Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

22-06-22-  FAUT-IL QUALIFIER LE DOUBLE MEURTRE DU PONT NEUF (DIX BALLES TIREES PAR UN SEUL POLICIER° COMME UN  REFUS D'OBTEMPERER : UN DELIT OU UN TIR POLICIER VOLONTAIRE (UN MEURTRE) ?

L'AVIS DES SYNDICATS DE POLICE

 

Maximilien Carlier (à Lille), édité par Solène Leroux 19h42, le 02 mai 2022, modifié à 19h52, le 02 mai 2022
Les policiers ont appelé à la mobilisation ce lundi dans une quarantaine de villes, dont Lille, à l'appel des syndicats Alliance et Unsa. Ils dénoncent la mise en examen pour "homicide volontaire" d'un de leur collègue qui a ouvert le feu dimanche dernier. En plein Paris, sur le Pont-Neuf, ce gardien de la paix de 24 ans a tué deux hommes qui auraient forcé un contrôle.

"Coupable d'être flic", peut-on lire sur des pancartes portées par des policiers en colère, devant le palais de Justice de Lille, lundi après-midi. "On se demande si être flic maintenant, ce n'est pas une circonstance aggravante", explique l'un d'eux. "C'est le seul métier où même dans la tombe, vous êtes encore considéré comme LE flic." Une quarantaine de membres des forces de l'ordre étaient rassemblés, des prises de parole et une Marseillaise se sont enchaînées. Tous sont venus apporter du soutien à leur collègue de 24 ans.

>> LIRE AUSSI - Paris : ce que l'on sait de la mort de deux hommes après un refus d'obtempérer
"Pas un meurtrier"

Sa mise en examen pour "homicide volontaire" est incompréhensible pour Arnaud Boutelier, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance. "Institutionnellement, c'est la cour d'assises donc une possible condamnation à 30 ans de prison", explique-t-il au micro d'Europe 1. "Mon collègue ne s'est pas levé le matin en se disant qu'il allait tuer quelqu'un. Il n'y a pas eu d'homicide volontaire", assure encore Arnaud Boutelier. "Il n'est pas un meurtrier, même s'il doit y avoir une enquête", estime ce syndiqué.
https://www.europe1.fr/societe/coupable-detre-flic-apres-laffaire-du-pont-neuf-les-policiers-mobilises-a-lille-4109133

 

UN AVIS CITOYEN

 

 

Tuée par la police pour refus d’obtempérer ? Un mort et un blessé grave. Un contrôle de police a viré au drame, samedi 4 juin, dans le 18e arrondissement de Paris. Selon une source policière, des policiers auraient remarqué un véhicule, dans lequel un des quatre occupants ne portait pas de ceinture de sécurité. Ils auraient alors décidé de procéder à un contrôle et le véhicule aurait « pris la fuite à vive allure » et « foncé sur un équipage de policiers à vélo ». Plusieurs policiers auraient alors fait usage de leur arme, blessant gravement le conducteur et la passagère avant, dont la mort a été annoncée dimanche soir. Selon RTL, la version d’un passager arrière de la voiture est bien différente. Il raconte que le conducteur, sans permis, n’a pas foncé sur les policiers, mais les a ignorés. On fait le point avec l’avocat du conducteur, Maître Ibrahim Shalabi – avocat au barreau de paris qui a décidé de porter plainte contre X.  

 

 


Meurtre policier du Pont-Neuf : l’indignité des syndicats de police
 

Nacer

 

Membre fondatrice du Collectif Urgence Notre Police Assassine, Amal Bentounsi était l’invitée de la Contre-Matinale de ce jeudi…

A peine réélu, Emmanuel Macron est attendu sur la question des violences policières qui ont déjà particulièrement marqué son premier mandat. Deux personnes ont perdu la vie et une troisième a été grièvement blessée après un refus d’obtempérer, dans la nuit du 24 au 25 avril sur le Pont-Neuf à Paris. L’agent de police qui a tiré sur le véhicule a depuis été mis en examen pour homicide volontaire. Dénonçant la décision des juges d’instruction, le syndicat de policiers Alliance a appelé à un rassemblement, lundi 2 mai.

Membre fondatrice du Collectif Urgence Notre Police Assassine, Amal Bentounsi a immédiatement appelé à une contre-manifestation des syndicats dans le quartier Saint-Michel. Alors qu’elle était encerclée par des CRS et brandissait une pancarte où il était écrit « L435-1 = Arme de destruction massive », en référence à un article de loi sur l’usage d’armes à feu par la police. Elle a fait l’objet d’un contrôle avant d’être arrêtée et placée en garde à vue par des policiers en civil. Amal Bentounsi c’est la sœur d’Amine Bentounsi qui a été tué d’une balle dans le dos par un policier en 2012. Il sera condamné en appel en 2017 à cinq ans de prison avec sursis, une condamnation symbolique mais condamnation quand même. Elle a fondé le collectif des familles de victimes tuées par la police, et a participé à la création de l’application @uvp_filmerlapolice , qui permet de filmer les violences policières tout en étant géolocalisé, et de stocker les images sur un serveur.

https://abestit.fr/lincroyable-derapage-delisabeth-borne-entretien-exclusif-sur-un-controle-policier-mortel-contre-matinale-153/

 

REMARQUE D'YVAN BALCHOY

"J'ai eu beaucoup de peine à prendre connaissance de l'article qui précède présenté comme mon blog "Poesie-action" d'ailleurs comme non sécurisé parce qu'il n'accepte des conditions pécuniaires ou administratives absurdes et impossible  par exemple à réaliser pour un blog ancien de plus de 5000 articles puis  passer deux ou trois barrages peu sympathiques pour prendre le grand risque de ne pas leur obéir et de lire ces lignes qui risquent, selon ces censeurs  vraiment dangereux eux, de vider mon portefeuille, de diminuer mon respect de l'état et du président de la république et surtout de prendre connaissance de vérités gênantes pour le pouvoir. Ce scandaleux procédé, signé GOOGLE ou pas n'est qu'une basse censure qui déshonore celui qui la pratique."

REFLEXIONS D'YVAN BALCHOY

Médiapart vient de relancer cette triste affaire où il est question mort d'homme avant d'être aussi un refus d'obtempérer en signalant que les dernières expertises affaiblissent la position policière car le tireur qui, je le rappelle a tirée dix balles sur un conducteur fautif mais aussi, il le savait, sur un passager, pas nécessairement complice du conducteur c'est à dire présumé innocent.

Je sais que certains policiers voudraient disposer d'office d'une sorte de permis de tuer doublé d'une présomption d'innocence qui aurait pour conséquence l'impossibilité de juger efficacement un policier fautif ou criminel.

A mes yeux, quand un policier commet un acte clairement répréhensible, il ne devrait pas être jugé après des mois mais comme un simple  citoyen en "comparution immédiate" et bien sûr, je considère le syndicat Alliance qui outrepasse clairement sa mission de protection des policiers en leur  reconnaissant des droits qu'ils n'ont pas y compris dont  de tuer sauf en cas de nécessité absolue et immédiate. 

Si une loi permettait de tirer sur des passagers présumés innocents et donc de tuer des potentiels innocents, ce serait une loi anti-républicaine scélérate a abolir au plus vite pour l'honneur de la police et de l'état.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article