Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

26-02-22-LA PALESTINE VAINCRA : ELLE EST UNE CAUSE JUSTE N'EN DEPLAISE A UN MINISTRE DE L'INTERIEUR CONTAMINE LUI AUSSI PAR CETTE IDEOLOGIE MORTIFERE QUI BROIE LA PALESTINE
26-02-22-LA PALESTINE VAINCRA : ELLE EST UNE CAUSE JUSTE N'EN DEPLAISE A UN MINISTRE DE L'INTERIEUR CONTAMINE LUI AUSSI PAR CETTE IDEOLOGIE MORTIFERE QUI BROIE LA PALESTINE
26-02-22-LA PALESTINE VAINCRA : ELLE EST UNE CAUSE JUSTE N'EN DEPLAISE A UN MINISTRE DE L'INTERIEUR CONTAMINE LUI AUSSI PAR CETTE IDEOLOGIE MORTIFERE QUI BROIE LA PALESTINE

L'APARTHEID SIONISTE, RÉALITÉ QUOTIDIENNE EN SIONIE COMME EN PALESTINE DISPARAITRA DU MOYEN ORIENT COMME DE L'AFRIQUE RACISTE DES BOERS.

Je n'ai pas dit qu'Israël disparaîtra mais il ne sera démocratie que le jour où il bannira de ses frontières toutes discrimination,s entre ses citoyens.

JE VEUX RAPPELER ICI LE HÉROS DE LA JUSTE CAUSE PALESTINIENNE, GEORGES IBRAHIM ABDALLAH  MAINTENU POUR DE SORDIDES RAISONS POLITIQUES EN PRISON FRANÇAISE DEPUIS PLUS DE 35 ANS QUE LE PRÉSIDENT MENDELA CONSIDÉRAIT FIÈREMENT COMME SON AMI.

Gerald Darmanin annonce vouloir dissoudre le Collectif Palestine Vaincra

 

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, vient d’annoncer sa volonté de dissoudre le Collectif Palestine Vaincra et une autre organisation pro-palestinienne sur demande d’Emmanuel Macron. Cette décision scandaleuse est le résultat d’un acharnement et d’une campagne de diffamation menée par l’extrême droite israélienne et ses relais en France contre le collectif alors que nous menons un travail de solidarité avec le peuple palestinien contre le colonialisme, le racisme et l’apartheid.

Cette annonce est une nouvelle étape dans l’escalade autoritaire du gouvernement français qui a déjà dissout, ou menacé de le faire, plusieurs organisations musulmanes, antiracistes ou média de la gauche radicale. Nous ne nous laisserons pas intimider, la solidarité avec la Palestine est non seulement un droit mais un devoir. D’ores et déjà, nous appelons à une réponse large des organisations politiques, syndicales, associatives, collectifs en soutien au Collectif Palestine Vaincra et contre la criminalisation du mouvement de solidarité avec la Palestine.

Palestine vivra, Palestine vaincra

 

 

L'APARTHEID EN SIONIE UN FAIT INDISCUTABLE SAUF A CEUX QUI REFUSENT PAR IDÉOLOGIE DE LE VOIR COMME AUTREFOIS D'AUTRES RACISTES LE NIAIENT EN AFRIQUE DU SUD. (YB)

 

 

Le 8 février dernier, une pétition intitulée « Rapport honteux d’Amnesty International. Israël : Pourquoi tant de haine ? » était initiée par Marc Eisenberg, fondateur de la radio israélienne Qualita (avide d’invités suprémacistes sur ses antennes). La première liste de signataires est composée de tout ce que compte la scène politique française de soutiens à la politique d’extrême droite israélienne, de personnalités du CRIF (à l’exception de Franck Touboul du CRIF Midi-Pyrénées) en passant par des responsables de la LICRA et du B’nai B’rith. On retrouve également plusieurs personnalités politiques parmi les plus radicales dans la défense de l’indéfendable : Meyer Habib, Aurore Bergé, Sylvain Maillard, Manuel Valls, Eric Ciotti ou encore Bruno Retaillau. Sans surprise le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc fait partie de cette honteuse liste de signataires bien qu’il soit le seul maire d’une ville de cette importance à avoir signé.

Mais que dit ce texte ? Il reprend tel quelle l’offensive du gouvernement israélien contre Amnesty International, une ONG de défense des droits humains qui regroupe plus de 10 millions d’adhérent·e·s à travers le monde. L’attaque la plus abjecte est que ce rapport nourrirait l’antisémitisme en affirmant sans honte qu’ « à l’heure où les communautés juives sont confrontées à une montée sans précédent de la violence et des actes antisémites, les mensonges d’Amnesty International ne font qu’alimenter la haine et légitimer les agressions à leur encontre dans le monde entier. » Celle-ci est démontrée simplement en faisant référence à la définition de l’antisémitisme de l’IHRA adoptée à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Cette instrumentalisation du combat contre l’antisémitisme a pour effet de produire exactement le contraire de ce qu’il prétend faire. Rappelons une nouvelle fois : la critique politique d’Israël et du projet sioniste qui l’a porté n’est en rien une forme d’antisémitisme. Vouloir réduire au silence ses opposants politiques avec de telles accusations c’est travestir la nécessaire lutte contre ce racisme.

