Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Déchiré par toutes ces contradictions internes, Yvan se tourne alors, tout révolté, vers Celui qui est, dit-on, la cause de cet amour et de cette haine qui lui brûlent le cœur. Il ne sait pas s’il est croyant ou athée. Peu importe, mais il entend au moins se rebeller contre ce Dieu plus ou moins hypothétique, en tendant vers lui un doigt accusateur chargé du poids de toute la souffrance humaine. (1)

----------------------------------------------------

(1)   Cf. le « Journal d’un écrivain », août 1880, qui rejoint les préoccupations d’Yvan sur l’absurdité de la souffrance. « Est-ce que l’homme peut fonder son bonheur sur le malheur d’autrui ? Le bonheur n’est pas tout dans les plaisirs de l’amour, il est aussi dans l’harmonie supérieure de l’esprit. Or l’esprit trouvera-t-il le repos, s’il a par devers lui une action malhonnête méchante, inhumaine ? … Permettez, imaginez que vous vous soyez vous-mêmes chargés de construire l’édifice des destinées humaines dans le but final de rendre les hommes heureux, de leur donner enfin la paix et le repos. Et là dessus, imaginez-vous que pour cela il soit nécessaire et indispensable de torturer une seule créature humaine, une seule, pas davantage, et même fort peu intéressante… Consentiriez-vous à ce prix à être l’architecte d’un pareil édifice ? Tel est la question » page 627 (Il s’agit de la fidélité de Tatiana à son vieux mari dans le poème « Eugène Onieguine de Pouchkine ; la jeune fille refuse de trahir son vieux mari pour trouver le bonheur avec Onieguine.)

 

Il ne peut lui pardonner de n’avoir pu réaliser un monde harmonieux. Il entend « lui rendre son billet d’entrée »

-----------------------------------------------------

« Les frères Karamazov », page 265.

------------------------------------------------------

 

            -« J’admets non seulement Dieu, mais sa sagesse, son but qui nous échappe ; je crois à l’ordre, au sens de la vie, à l’harmonie éternelle, où l’on prétend que nous nous fonderons un jour… Figure-toi qu’en définitive, ce monde de Dieu, je ne l’accepte pas et quoi que je sache qu’il existe, je ne l’admets pas. Ce n’est pas Dieu que je repousse, mais la création. Je m’explique : je suis convaincu que la souffrance disparaîtra, que la comédie révoltante des contradictions humaine s’évanouira comme un piteux mirage, comme la manifestation vile de l’impuissance mesquine, comme un atome de l’esprit d’Euclide, qu’à la fin du drame apparaîtra l’harmonie éternelle, une révélation précieuse au point d’attendrir tous les cœurs, de calmer toutes les indignations, de racheter tous les crimes et le sang versé, de sorte qu’on pourra non seulement pardonner mais justifier tout ce qui s’est passé sur terre. Que tout cela se réalise, soit ! Mais je ne l’admets pas et je ne veux pas l’admettre. Que des parallèles se rencontrent sous mes yeux, je le verrai et dirai qu’elles se sont rencontrées et pourtant je ne l’admettrai pas ; voilà l’essentiel, voilà ma thèse. »  (3)

-----------------------------------------------------

(2)   « Les frères Karamazov », page 255

---------------------------------------------------------

 

A Aliocha qui le traite de « révolté », Yvan répond :

 

            -« De la révolte ? Je n’aurais pas voulu te voir employer ce mot. Peut-on vivre révolté ? Or, je veux vivre »(3)

 

--------------------------------------------------------

Cette phrase me rappelle les propos d’un ami russe, Igor Baryshev, que j’interrogeais sur les raisons de sa demande d’asile politique  en 1958.

Je lui ai demandé si c’était pour gagner plus d’argent, pouvoir exprimer librement ses idées, vivre dans plus de confort. Il m’a simplement répondu ces mots que je n’oublierai jamais « Je voulais seulement VIVRE »

--------------------------------------------------------------

 

Camus a bien montré l’aspect métaphysique de cette rébellion en une analyse qui est cependant un peu captatrice. (4)

-----------------------------------------------------

(3)   « Son (Yvan) projet d’usurpation reste donc tout moral. Il ne veut rien réformer dans la création. Mais la création étant ce qu’elle est, il en tire le droit de s’affranchir moralement et les autres hommes avec lui. »- Camus : l’homme révolté, col. Idées page 80, Paris 1963

------------------------------------------------------

 

Est-ce possible de vivre avec « tant d’enfer au cœur et dans la tête » lui demande alors Aliocha, et le jeune novice répond lui-même à la fin du roman : « Ou bien Yvan retrouvera l’amour ou bien il se suicidera à bout de forces. » (4)

---------------------------------------------------------

(4)   Les frères Karamazov, page 285 et 685.

-----------------------------------------------------------

 

Yvan s’est en effet enfermé dans une impasse. Il veut vivre dans un univers où sa raison lui affirme qu’il ne vaut pas la peine de vivre, il veut aimer et pardonner malgré la certitude que lui donne son intelligence de l’impossibilité de cet amour et de ce pardon. Un dernier espoir réside en son cœur ; il n’a nullement l’intention de pervertir ou d’ébranler la foi de son cadet, « c’est plutôt lui qui voudrait se guérir à son contact. » (5)

 

-----------------------------------------------------

(5) « Les frères Karamazov », page 256

-------------------------------------------------------

 

Resté silencieux tout au long de l’argumentation de son frère, Aliocha lui oppose avec force l’image de « l’Unique sans péché qui a versé son sang pour tous et donné un sens à tout le cosmos. »

Pour lui montrer qu’il n’a pas oublié le Christ, Yvan lui répond en lui racontant « La légende du Grand Inquisiteur ». Pour comprendre la portée de ce récit, il convient de garder en mémoire la problématique à partir de laquelle Yvan la développe : « Peut-on pardonner à Dieu le mal tel qu’il existe dans l’univers ? » (6)

 

-------------------------------------------------------------

(5)   Pour l’interprétation de la Légende et ses sources évangéliques, cf. cette étude page

---------------------------------------------------------------

 

 

 Yvan Balchoy

balchoyyvan13@hotmail.com
http://www.poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article