Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

05-07-22-CE MATIN SUR EUROPE 1, MANUEL BOMPARD FACE A UNE PROCUREURE D'UNE DROITE TRES MORALISTE

Elle a beau avoir un visage d'ange, la journaliste Sonia Mabrouk, originaire, me semble-t-il, de l'autre côté de la Méditerranée, ce qui est tout à son honneur, ce matin face à Manuel Bompard, après avoir concédé quelques minutes d'échange sur la vraie politique française, est devenue en quelques secondes l'instigatrice d'un procès tel qu'on le pratiquait en Amérique du Sud sous la férule de Pinochet.

Manuel Bompard eut bon jeu de rétorquer à ses invectives qu'elle le poussait insidieusement à lui répondre selon ses propres idées à elle, ne s’intéressant aucunement à celles d'un membre de la gauchise NUPES.

Pour la journaliste d'Europe 1, dès qu'on fait un reproche sexuel à un homme, qu'il s'agisse d'une accusation, peut-être vraie, peut-être fausse, j'en conviens, de triple viol ou d'une accusation toute récente harcèlement sexuel sexuel pas plus prouvée, il faudrait dans les deux cas que l'accusé soit obligé de démissionner, ce qui d'ailleurs n'a pas été le cas pour le ministre en question.

On sait très bien ce que ce qui la dérange fondamentalement, c'est qu'une personnalité , pour elle d'extrême gauche, soit élue par le peuple français à une place « réservée » tout à, droite selon les lois du dieu marché, religion officielle d ela France.

C'est ainsi qu'une partie beaucoup trop longue de l'interview de Monsieur Bompard fut consacré à un mélange incongru de moralité et de politique cachant mal l'embarras pour ne pas dire la rage de Madame Mabrouk qui confond le métier de procureur en justice, où elle excellerait peut-être, avec celui de journaliste dont elle ne pratique pas ni la prudence ni le respect à allier bien sûr avec la recherche la Vérité. J'ai dit la Vérité et non sa vérité.

Voilà pourquoi sans absoudre ni condamner ni le Ministre non reconduit, qui a droit bien sûr à sa présomption d'innocence, ni bien sûr Monsieur Coquerel dont le péché mortel n'est pas tant d'avoir été accusé d'avoir manqué d'élégance ou de respect face à une femme mais de rester partisan d'augmenter l'imposition non des petits citoyen ni des classes moyennes (Monsieur Macron a fait cela si bien) mais des plus riches qui non seulement ne laissent pas ruisseler leurs euros ou dollars vers les pauvres mais les cachent dans des paradis fiscaux.


 

Il semble que la journaliste d'Europe 1 ait choisi son camp et ce n'est pas celui des petites gens dont elle s'est séparée en tout cas en tant que journaliste.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article