Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JACQUES ALLARD

Pape François : « L’Amérique latine sera une victime tant qu’elle ne sera pas libérée des impérialismes d’exploitation »
 
Dans une longue interview accordée à l’agence de presse argentine Télam, le pontife parle du « rêve de San Martín et Bolívar » et appelle à l’unité régionale. Pour autant, nul ne peut s’arroger une citation extraite d’un discours complexe dont la dialectique à la fois colle au mouvement réel du monde (il importe de voir la réalité depuis la périphérie et la périphérie est autant sociale que géographique) et refuse les raccourcis partisans. Pour nous dire d’aller à la source et retrouver la nécessité du tous ensemble sinon c’est la fin (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoireetsociete)
Federico Rivas Molina

FEDERICO RIVAS MOLINA

Buenos Aires, 01 JUIL 2022

Le pape François lors d’une audience générale sur la place Saint-Pierre au Vatican.
Le pape François lors d’une audience générale sur la place Saint-Pierre au Vatican.ALESSANDRA BENEDETTI (CORBIS)

Le pape François a fermement défendu le profil « populaire » de l’Église latino-américaine et son rôle émancipateur dans une région qui, selon lui, « sera une victime jusqu’à ce qu’elle ait fini de se libérer des impérialismes d’exploitation ». Dans une interview très médiatisée à Santa Marta la semaine dernière avec l’agence de presse argentine Telam, le pontife a évité de mentionner ces « exploiteurs » car, a-t-il dit, « ils sont si évidents que tout le monde les voit ». Et il a invité l’Amérique latine à penser « de la périphérie » pour réaliser le « rêve d’unité de San Martín et Bolívar ».

« J’ai été frappé par une conférence que j’ai entendue d’Amelia Podetti, une philosophe décédée depuis, dans laquelle elle a dit : « L’Europe a vu l’Univers quand Magellan est arrivé dans le Sud. » C’est-à-dire que de la plus grande périphérie, elle se comprenait elle-même. La périphérie nous fait comprendre le centre. Ils peuvent être d’accord ou non, mais si vous voulez savoir ce que ressent un peuple, allez à la périphérie. Les périphéries existentielles, pas seulement les périphéries sociales. Et c’est là que les gens se révèlent », a déclaré le pape.

Dans cette périphérie se trouve l’Amérique latine, cet endroit où « la vraie réalité est vue », selon François. La région a alors le défi de construire l’unité à partir de là et de « se libérer des impérialismes ». « L’Amérique latine est toujours sur cette voie lente, de lutte, du rêve de San Martín et Bolívar pour l’unité de la région. Le rêve de San Martín et Bolívar est une prophétie, cette rencontre de tous les peuples latino-américains au-delà de l’idéologie. C’est ce à quoi nous devons travailler pour réaliser l’unité latino-américaine », a déclaré François à Telam.

Né en Argentine il y a 85 ans, François est devenu le premier pape latino-américain le 13 mars 2013. Depuis lors, il n’est pas retourné dans son pays, mais il a visité le Brésil – son premier voyage à l’étranger, en juillet de la même année -, l’Équateur, la Bolivie, le Paraguay, Cuba, le Mexique et la Colombie. Dans tous ces pays, l’Église catholique est forte parce que, disait François, « elle a une très grande histoire de proximité avec les gens » : « C’est une Église populaire, au sens propre du terme. C’est une Église qui a été dénaturée lorsque le peuple ne pouvait pas s’exprimer et qui a fini par être une Église de contremaîtres r, avec les agents pastoraux qui commandaient ».. « L’Église latino-américaine a des aspects de sujétion idéologique dans certains cas. Il y en a eu et il y en aura toujours parce que c’est une limitation humaine », a ajouté le Pape, « mais c’est une Église qui pourrait et peut exprimer son organisation populaire de mieux en mieux ».

Le pape François lors de l’entretien avec l’agence Telam.
Le pape François lors de l’entretien avec l’agence Telam.TELAM

Francis a parlé pendant plus d’une heure et demie et a été franchement remis de son arthrose du genou droit, la maladie qui l’a forcé à suspendre une tournée prévue début juillet en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud. La suspension a déclenché des rumeurs d’une possible démission. Interrogé par Télam s’il serait encore « Pape pendant un moment », il a opté pour une réponse presque protocolaire: « Que celui d’en haut le dise ». Il a toutefois été très vif pendant l’entretien. Il a parlé de la guerre en Ukraine, de la nécessité de rapprocher la politique des jeunes et de la fin de la pandémie. « Nous ne pouvons pas revenir à la fausse sécurité des structures politiques et économiques que nous avions avant [covid-19]. Tout comme je dis qu’on ne sort pas de la crise à l’identique, mais meilleure ou pire, je dis aussi que la crise ne sort pas seule. Soit nous sortons tous, soit aucun d’entre eux ne sort », a déclaré Francis.

Le pape est conscient de la puissance de sa voix « dissonante », telle qu’il la définit, mais il a également critiqué ce qu’il considérait comme la manipulation médiatique de ses paroles. « Si je parle, tout le monde dit : ‘Le Pape a parlé et a dit ceci’. Mais il est également vrai qu’ils vous saisissent une phrase hors contexte et il vous est fait dire ce que vous ne vouliez pas. Par exemple, avec la guerre, il y a eu toute une dispute au sujet d’une déclaration que j’ai faite dans un magazine jésuite : j’ai dit « il n’y a pas de bien ou de mal ici » et j’ai expliqué pourquoi. Mais ils ont pris cette phrase seule et ont dit : « Le Pape ne condamne pas Poutine ! » La réalité est que l’état de guerre est quelque chose de beaucoup plus universel, de plus grave, et il n’y a pas de bien ou de mal ici. Nous sommes tous impliqués et c’est ce que nous devons apprendre », a-t-il déclaré. Il a ensuite appelé à reconsidérer le concept de « guerre juste », celui qui justifie la réaction de la victime : « Il peut y avoir une guerre juste, il y a un droit de se défendre, mais tel qu’il est utilisé aujourd’hui, ce concept doit être repensé. J’ai déclaré que l’utilisation et la possession d’armes nucléaires sont immorales. Résoudre les choses par une guerre, c’est dire non à la capacité de dialogue. »

Jorge Bergoglio fêtera ses dix ans en tant que pape l’année prochaine. « Bergoglio n’aurait jamais imaginé qu’il finirait ici. Jamais », a-t-il dit. Et il s’est souvenu de ce qu’était ce jour d’élection. « Je suis venu au Vatican avec une valise, avec ce que je portais et à peine plus. De plus, j’ai laissé les sermons pour le dimanche des Rameaux prêts à Buenos Aires. Je me suis dit : aucun pape ne va prendre ses fonctions le dimanche des Rameaux, alors samedi je rentre chez moi. Je veux dire, je n’aurais jamais imaginé que j’allais être ici. » « Et comment Bergoglio se regarde-t-il pape ? » demanda Telam. « Je pense qu’au fond de moi, je dirais : ‘Pauvre gars ! Celui sur qui s’est tombé!’ Mais ce n’est pas si tragique d’être pape. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article