Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Cette pureté va de pair avec une humilité profonde, un désir d'effacement, la volonté de toujours pardonner à autrui.

     -"Il ignorait la rancune : une heure après avoir été offensé, il répondait à l'offenseur ou lui adressait la parole, d'un air confiant, tranquille; comme s'il ne s'était rien passé entre eux." (1)

--------------------------------------------------------
(1) Les Frères Karamazov, page 18
-----------------------------------------------------------

Ce trait de caractère lui gagne en particulier l'amitié des jeunes (il en était de même pour Mychkine lors de son séjour en Suisse)

Enfin, de coeur et de biens, Aliocha est pauvre, non point de cette pauvreté ascétique et méprisante qui rejette les valeurs terrestres, mais de celles qui  dénote une confiance totale en Dieu. Aliocha ne s'inquiète pas de ceux aux frais de qui il vit ; ce n'est pas par égoïsme qu'il agit ainsi mais par incapacité de donner d ela valeur à ce qui pour lui n'en n'a pas.

Grâce à la sympathie naturelle qu'il inspire, le novice pourrait traverser le monde sans tendre la main. Il se tire d'affaire aisément sans peine ni humiliatuion et c'est un plaisir pour les autres que de lui rendre service. (2)

---------------------------------------------------------------
(2) Les Frères Karamazov, page 19
------------------------------------------------------------------

En raison de toutes ces qualités, sa personnalité exerce un rayonnement salvifique. A son contact les hommes deviennent meileurs et reprennent goût à la vie.
Si Yvan tombe bas, la présence à ses côtés de son frère cadet nous fait espérer son salut. Aliocha est pour beaucoup dans la "conversion" de Mitia. Grâce à lui, Grouchenka et Lise retrouvent le véritable amour dans leur vie. Enfin et surtout, s'il ne peut empêcher la mort du petit Ilioucha, pas plus que Mychkine celle d'Hippolyte, il réussit néanmoins à convaincre ses petits camarades qu'il n'y a là qu'une séparation temporaire à laquelle succèdera la grande joie des retrouvailles au Royaume du Christ.

     -"Karamazov, s'écria Kolia, est-ce vrai ce que nous dit la Religion, que nous resssusciterons un jour, que nous nous reverrons tous et Ilioucha ! - "
"Oui, c'est vrai, nous nous retrouverons tous et Iliocha  ; nous nous raconterons joyeusement tout ce qui s'est passé", épondit Aliocha, moitié rieur, moitié enthousiaste" -
"Oh, comme ce sera bon !" (3)

--------------------------------------------------------------
(3) Les Frères Karamazov, page 816
--------------------------------------------------------------

Grâce à lui, les "Frères Karamazov" s'achèvent sur une note résolument optimiste. Si logiques soient-ils, les blasphèmes d'Yvan sont exorcisés par le joyeux Alicha, alors même que l'évènement final, raconté dans le roman, semble donner raison au jeune révolté.

Cette assurance intérieure, cette conviction, si forte en son coeur qu'elle se communique aux autres, ne lui est pas naturelle, elle lui est née paradoxalement au terme d'une grave crise religieuse.

Nous sommes à une des pages les plus sombres de l'oeuvre, si sombre même que le lecteur pressent le pire piur Aliocha. Le jeune novice vient de quitter tout triste le monastère, peu après le mort de son staretz Zossime; il tombe en chemin sur un ancien séminariste, prêt à jeter le froc aux orties, Rakitine. (4)

---------------------------------------------------------------
(4) Dostoïevski avait un profond mépris pour les anciens séminaristes en qui il voyait des arrivistes orgeuilleux, mais sans valeur, ou bien encore de dangereux propagandistes des courants révolutionnaires, prêts à tout. Qu'on se rappelle le cas postérieur de Staline.
------------------------------------------------------------------

Ce dernier s'efforce de le rallier à son scepticisme mesquin et destructeur.

Tout le monde attendait l'authentification de la sainteté du défunct staretz par des miravles impressionnants? Or v oici qu'au contraire, une putréfaction, plus rapide que de coutume, révèle l'assujêtissement du cadavre aux lois naturelles.Il en résulte, bien entendu, un scandale et une joie mauvaise dans le coeur de bien des gens, heureux de voir le saint rabaissé.
 Le jeune novice est profondément heurté par ce qui lui semble une in justice et l'odieux Rakitine cherche à tirer profit de sa peine pour le pousser à la révolte contre Dieu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article