Cette pétition rejette par ailleurs en bloc les accusations d’apartheid en soulignant que « la réalité politique et sociétale d’Israël contredit ce rapport profondément biaisé. Les Arabes israéliens représentent une communauté dynamique qui occupe des postes importants dans la médecine, la science, les médias, la culture… » Pourtant, la réalité des faits vient contredire la pauvreté de leur argumentaire. Aujourd’hui, il existe plus de 60 lois discriminatoires israéliennes qui privilégient sa population juive par rapport aux Palestinien·ne·s. C’est ce que documente le rapport de 211 pages d’Amnesty International après près de quatre ans d’enquête minutieuse. Sans oublier qu’Israël en tant que tel est une colonisation de peuplement construite sur la base d’un nettoyage ethnique et le vol de terres et de ressources. Mais comme le souligne l’organisation états-unienne Adalah Justice Project : « Est-il possible de mettre fin à l’apartheid sans mettre fin au projet de colonisation de peuplement sioniste ? »

Derrière une fausse image autour de valeurs antiracistes et pour la démocratie, cette tribune est bel et bien un plaidoyer pour l’apartheid qui est un crime contre l’humanité. En signant ce texte, Jean-Luc Moudenc confirme sa ligne politique abjecte. Du vœu municipal anti-BDS aux tentatives de criminalisation du Collectif Palestine Vaincra en passant par un alignement sur l’extrême droite israélienne, le maire de Toulouse est définitivement un ennemi de la Palestine et du combat contre le racisme, le colonialisme et l’apartheid.

 

15 février 2022, Collectif Palestine Vaincra
Abonnez-vous à notre newsletter

CAPJPO-EUROPALESTINE EST UN AUTRE MOUVEMENT DÉFENDANT LES PALESTINIENS CONTRE L'APARTHEID SANGLANT QUI RÈGNE EN SIONIE.  CAPJPO, DIRIGE PAR UNE COURAGEUSE FEMME JUIVE,  N’HÉSITE PAS AUJOURD'HUI A DÉFENDRE "PALESTINE VAINCRA" DES PRÉTEXTES MENSONGERS D'UN ÉTAT FRANÇAIS QUI PAR AILLEURS SE TAIT DEVANT LES VIOLENCES DE LA LIGUE JUIVE ET LES MENSONGES DU CRIF.

 

 

 

 

Interdiction de deux groupes de solidarité avec la Palestine : la France risque d’être à nouveau condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme
26 février 2022ACTUALITÉS

Nous reproduisons ci-dessous l’article d’Electronic Intifada qui souligne que la France, en annonçant la dissolution de deux groupes de solidarité avec la Palestine, non en fonction de leurs actes, mais de leurs opinions, et notamment de la dénonciation de la politique israélienne, risque une nouvelle condamnation de la CEDH pour atteinte à la liberté d’expression.

Une annonce qui, malgré l’attention générale centrée sur la Russie et l’Ukraine, ne passe pas aperçue dans le reste du monde, à un moment où tous les commentateurs opposent les « démocraties » aux « régimes autoritaires ».
Interdiction de deux groupes de solidarité avec la Palestine : la France risque d'être à nouveau condamnée par la Cour Européenne des Droits de l'HommeManifestation à Lyon contre le blocus de Gaza et les bombardements de la population civile, le 22 mai 2021, alors que toute manifestation était interdite dans la capitale.

« Gérald Darmanin a tweeté jeudi qu’« à la demande » du président Emmanuel Macron, il proposerait la dissolution de Palestine Vaincra (Palestine Will Win) et du Comité Palestine Action. Le ministre de l’Intérieur a inclus un lien vers un reportage d’Europe 1 avec plus de détails sur son action :

« Sous couvert de soutien à la cause palestinienne, le gouvernement accuse les groupes de promouvoir la haine d’Israël », indique Europe 1.

Citant Darmanin, Europe 1 indique que Palestine Vaincra est interdite pour « appel à la haine, à la discrimination et à la violence ». La France l’accuse également de liens avec le Front populaire de libération de la Palestine, un parti politique et une organisation de résistance qu’Israël et la France considèrent comme « terroriste ».

Notamment, les allégations de liens avec le FPLP sont le même prétexte qu’Israël a donné en octobre pour désigner six associations palestiniennes renommées de défense des droits de l’homme comme organisations « terroristes ». Certains de ces groupes étant financés par l’Union européenne et ses États membres.

