Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Il est donc permis de conclure que la rédaction définitive, tout comme les carnets,  répond aux préoccupations qui guidèrent Dostoïevski lorsqu'il entreprit de composer l'Idiot : représenter un homme qui évoque irrésistiblement par tout son être et tout son agir la figure de l'Homme-Dieu. Ainsi Mychkine semble bien "n'être entré dans la société des hommes" que pour leur révéler, à l'instar du Christ, le pardon divin (1) Toute sa personne rappelle existentiellement l'image du Maître et l'esprit de l'Evangile

----------------------------------------------------------
(1) L'Idiot, page 92
-------------------------------------------------------------
  : ce qui explique le  contraste existant entre lui et les autres personnages du roman. Il y a en lui un reflet de cette "beauté" dont le romancier aime à rappeler "qu'elle sauvera le monde". (2)

----------------------------------------------------------------
(2) L'Idiot, page 464 ; Dostoïevski aimait donner au Christ le titre de "Beau".
------------------------------------------------------------------

  A l'instar du Christ, le Prince a foi en la force de l'humilité (3)

--------------------------------------------------------------------
(3) L'Idiot, page 481
------------------------------------------------------------------------

Sa douceur de brebis vient à bout de toutes les colères et de toutes les haines (4) En un mot, il ne semble vivre qu'en fonction du monde

------------------------------------------------------------------------
(4) L'Idiot, page 143
-------------------------------------------------------------------------

spirituel. En cela, son comportement s'écarte tellement de la norme habituelle de son milieu de vie que ses contemporains le prennent le plus souvent pour un "Idiot", d'autant plus qu'il a souffert autrefois de maladie mentale.(5) Mais il est rentré guéri de Suisse

------------------------------------------------------------------------
(5) D'où le titre du roman. L'idiotie de Mychkine est réelle si on se réfère au sens étymologique du terme grec "IDIOS" : particulier, original. Aglaé le lui fait remarquer : "Si vous êtes effectivement malade d'esprit ...je l'entends d'un point de vue supérieur ; l'intelligence principale est en revanche plus développée chez vous, car il y a deux intelligences : l'une qui est fondamentale et l'autre qui est secondaire." (L'Idiot, page 521) Par intelligence fondamentale, sans doute faut-il entendre l'intelligence métaphysique et religieuse ; par la secondaire, l'intelligence pratique, peu développée en fait chez le Prince et il le signale sans rancoeur à ceux qui ne voient en lui qu'un pauvre niais.

  -"Sans doute, la maladie m'a autrefois éprouvé au point de me rendre presqu'idiot. Mais je suis à présent guéri. depuis longtemps (6)

-----------------------------------------------------------
(6) L'Idiot, page 608
----------------------------------------------------------------

Mychkine ne se sent pas à l'aise dans ce monde matériel où il est plongé malgré lui. Gauche et maladroit, il y offre le type même de l'inadapté.

     -"Parfois l'envie prenait le Prince de s'en aller n'importe où, de disparaître complètement. Il souhaitait une retraite sombre et solitaire, où il resterait seul avec ses pensées."  (7)

----------------------------------------------------------------
(7) L'Idiot, page 420
--------------------------------------------------------------------

Il poursuit sur terre, dirait-on, un rêve sans fin. Ne voulant du réel que ce qu'en retiennent ses yeux candides et purs, il transpose parfois indûment le monde idéal que son esprit, pour ainsi dire, ne quitte jamais, dans la banalité quotidienne. Mais pour un homme tel que lui, imagination et réalité n'est-ce pas tout un ? D'ailleurs l'innocence des enfants, au contact desquels il a tant vécu lors de son séjour en Europe, le confirme dans ses convictions. Le paradis du Christ existe déjà sur terre. Seuls ceux ont gardé la pureté des petits ont la possibilité d'y participer, à l'exclusion des adultes. Mais Mychkine n'a rien d'une grande personne. Il est enfant à vie.

     -"Selon Shneider (8) j'étais moi-même un véritable enfant dans toute l'acception du terme. Je n'avais d'un adulte que la taille et le visage ; mais quant au développement de l'âme, au caractère et peut-être même à l'intelligence, je n'étais pas un homme. Je ne le serai jamais ... même si je devais vivre jusqu'à soixante ans." (9)

----------------------------------------------------------------
(8) Le médecin qui l'a soigné en Suisse
(9) L'idiot, page 90
-----------------------------------------------------------------

En Suisse, il avait fondé avec les gosses du village où il résidait, une sorte de fraternité d'allure paradisiaque ; il ne pourra jamais se détacher du bonheur éprouvé là-bas. Toujours et partout désormais, il cherchera à retrouver la joie d'avant le péché.


Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com








Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article