Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

09-12-22- MES COMMENTAIRES SUR LA POLITIQUE DITE DU "ZERO COVID" DE LA CHINE (JEAN CLAUDE DELAUNAY-- INVESTIG'ACTION - MICHEL COLLON)



 


   
Notre ami et camarade Jean-Claude Delaunay nous a envoyé ce texte sur ce qui agitait hier nos médias et qui semble miraculeusement avoir disparu de l’actualité peut-être avec la découverte que nous avions la perspective d’une triple épidémie et un hôpital public incapable d’y faire face. Mais ce relatif apaisement de la sinophobie ordinaire est simplement une reprise de souffle en attendant que le système de propagande qui nous tient lieu d’appareil d’information revienne avec de nouvelles attaques contre la Chine. C’est ce à quoi semble s’être engagé Macron.
Donc, écoutons ce que Jean-Claude, qui vit en Chine, a à nous dire sur la politique de “zéro covid” et qu’il envoie pour être publié dans ce blog. C’est au-delà de l’anecdote, un dialogue politique et théorique avec les débats de Vénissieux et ceux dans ce blog, y compris mon article. Je suis bien d’accord avec ce que suggère Jean-Claude à savoir comment s’articulent microéconomie souvent familiale et macroéconomie qui concerne l’État et la propriété privée, publique, c’est déjà le problème qui passionnait Marx et Engels dans L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État. Le socialisme, qu’il soit soviétique, cubain, vietnamien ou chinois les articule différemment du capitalisme, les expériences sont multiples, à l’œuvre. Cette question théorique ne concerne pas que les historiens, les anthropologues, mais traite de la perspective et l’issue socialiste, le problème effectivement qui devrait être à l’ordre du jour du prochain congrès, même si certains n’en veulent pas. Merci Jean-Claude. (note de Danielle Bleitrach dans histoireetsociete)

 

Mon commentaire de la politique dite de «Zéro Covid» mise en œuvre par le gouvernement de la Chine est évidemment dépendant de ma situation, qui est celle d’une personne âgée n’ayant pas l’obligation de se rendre au travail chaque matin.

Cela étant dit, je suis debout au plus tard à 7 heures. Ma journée est laborieuse, que ce soit pour d’autres ou pour moi. Je passe sur les détails, souhaitant seulement dire ici que je peux observer de manière active la fraction de la société chinoise dans laquelle je vis, à Nanning, capitale du Guangxi, et que je n’y observe aucun mouvement de colère ou de rébellion contre la politique sanitaire en question.

Par exemple, il y a environ un mois, Nanning a été l’objet d’une recrudescence des cas d’infection, ce qui a entraîné immédiatement un contrôle renforcé, avec, pour tout résident de cette ville, l’obligation de procéder, chaque fraction de 3 jours, à un test de non-positivité au virus. Avec le résultat du test inscrit dans le téléphone portable, on a eu le droit de prendre le bus, le métro, le train, d’aller à la bibliothèque, de se rendre à l’hôpital, au supermarché, etc. Sinon, on était cloué chez soi, ou dans la rue. Cette infection momentanée est maintenant localement maîtrisée. La contrainte s’est donc relâchée, mais elle subsiste si l’on veut se rendre dans une autre province. Et puis le port du masque est constamment obligatoire dans les endroits où les gens sont entassés où proches les uns des autres (supermarchés, métros, bus…) et il est quasiment obligatoire d’avoir avec soi un téléphone portable personnalisé permettant de retracer les endroits où l’on est passé.


Nanning dans la province du Guangxi, un village de 7 millions d’habitants dans une petite province de 52 millions d’habitants où vit Jean-Claude

Les gens comprennent ces obligations et ne font pas d’histoires. Quand le gouvernement de la province le demande, ils, elles, font la queue, avec des attentes plutôt courtes. Les tests sont gratuits. Les résultats sont transmis par les laboratoires sur les téléphones portables moins de 12 heures après analyse des prélèvements de salive. Si des protestations avaient dû être émises, elles auraient dû provenir du personnel mobilisé. Ce n’est pas le cas. Et pourtant les antennes de contrôle sont nombreuses, quoique variables en quantité et en horaires avec la densité de l’infection. Elles fonctionnent tous les jours de la semaine. Les infirmiers et les infirmières que je connais, des jeunes gens, sont fiers d’être en première ligne de ce combat. La plupart sont membres du PCC. Bref, je suis désolé de dire que, dans la province du Guangxi, la politique du «Zéro Covid» n’est pas un problème politique.

En lisant le titre d’un récent éditorial de Natacha Polony, dans la version électronique de Marianne du 30/11/2022, « Xi Jinping s’obstine dans l’autoritarisme, les Occidentaux rêvent à un nouveau Tian’Anmen », je me suis mis à rigoler comme une baleine. Moi qui suis communiste, j’aime bien Natacha parce que c’est une bonne bourgeoise qui se reconnaît comme telle tout en revendiquant d’être un esprit ouvert et critique. Mais là, franchement, comment peut-elle se donner pour objectif de stimuler la réflexion de celles et ceux qui lisent encore, en se faisant l’écho de bêtises pareilles, même si elle ne les reprend pas toutes à son compte?

