Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

3 )   K I R I L O V

 

 

Comme l’a fait J. Madaule, on peut grouper l’ingénieur Kirilov, personnage des démons et Yvan Karamazov sous une rubrique commune : les hommes d’une même folie : la même passion déréglée de la liberté. (1)

 

------------------------------------------

J. Madaule : Dostoïevski.

 

La révolte de Kirilov dépasse sensiblement celle d’Yvan Karamazov et de Versilov.Elle va le mener un suicide révélateur de la désintégration de sa personnalité. IL n’est plus question cette fois du bris d’une icône ou d’un dédoublement démoniaque mais sa désintégration personnelle éclate au grand jour quand il se fait sauter la cervelle.

 

Avant d’être l’homme d’une folie, l’ingénieur athée est celui d’une idée qui le « possède » à un point tel qu’elle l’accapare tout entier et le détourne du monde réel en paralysant sa volonté (2)

 

--------------------------------------------------

(2) Les démons page 123 ; cf. cette étude page  

 

Pour la réaliser, il est prêt à tout, même à l’abjection.

 

Pourtant les traits de caractère qui le rendent sympathique ne manquent pas. Bornons-nous à citer l’amour des enfants ainsi qu’un sentiment fort élevé d’altruisme et de dévouement à son prochain. Lorsque la femme de Chatov est prête à accoucher, Kirov répond avec tant de générosité à sa demande de secours que lui adresse son ancien ami, que celui-ci, tout ému, s’écrie :

 

            -« Kirov, si vous pouviez renoncer à votre épouvantable fantaisie, envoyer promener votre athéisme, quel homme vous feriez. »  (3)

----------------------------------------------------

(3)Les démons, page 598

 

La passion dont souffre notre homme l’isole et fait son malheur. Son cœur pur et bon est paralysé par un esprit froid et dur, tout subordonné à la réalisation de son idée.  Voici à nouveau l’éternel conflit Dostoïevskien entre cœur et raison, vérité et amour.

 

D’abord expérience mystique, l’idée devient ensuite conclusion logique. De quoi s’agit-il ? Kirov a cru expérimenter au-delà du temps le bonheur paradisiaque que les hommes attendent généralement après leur mort.

 

            -« Il y a des instants, ils durent cinq ou six secondes, où sentez brusquement la présence de l’harmonie céleste. Ce n’est pas du terrestre ; je ne veux pas dire que cela soit céleste ; mais que l’homme sous son aspect terrestre est incapable de la supporter. C’est un sentiment clair, indiscutable, absolu ; vous saisissez tout à coup la nature entière et vous dites : oui, c’est bien ! C’est juste ! C’est vrai !

Ce n’est pas de l’attendrissement… C’est bien autre chose, c’est de la joie… Vous ne pardonnez pas… Ce n’est même pas de l’amour, c’est supérieur à l’amour ; le plus terrible, c’est épouvantablement clair … Pour supporter cela dix secondes, il faudrait se transformer physiquement. (4)

 

--------------------------------------------------

(4) Les démons page 619

---------------------------------------------------

 

Une telle sensation d’harmonie est bien équivoque ; Chatov met Kirilov en garde en lui rappelant les sentiments curieux que ressent l’épileptique dans les secondes qui précèdent immédiatement sa crise.

Mahomet ne disait-il pas qu’il avait le temps de faire le tour du paradis à cheval avant que sa cruche ne se vide. Mais l’ingénieur fou n’a cure de cet avertissement. Les moments extatiques, si courts soient-ils l’ont convaincu une fois pour toutes que le bonheur n’est pas cette vie future éternelle qu’espèrent les chrétiens, mais la saisie, au-delà du temps, de l’éternité de l’instant.

 

            -« Vous arrivez à des temps où le temps s’arrête soudain et le présent devient éternité… Dans l’Apocalypse, l’ange jure que le temps ne sera plus. (5)

 

----------------------------------------------

(5) Les démons, page 250


Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article