Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

En suivant son gardien, Ghislain se sentait de plus en plus inquiet sur le sort qui l’attendait. Ils arrivèrent bientôt à un petit local – on aurait dit un parloir de couvent -  où on le laissa seul de longues minutes. La pièce était meublée de façon austère, une table en bois blanc et deux chaises rustiques qui se faisaient face. Sur la table, une petite télé qui lui parut allumée, bien qu’aucune image n’apparaisse sur l’écran. Un ordinateur était relié au moniteur.

    -« Patientez quelques instants, le frère Aurore vient de suite. »

Sans doute l’attente ne fut-elle pas bien longue, mais elle lui sembla une éternité.

Celui qui apparut brusquement dans l’encadrement de la porte, en dépit de sa longue robe blanche qui lui donnait une sorte de respectabilité, avait une « sale gueule ». Il était grand, bien bâti, mais son visage portant les stigmates de la petite vérole, reflétait une dureté impitoyable si peu en harmonie avec l’esprit de non violence partout prêché dans la communauté.

    -« Frère Jacinthe, je vous avoue que certains de vos propos et pire, certaines de vos attitudes, laissent planer plus que de ’incertitude sur vos intentions réelles. La « FLEUR DE LOTUS », comme tous les groupes dits à tort marginaux dans notre société matérialiste ne cesse de faire l’objet de menaces, le plus souvent anonymes, qui nous obligent à la plus grande prudence. Il y a quelques jours, nous avons reçu la visite d’une jeune fille se disant intéressée par notre idéal, en réalité envoyée par une église orthodoxe de l’est. Nous l’avons heureusement démasquée et vite mise hors d’état de nuire. »

Ghislain se rappela les propos de l’archimandrite de Paris. Ainsi leur messagère avait été « brûlée » dès son arrivée. Nul doute qu’il était déjà suspect lui aussi. Il devait jouer serré.

    -« Qu’entendez-vous par là ? Qu’est-il donc arrivé à cette jeune fille ? »

    -« Vous êtes bien curieux, jeune homme, - tiens, se dit Ghislain, me revoici laïcisé – moins vous en saurez et mieux vous vous porterez.
A présent, vous allez, si vous le voulez bien, répondre à une batterie de tests qui ont pour but de mesurer votre sincérité et votre comptabilité avec nous. A chaque question qui vous sera posée vous répondrez par « oui » ou par « non » ou s’il y a plusieurs options par le numéro de celle que vous choisirez. Le reste, nous nous en chargeons. Vous avez à répondre à cent questions en moins de rente minutes. Votre rapidité ou votre lenteur à afficher votre réponse nous est une aide précieuse pour vous tester. »

Il appuya une touche du clavier et une première question apparut aussitôt sur l’écran :

    Notre communauté vous intéresse
1) pour son idéal
2) pour trouver en vous la paix intérieure
3) pour transformer l’humanité.

Ghislain avait une envie folle d’ajouter une quatrième question à laquelle il aurait souscrit les yeux baissés   « Pour découvrir ce qu’est une société de fanatiques imbéciles », mais ; bien entendu, il cocha le deux en s’imaginant que c’était la réponse souhaitée par son gourou.

Les autres questions se concernaient de plus en plus sa vie intime.
Ainsi la question vingt-sept :

    -« Quand un désir érotique vous assaille :

1) Vous tentez de vous en débarrasser en vous livrant à votre sport favori
2) Vous vous plongez dans la méditation transcendantale.
3) Vous demandez conseil à un ancien de la communauté.

Tiens, se dit Ghislain, ils n’osent même pas imaginer qu’on puisse tenter de le satisfaire par la masturbation ou la compagnie d’une charmante sœur en soif elle-aussi de tendresse. Enfin, il faut leur jeter de la poudre aux yeux, je vais choisir la réponse « deux » en espérant qu’elle leur conviendra.

Il jeta un coup d’œil au cadran de l’horloge murale, déjà 13 minutes, il ne pourrait jamais terminer dans le temps imparti. Tant pis, il se décida à répondre à toute allure aux questions restantes.

Il y fut question de convictions politiques, de pratiques religieuses, de l’obéissance absolue, du renoncement à l’argent, même gagné par son travail au profit de la communauté.
Ghislain mettant en parenthèses ses convictions, répondit toujours en fonction de son plan : se faire accepter par ce groupe fanatique qu’il découvrait de plus en plus comme une meute de loups déguisés en agneaux.

Quand son sévère interlocuteur revint pour ramasser la copie, il jeta sur frère Jacinthe un regard plus que suspicieux en lui donnant sans aménité un second rendez-vous d’ici une heure.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article