Oui, mais, me direz-vous peut-être, le Guangxi est une petite province rurale, verdoyante et fleurie, de 45 millions d’habitants, dans laquelle Nanning est un village de 7 millions d’habitants. Ce n’est pas pareil dans les grandes villes, où vit le prolétariat industriel.

 

D’une part, je suis favorable, totalement favorable, à la politique actuelle de contrôle strict de la pandémie. D’autre part, pour l’avenir, il me semble que nous devrions, nous communistes de France, contribuer en France, avec des médecins, des infirmiers, des prolos, des gens qui prennent le métro, des vieux, des rien du tout, des bourgeois de bonne volonté comme Natacha Polony prétend l’être, des pompiers, des entrepreneurs et bien d’autres encore, à remettre le débat sur ses pieds et à formuler de réelles propositions....

Je vais dire maintenant pourquoi, à mon avis, et dans le moment présent, la politique de «Zéro Covid» est la meilleure qui soit.

Pour discuter ce point, partons du constat selon lequel il existe des Chinois pour dire, parfois avec véhémence, et aussi des arguments convaincants (Nous avons été confinés, nous avons perdu notre salaire, nous avons été licenciés, etc..), que la politique de «Zéro Covid, c’est pas bien». Il faut évidemment écouter ces plaintes, les prendre en considération, et leur apporter une juste réponse. Mais cela signifie-t-il que la politique de «Zéro Covid» doive être abandonnée? Il est possible que les Chinois le fassent, je ne suis pas dans leur tête. Mais cela m’étonnerait. Le raisonnement à tenir me paraît être le suivant.

D’une part, ceux qui protestent contre cette politique devraient tenir compte de ce que, sans elle, eux-mêmes ou quelqu’un de leur famille seraient peut-être morts. Je rappelle trois chiffres, récemment diffusés. Depuis le début de la pandémie, le nombre total arrondi de décès pour cause de covid19 aurait été le suivant :

Chine : 5000

France : 150.000

Si vous voulez lire l'article intégral de Jean Claude Delaunay, je vous engage à rejoindre l'excellent INVESTIG'ACTION de Michel Collon

NOTE D'YVAN BALCHOY

Est-ce sur la déchue "Europe numéro 1", devenue déjection de pouvoirs milliardaires ou bien sur les apriori (mot revendiqué par eux) de LCI avec comme journaliste de pointe, Monsieur Pujadas, spécialiste de choix idéologiques des nouvelles transmises même s'il prétend n'affirmer que des faits établis évacuant bien sûr tous ceux qui pourraient le gêner, je ne sais mais dans les médis Français,  aussi bien l'un que l'autre de ces médias ne diffèrent plus que par des détails, l'essentiel étant toujours leur soumission au Capitalisme destructeur de vraie liberté.

On ne peut nier que dans un certain nombre de cités urbaines de Chine, quelques mouvements sociaux, surreprésentés par les médias occidentaux, ont protesté avec vigueur contre les entraves à la circulation causées par la politique contre la covid qui ont abouti à ce que le nombre en Chine de victimes  correspondrait à 30 mort en Belgique où malheureusement 30 000 victimes ont été dénombrées.

Et voici que le gouvernement Chinois vient d'annoncer que compte-tenu de la moindre morbidité de la version actuelle de la covid, certains adoucissements seraient apportés à la politique que nous appelons "Zéro Covid".

Et bien ces radio calomnieuses qui hier ,regardaient au microscope quelques centaines ou millier de mécontents sur un milliard quatre cent millions d'habitants,  sans pratiquement jamais rappeler le bénéfice en vies humaines de la politique Chinoise, comparée par exemple à la politique européenne, c'est à dire 5000 victimes contre plus de cent mille en France, pays pourtant 17 fois moins peuple et doté, parait-il d'un bon vaccin, alors qu'il est de bon ton de se gausser de celui de la  Chine,  aujourd'hui changent de ton .

Elles nous prédisent  aujourd'hui  un million de victimes dues à ce que, selon elle, faussement d'ailleurs, la Chine aurait choisi le mode de lutte des entités capitalistes contre la covid  qui, en Belgique je le rappelle, s'est révélée mille fois plus mortelle que dans cette Chine  dont le Lotus Bleu d'Hergé, montre combien le communisme lui a été bénéfique en développement humain certes mais aussi dans sa lutte implacable contre un virus qui transforma quelques mois en France et  en Belgique  les maisons de retraites en  vrais mouroirs par une politique voulue et assumée par des gérontologues indignes (Je ne parle pas du personnel très méritant et aussi victime de ces institutions)

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article