Selon Europe 1, Darmanin accuse Palestine Vaincra de prétendre que les musulmans du monde entier sont opprimés par « l’impérialisme et le sionisme mondial » et de « propager l’idée qu’il existe une islamophobie au niveau mondial ».

Palestine Vaincra dit qu’il « soutient la lutte du peuple palestinien contre le sionisme, l’impérialisme et les régimes réactionnaires arabes pour la libération de toute la Palestine, de la mer Méditerranée au Jourdain ». L’une de ses campagnes en cours vise à soulever la question de la Palestine lors des élections présidentielles françaises prévues le mois prochain.

Par ailleurs et toujours selon Europe 1, l’administration Macron interdit le Comité Action Palestine pour « avoir relayé les communiqués du Hamas et du Jihad islamique en Palestine et du Hezbollah [au Liban] et pour avoir rendu compte de leurs actions ».

Le Comité Action Palestine se décrit comme un groupe qui « œuvre pour la réalisation des droits nationaux du peuple palestinien, en particulier le droit à l’autodétermination et le droit au retour des réfugiés, c’est-à-dire la libération de la terre arabe de Palestine. »

Lors de l’attaque contre Gaza en mai, lorsqu’Israël a anéanti des familles entières dans leurs maisons, le Comité Action Palestine a soutenu le droit des Palestiniens à s’engager dans une résistance militaire contre les forces d’occupation israéliennes.

Darmanin peut rejeter de telles opinions, mais la décision de la France d’interdire les groupes pour leurs opinions politiques est une suppression flagrante de la liberté d’expression, note Electronic Intifada.

Europe 1 note que l’année dernière, l’administration Macron a interdit deux organisations, le CCIF, un groupe qui lutte contre les discriminations envers les musulmans, et BarakaCity, une organisation caritative musulmane, les accusant de « séparatisme ».

La nouvelle décision semble être la première fois que le gouvernement français veut dissoudre des organisations spécifiquement axées sur la Palestine.

Cela marque une escalade alarmante dans la répression continue du pays contre la liberté d’expression et d’expression politique en faveur des droits des Palestiniens.

Lors du bombardement israélien de Gaza en mai dernier, les autorités françaises ont interdit tout rassemblement de solidarité avec les Palestiniens à Paris, et arrêté Bertrand Heilbronn, le président de l’Association France-Palestine Solidarité, juste après qu’il aeût quitté une réunion au ministère des Affaires étrangères à Paris.

En 2020, la Cour européenne des droits de l’homme a jugé que les poursuites pénales engagées par la France contre les militants de la solidarité avec la Palestine violaient leurs droits politiques.

Cependant, Paris a annoncé qu’il ignorerait effectivement la décision et poursuivrait sa répression.

La décision du ministre français de l’Intérieur d’interdire les deux groupes a été annoncée le jour où le président Macron devait s’adresser au gala annuel du CRIF, le principal lobby français d’Israël et groupe communautaire juif. Mais avec la crise croissante en Ukraine, Macron a décidé d’envoyer son Premier ministre à la place. »

Source : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/france-outlawing-two-palestine-solidarity-groups?utm_source=EI+readers&utm_campaign=dc95f87464-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_e802a7602d-dc95f87464-290649781

A noter également que le gouvernement français qui s’attaque à des associations parfaitement pacifiques, s’est toujours refusé à dissoudre la LDJ (« Ligue de Défense Juive »), un groupe d’extrême-droite qui pratique ouvertement la violence, a tué et blessé de nombreuses personnes en France, saccagé des locaux, et dont plusieurs membres ont été condamnés en France pour des actes criminels, parmi lesquels l’un s’est enfui en Israël pour échapper à la justice !

CAPJPO-EuroPalestine

26-02-22-LA PALESTINE VAINCRA : ELLE EST UNE CAUSE JUSTE N'EN DEPLAISE A UN MINISTRE DE L'INTERIEUR CONTAMINE LUI AUSSI PAR CETTE IDEOLOGIE MORTIFERE QUI BROIE LA PALESTINE
26-02-22-LA PALESTINE VAINCRA : ELLE EST UNE CAUSE JUSTE N'EN DEPLAISE A UN MINISTRE DE L'INTERIEUR CONTAMINE LUI AUSSI PAR CETTE IDEOLOGIE MORTIFERE QUI BROIE LA PALESTINE
26-02-22-LA PALESTINE VAINCRA : ELLE EST UNE CAUSE JUSTE N'EN DEPLAISE A UN MINISTRE DE L'INTERIEUR CONTAMINE LUI AUSSI PAR CETTE IDEOLOGIE MORTIFERE QUI BROIE LA PALESTINE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article