Une véritable initiative de PAIX, de gauche qui nous vient de BERLIN

Publié le par FSC

SOURCE : FVRPCF

Congrès anti-OTAN à Berlin. Les organisateurs tirent un bilan positif. Plaidoyer pour une architecture de sécurité commune incluant la Russie

Von Chiara Schuster

L'émotion du 'discours contre la guerre' du théologien et écrivain Eugen Drewermann, 81 ans, a été particulièrement impressionnante. La 'question la plus importante de notre temps' - comment retrouver et préserver la paix - ainsi qu'une critique explicite du capitalisme et de l'impérialisme étaient au cœur de son discours. Drewermann a identifié la 'désincarnation du corps en une simple marionnette' comme une composante élémentaire de la guerre. Le 'cycle de la mort' de la peur et du surarmement ne peut être brisé que 'si nous n'avons plus peur'. 'Nous aurions pu avoir la paix si nous avions eu le droit de la vouloir', a déclaré Drewermann en se référant aux propositions de la Russie pour une architecture de sécurité commune. Ce sont les États-Unis qui, pour leurs propres intérêts géopolitiques, ont imposé à l'Europe le conflit avec la Russie. La seule solution serait de quitter l'OTAN. 'Avec elle, la paix n'est pas possible, car elle ne doit pas l'être'.

Oskar Lafontaine avait déjà présenté des arguments similaires. Le cofondateur et ancien coprésident du parti Die Linke a assisté au congrès par vidéo. Une architecture de sécurité commune incluant la Russie est indispensable, a déclaré Lafontaine, qui a été ministre-président de la Sarre pendant 13 ans et chef du groupe parlementaire de gauche dans cette région de 2009 à 2022. Les 'systèmes oligarchiques', parmi lesquels l'ancien politicien de Die Linke a inclus la Russie, l'Ukraine et les Etats-Unis, ne sont pas capables de faire la paix. Il faut un autre ordre économique mondial. Il ne faut pas continuer à se laisser pousser devant les Etats-Unis. Selon Lafontaine, il faut viser une paix à long terme pour l'Europe, qui doit inclure l'autonomie du Donbass. 'Les Russes aiment aussi leurs enfants', a-t-il déclaré en citant une chanson du chanteur Sting et en ajoutant : 'tout comme les Allemands et les Ukrainiens'.

La modératrice et publiciste Christiane Reymann a fait la transition vers Lafontaine après les mots d'ouverture de la professeure émérite Karin Kulow et un mot de bienvenue de Gabriele Krone-Schmalz, ancienne correspondante à Moscou de l'ARD. Lors du congrès, Ekkehard Sieker, journaliste indépendant et ancien collaborateur de la WDR, ainsi que Diether Dehm (Die Linke), député de longue date au Bundestag, auteur-compositeur et producteur de musique, ont mis l'accent sur le rôle des médias et des acteurs culturels. 'Les guerres [seraient] aussi menées pour les têtes', a déclaré Sieker. Les journalistes deviendraient des soldats au lieu de mettre les puissants de la politique, de la culture et de l'économie 'sous la pression de la légitimation', conformément à leur fonction de gardiens. Il a décrit comment, depuis les années 1980, les ONG et les fondations philanthropiques assumaient de plus en plus de tâches de renseignement et a mis en garde contre une 'lente fascisation de l'État bourgeois démocratique'.

Dehm a qualifié la guerre en Yougoslavie de 'répétition générale' pour les acteurs culturels, qui sont intimidés et se laissent intimider par des moyens économiques, mais aussi par des termes tels que 'front croisé' ou 'théoriciens du complot'. Le politicien de gauche a appelé à une plus grande mise en réseau des médias progressistes, notamment des 'longues listes de journalistes formidables' qui ont été 'mis à la porte' de ZDF et ARD en raison de leurs questions critiques.

Outre le professeur émérite de droit international Norman Paech et l'Indien Anu Chenoy, Ann Wright (États-Unis), Ulla Klötzer (Finlande), Andrej Hunko (député Die Linke) et Yuri Sheliazhenko (Ukraine) ont également émis des critiques acerbes à l'encontre de l'alliance guerrière de l'OTAN et de son auto-autorisation à intervenir militairement partout dans le monde, sans passer par le Conseil de sécurité de l'ONU. Une nouvelle conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) a été réclamée à plusieurs reprises, car, selon le pacifiste Sheliazhenko, 'ceux qui profitent de la guerre ne l'arrêteront pas'.

La table ronde finale, à laquelle participaient l'écrivaine Daniela Dahn, l'historien Peter Brandt, la députée de gauche Sevim Dagdelen et le directeur exécutif du Bureau international de la paix (BIP) Reiner Braun, était également placée sous le signe de la 'coopération plutôt que de la confrontation'. Dahn a appelé à un 'énorme effort moral contre vents et marées'. La paix doit devenir 'une meilleure affaire que la guerre'.

Dagdelen a analysé que la guerre en Ukraine était en réalité une 'guerre économique et par procuration' de l'OTAN contre la Russie, dans laquelle la République populaire de Chine était la véritable cible.

Braun a rappelé que la grande majorité des pays du monde refusaient de suivre la logique de guerre de l'OTAN. 'Nous sommes la voix de la très grande majorité' de la population mondiale, a déclaré Braun, qui a appelé à une 'coalition de la raison et du réalisme'.

Le congrès, organisé par des militants d'initiatives pacifistes nationales, régionales et locales, par l'alliance de personnes 'frieden-links' et par des personnalités individuelles, a fait l'objet de vives critiques de la part des médias bourgeois, mais aussi de certains membres du parti Die Linke. Sur place, seuls quelques contre-manifestants, mais bruyants, ont attiré l'attention des représentants des médias présents.