Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Ghislain haussa les épaules pour tenter de lui faire partager son scepticisme, mais elle ne l'écoutait plus.

Quelques instants plus tard, énervé par son inactivité forcée, en fouillant attentivement son veston, il finit par retrouver dans la doublure d'une de ses poches un mini-crayon; il n'avait pas de papier, soit !

Il arracha rageusement la feuille de garde d'un des ouvrages qu'on lui avait laissés et tenta de rassembler sur papier ses idées pour l'instant si confuses.

Il avait l'impression qu'en sa tête les idées fusaient de toute part, mais dès qu'il tentait de les figer sur papier, l'inspiration s'arrêtait lamentablement et au bout de deux, trois mots voire parfois une phrase, il séchait lamentablement.

Manifestement quelque chose ne tournait pas rond dans sa tête.

Lui, qui n'avait jamais eu de problème pour noircir du papier, même si sa plume avait été souvent plus féconde que profonde, il était comme paralysé intellectuellement. Soudain il frissonna d'angoisse. Et si c'étaient les premiers symptômes de ce délabrement intellectuel dont Marthe lui offrait un stade plus
avancé ?

Jusqu'à présent, il avait réussi à garder intact son sens critique, c'était l'essentiel. Le jour où ce potentiel sera lui-même atteint, il sera foutu.

Brusquement il ressentit l'envie, le besoin d'écrire un poème par défi pour se prouver à lui-même que sa tendresse pour Marthe était capable de lui rendre sa fécondité intellectuelle et affective.

Il imagina un dialogue entre lui et son ami d'enfance, Jean-Pierre, perdu de vue depuis longtemps en imaginant qu'ils se retrouvaient brusquement au coin d'une rue.

Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com


    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article