Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

En dépit de tout  ce qui les rapproche, mis en parallèle avec Aliocha, "L'Idiot" est un personnage pâlot, une sorte de miracle incroyable, trop différent du commun des hommes pour leur servir de modèle.
Aliocha, en revanche, fait penser à ce qu'aurait pu être un Mychkine réaliste à la fois enraciné en notre terre et passionné du spirituel.

Dès le prologue de son roman, Dostoïebski insiste sur le caractère réaliste du héros principal des "Frères Karamazov" : Aliocha.
Jeune novice, vivant alors en un monastère, il nous est présenté comme un jeune homme de dix-neuf ans, bien fait de sa personne, les joues vermeilles et débordant de santé. (1)

---------------------------------------------------------------
(1) Les frères Karamazov, page 23. Signalons qu'A. Gratieux fait sienne l'opinion qui relie la personnalité d'Aliocha à celle de Vladimir Soloviev qui fut, rappelons-le, l'ami intime de Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski durant les dernières années de sa vie ; tous deux séjournèrent ensemble au célèbre monastère d'Optina Poustine. Le romancier aurait donc pensé à son jeune ami philosophe en créant son personnage. Cf. A. Gratieux, ouv. cité, tome II, page 252.
--------------------------------------------------------------------

Homme plus complet, Aliocha est plus divisé également. Subissant davantage l'influence et l'attrait du mal que l'Idiot et surtout l'affrontant plus lucidement, il est bien plus à même de le vaincre.
Sa foi tourmentée ne résulte pas comme celle de Mychkine, de l'évidence immédiate que procure à l'Idiot l'immergence totale au monde spirituel ; elle résulte d'un effort soutenu de volonté. Une telle foi n'est pas une sinécure, car le chemin qui mène à la joie et à la rencontre totale avec l'idéal passe nécessairement par l'absurde et le doute. Aliocha a ses moments de faiblesse. On a beau l'appeler "l'ange" ou "le chérubin", il sait bien qu'en lui se cache une force violente et brutale.
S'il parvient d'ordinaire à la maîtriser sous l'Esprit de Dieu, il avoue cependant qu'en de rares occasions le "vieil homme" n'est pas loin de prendre le dessus. Ne confie-t-il pas un jour à Lisa :

     -"Je suis un moine... or je ne crois peut-être pas en Dieu." (2)

-----------------------------------------------------------------------
(2) Les Frères Karamazov ,page 239
-------------------------------------------------------------------------

Un tel aveu, échappé dans un moment de découragement n'est pas à surestimer, mais il est tout de même révélateur d'une certaine faiblesse intérieure.

Doué d'un excellent tempérament, Aliocha est l'artisan résolu de son propre destin. Son adhésion à Dieu est le fruit d'un choix délibéré. Avant d'apporter son salut aux autres, il a du le conquérir de haute lutte en optant librement pour l'idéal évangélique. Ce choix primordial, une fois accompli, il n'est pas homme à s'arrêter  à mi-chemin ; il veut pousser son adhésion en Christ jusqu'à ses ultimes conséquences :

     -"Le jeune homme était bien de notre époque, c'est à dire loyal, avide de vérité, la cherchant avec foi et, une fois l'ayant trouvée, voulant y participer de toutes les forces de son âme, voulant des réalisations immédiates et prêt à tout sacrifier à cette fin, même sa vie...
Aliocha avait choisi la voie opposée à toutes les autres.
Aussitôt qu'il se fit convaincu, après de sérieuses réflexions, que Dieu et l'immortalité de l'âme existent, il se dit naturellement : "Je veux vivre pour l'immortalité, je n'admets pas de compromis..."  Il paraissait étrange et impossible à Aliocha de vivre comme auparavant. Il est dit : "Si tu veux être parfait, donne ce que tu as et suis-moi."
Aliocha se disait : "Je ne puis donner, au lieu du tout, deux roubles et au lieu du "suis-moi", aller seulement à la messe." (3)

--------------------------------------------------------------------------
(3) Les frères Karamazov, page 24-25.
-------------------------------------------------------------------------

Voilà pourquoi le jeune homme s'est fait novice dans un monastère et s'est soumis, corps et âme, à un vieux starets, serein et joyeux afin "grâce à ce moyen millénaire de régénération morale" de passer de l'esclavage du péché à la liberté. (4)

--------------------------------------------------------------
(4) Les Frères Karamazov, page 27
--------------------------------------------------------------

A ce caractère décidé, le jeune novice joint une simplicité exemplaire :

     -" Arrivé à vingt ans chez son père, dans un foyer de basse débauche, lui, chaste et pur, il se retirait en silence  quand la vie devenait intolérable, mais sans témoigner à personne ni réprobation, ni mépris... Depuis son enfance, Aliocha avait toujours été aimé de tout le monde.... Un seul trait de son caractère incitait fréquemment tous ses camarades à se moquer de lui, non par méchanceté, mais par divertissement : il était d'une pudeur, d'une chasteté exaltée, farouche... Ses camarades faisaient parfois cercle autour de lui, écartaient ses mains  de force et criaient des obscénités... Aliocha supportait l'offense en silence et sans se fâcher. A la fin, on le laissa en repos et on cessa de le traiter de fillette. (5)

-----------------------------------------------------------------
(5) Les frères Karamazov, page 17-18
----------------------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article