à trier avec soin les différents usages et significations qu'il en fait.

Il suffit de jeter un rapide regard sur leur emploi habituel en notre société. Même si les conversations courantes en sont émaillées, ces mots n'ont pas nécessairement toujours leur sens spécifique, philosophique ou théologique.
Un long travail de tri et d'élimination a été nécessaire pour ne garder en considération que les quelques passages où, sans aucun doute, Dostoïevski compare ou même oppose ces différents mots.

Dans un domaine si irrationnel, toute définition au sens strict est à exclure ; il nous faudra analyser le choix des synonymes ou des antithèses utilisées par l'écrivain.
Commençons par développer les dominantes de l'anthropologie dostoïevskienne. (1)

--------------------------------------------------------------------------
(1) Berdiaëv préfère pour sa part parler de "pneumatologie" et Madaule le rejoint. "A la psychologie traditionnelle qui était comparable à une psychologie euclidienne à trois dimensions; il a substitué une psychologie à "n" dimensions qui n'est plus à vrai dire une psychologie au sens que l'occident,t donnait à ce terme, mais une pneumatologie." (Madaule, ouv. cité p. 116.) Dans une lettre à E.N. Lebedeva, Dostoïevski précise ce qu'il entend par psychologie : "Ce n'est pas seulement le sujet du roman qui est important pour le lecteur mais il y a aussi un certain savoir de l'âme humaine (Znaniéé tchélovetchesloï douchi) que chaque auteur est en droit d'attendre du lecteur." -Correspondance de Dostoïevski, volume IV de l'édition russe, lettre 701 du 8/11/1879.
-----------------------------------------------------------------------------

Celle-ci fut toujours pour lui avant tout la science du spirituel : non qu'il ignore ou sous-estime l'interdépendance considérable des facteurs psychologiques ou physiques, mais il ne les envisage que dans la mesure où ils se répercutent au niveau de l'esprit humain. En envisageant une "pneumatologie" de préférence à une psychologie au sens moderne, Dostoîevskki, une fois de plus, amène une discussion bien actuelle. Elle nous oblige à confronter deux attitudes : celle du chrétien qui ne peut réduire l'homme aux données courantes de l'anthropologie actuelle qui exclut méthodiquement la transcendance et celle du psychologue qui ne veut pas admettre "le spirituel" dans sa synthèse scientifique.(2)

---------------------------------------------------------------------------------------------
(2) Cf  A. Vergotte : Psychologie religieuse, Dessart 1966, page 7
----------------------------------------------------------------------------------------------

Aux yeux de l'écrivain, une liberté, même conditionnée, suppose en l'homme un facteur irrationnel et irréductible au déterminisme. C'est ce facteur qui l'a intéressé directement : il en sera question ici.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article