Catégories

Publié par BALCHOY



LA COUR DES MIRACLES

Femmes Maghrébines,
C'est vos enfants qu'on assassine !
On les traque dans les quartiers,
On les bat sous votre nez.
Et loin d'imaginer une cabale,
Voici la rumeur, l'opinion générale:
Ne crions pas au malheur,
La justice frappe un dealer !

De votre justice implacable,
Méfiez-vous, braves contribuables !
Force est de constater l'extrême efficacité
de l'arsenal de police et des autorités.

S'agit-il d'imposer justice à des paumés,
Plus besoin d'enquête !
Revolver au poing, les justiciers font la fête,
Armés de matraques et bien organisés.
Tous en coeur, ils crient sus aux révoltés !
Pour les jeunes du quartier,
La marmite a débordé.

La cour des miracles s'est constituée.
Une fois de plus l'Histoire s'est répétée,
Un nouveau germinal démarre.
La justice des nantis se prépare.

Femmes maghrébines !
C'est vos enfants qu'on assassine !
Rappelez-vous des femmes
Des enfants des mines !
Lorsqu'on épuisa le charbon,
Que nous a-t-on proposé, la drogue et la prostitution
Voilà pour parler de l'argent blanchi
Des banques et des institutions.
Alors de grâce ne venez pas me parler
De justice et d'éducation,
Ne venez pas jeter la pierre
A ceux qui sont dans la misère.
Nous les femmes des quartiers
Nous ne pouvons pas payer
Cent millions de caution
Pour blanchir nos fils qui sortent de prison.
Nous n'avons que nos mouchoirs pour pleurer
Devant l'injustice des autorités.

Carmen  Perez

 

Commenter cet article