Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Une mère de famille, mère de deux enfants,  acculée à l'expulsion se jette du troisième étage de son immeuble au moment de devoir quitter son logis.
Le Préfet du département à qui on devrait octroyer le prix PONCE PILATE  lui reproche de n'avoir pas été aux rendez-vous que des services sociaux lui avaient proposés.
Cela me rappelle un Ministre de l'Intérieur de mon pays, libéral bien entendu, qui reprochait à un congolais, mort de s'être étranglé avec les chaînes que des policiers sans humanité lui avaient mises autour du cou, de n'avoir pas remis à son Ministère les papiers, que, paraît-il il avait, et qui lui auraient permis de rester en Belgique.

Pour quelle dette, cette femme, mère de famille, apparemment seule, a-t-elle été expulsée alors que ces derniers temps avec la bénédiction de Sarkosy, de son Ministre des Finances, Madame Lagarde,  la fausse gaffeuse, soucieuse surtout du bien des nantis,Bernard Tapie, l'ancien industriel et homme politique  à travers une procédure judiciaire exceptionnelle, sorte de scandaleuse privatisation du service nationtal de la Justice,  conçue pour aider riches  puissants, reçoit au détriment de l'Etat de somme de plus de 400 millions d'Euros (selon M. Bayrou, j'avais lu personnellement un peu plus de 200 millions) soit plus de 16 milliards de francs belges.

Cette somme correspond au montant des franchises médicales de tous les français pendant plus de six mois !
Monsieur Tapie,  à mes yeux et ceux de beaucoup de vos compatriotes, vous perdez votre ancien capital de sympathie ou ce qu'il en reste et  devenez  ainsi l'auteur du plus gros "hold up" moral et social sur le le Bien public.  J'espère que désormais on ne vous verra plus sur le petit écran jouer au justicier,  vous qui vivez à présent des fruits d'une injustice organisée avec la complicité d'un Etat aux mains d'un clan.



Ce qui est clair, c'est que le chef d'Etat ne connaît pas, n'est pas l'ami de cette pauvre femme pour qui un tout petit pourcentage de la somme accordée trop généreusement à l'ancien homme d'affaires  au passé trouble aurait gommé tous ses problèmes.

Aujourd'hui le même Sarko via sa ministre de l'Intérieur pénalise durement un responsable de la sécurité qui a laissé des Nationalistes Corses s'en prendre pacifiquementà Monsieur Clavier, un autre de ses grands amis. De très nombreux autres corses ou non corses sans aucun doute ont souffert des dommages bien plus graves que l'occupation passagère d'un jardin :   plastiquages et parfois mêmes assassinats.
L'apartement de Madame Royale a été cambriolé plus d'une fois, la réaction du Pouvoir a été bien molle sinon équivoqie à la limite de l'accusation insidieuse contre elle. Mais elle n'est pas, c'est sûr, du clan Sarko !

Loin de moi d'approuver dans les actions répréhensibles ou criminelles, de Nationalistes violents même si je suis persuadé pour l'avoir vu de mes yeux, que eux la Corse serait  sans doute bétonnée et abîmée comme la  Côte d'Azur. 
Mais dans ce cas précis, ils ont été plutôt modérés pour attirer l'attention sur une cause en principe assez juste :empêcher que via la hausse de l'immobilier peu à peu une grande partie du territoire Corse soit accaparée par  une minorité de riches français continentaux ou étrangers au détriment des simples gens corses.

Comme l'a dit très justement monsieur Bayrou cette révocation sévère à propos d'une affaire concernant un ami intime du chef de l'état peut-être appelée le "fait du Prince" et rappelle étrangement l'ancien régime.


Elle ne portera pas bonheur au Pouvoir actuel de l'Elysée qui de plus en plus en Corse comme dans l'Affaire Tapie considère la France comme une affaire privée corvéable à merci quand il s'agit des petits (n'est-ce pas Madame la Ministre de la Santé) et à protéger par tous les moyens, comme cette ignoble bouclier fiscal, qui souille la politique sociale de la France. (tandis que  le Medef avec impudeur demande la suppression du petit impôt sur la fortune qu'il faudrait multiplier par dix )

Si j'étais à la place de M. Clavier je vendrais bien vite une propriété qu'on ne pourra pas éternellement garder sous la protection d'une gendarmerie-police (privée ?) au service des plus riches et qui risque désormais d'être mise à mal par les nationalistes.
Et si j'étais, Monsieur Tapie, je ne serais pas fier d'être le bénéficiaire d'un si mauvais coup fait à la "Liberté, Egalité, Fraternité" de notre pays.

Je voudrais à la fin de cet article, penser à ces deux enfants, dont la mère est morte, victime de la secte du  Profit qui fait qu'on peut expulser quelqu'un sans lui trouver  EFFECTIVEMENT auparavant une solution viable. Le droit à avoir un toit sur sa tête est plus important, Monsieur le Président, que le droit de propriété.
Je rêve à une justice, vraiment indépendante, même et surtout de Madame Dati, qui obligerait l'Etat français qui n'a pas rempli ses obligations essentielles en cette affaire,  à dédommager ces deux enfants de la perte irremplaçable de leur maman.

Mais, bien entendu, Sarkosy n'ira pas à l'enterrement de cette femme victime de l'adoration  de ce Veau d'or, vénéré par le pouvoir actuel en France,  qui est vraiment tout le contraire du message de Jésus Christ et la justification totale de MARX et d'Engels.

 Je repense au cri du grand Voltaire contre la religion  meurtrière de son époque : "ECRASONS L'INFAME"."
A mon humble avis ce cri reste plus actuel que jamais!





Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sandrine 03/09/2008 11:41

Oui Yvan. Les services sociaux en France, lorsque l'on sent que l'on coule, que l'on ne peut plus, vous explique que un seul enfant, pas de crédit et mariés, vous n'avez droit à rien. Alors, vous entendez aussi, vous ne gagnez plus assez pour payer votre loyer, et trop pour un logement social. Que faire dites vous pleine d'espoir? RIEN: Nous ne pouvons rien, c'est la loi. Pour l'avoir vécu et compris, oui, une pensée à ces deux enfants, qui ne pourront voir dans ce drame que la perte de leur maman; et un système qui ne fera toujours qu'aller de pire en pire.... Merci