Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

J'ai eu beau  relire  sur internet les articles consacrés à la tragique libération des  quatre otages français d'un voilier à Djibouti,  et  la mort tragique du cinquième et de deux ravisseurs, je n'ai pas retrouvé ces paroles de Monsieur Morin, Ministre français de la Défense,  que je tiens à vous livrer comme je les entendues à la radio.
Je pense qu'elles sont à ce point gênantes pour la diplomatie française que même la presse hésite à les répéter. Voilà pour l'essentiel ces propos.

"Il n'était pas pensable de laisser les ravisseurs rejoindre avec leurs otages à terre car dans cette zone où les gens vivent dans une si grande pauvreté, les conditions d'une captivité  risquaient d'être intolérables."

En reconnaissant la terrible pauvreté de la zone où vivent les pirates, le Ministre ne risque-t-il pas d'expliquer sinon de justifier leurs actes désespérés à la fois pour tenter de trouver de quoi améliorer leur sort ou bien pour faire parler d'eux et de leurs difficultés à survivre.

Cela ne justifie en rien leurs actes criminels mais l'intervention des marins-soldats français n'était justifiée que si la vie des otages à ce moment-là  était  directement et immédiatement menacée. Je n'en suis pas si sûr que ça ! 
Si la seule raison de l'attaque était, par contre,  l'obéissance servile à une réquisition du chef de la droite française interdisant de laisser les ravisseurs parvenir à la terre ferme,  alors excusez-moi, mais Sarko et sa conception de la grandeur française ne vaut pas plus la vie du père de cet enfant qu'une messe pour Henri IV.

Si nous voulons que diminue ou disparaisse le piratage condamnable, je le répète, je pense qu'une aide financière apportée au peuple Somalien serait bien plus efficace que des navires de guerre dont l'action s'apparente si souvent à mettre de l'huile sur le feu. !

Je rappelle que selon la presse française, avant le  dénouement tragique, la vie des otages n'était pas vraiment en danger sauf en cas d'attaque frontale du voilier, ce qui fut  fait.

Monsieur Morin, qui avez reconnu publiquement la grande pauvreté des populations d'où viennent les pirates, que comptez-vous faire, autrement qu'avec des mitrailleuses pour aider ces hommes et ces femmes à survivre dignement.

J'aimerais entendre votre réponse !





Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article