Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

24-02-22- NON A LA GUERRE EN UKRAINE NI AU DONBAS, NON AUX SOUFFRANCES DU PEUPLE UKRAINIEN, NON NON PLUS AUX MANIPULATIONS DE L'OTAN

 

 

Devant la nécessité d'une vraie autonomie de la population et face à ce qu'on doit bien appeler un incursion russe en Ukraine, l'important est de ramener la paix en veillant aux intérêts vitaux des parties en présence.

 

Quant la France et les pays de l'OTAN réclament le respect des frontières européennes, n'oublions pas que le premier pays qui a poussé à un changement de ces frontières en approuvant l’indépendance de la Croatie qui est vraiment à l'origine d'une grande guerre des Balkans où un certain revanchisme s'est presque réjoui de voir démembré cette Yougoslavie que le Maréchal Tito avait maintenue en paix et en une certaine prospérité durant des décennies. A la fin de ce morcellement des peuples balkaniques, après, c'est vrai, des agressions antimusulmanes racistes en Bosnie, les États-Unis et leurs alliés, au lieu de pacifier les combattants ont choisi de créer un état fantoche au nom d'un génocide celui-la imaginaire pour punir la Serbie en la privant d'une se des provinces fondatrices. Une faite capitale que nous payons aujourd'hui.

C'en était fini de l'intangibilité des frontières de l'Europe.

Plus tard, malgré des promesses verbales que personne de sensé de nie, lors de la fin de l’URSS, trahie par Gorbatchev et Eltsine devenus des complices du comédien- président Reagan, les États-Unis , qui ont fait de l'OTAN une armée quasi nationale, les autres nations de l'alliance n'étant que des vassaux subordonnés, les USA on t voulu réalisé ce que Kennedy avait à juste titre refusé à l'URSS, installer des bases militaires y compris de l'OTAN aux frontières même de la Russie. Aucun chef d'état russe responsable ne pouvait accepter cette capitulation devant une situation inverse de celle qu'avait refusé Kennedy.

Je ne considère pas l'annexion de la Crimée, dont toute l’histoire, jusqu’à une décision nationaliste peut-être de Khrouchtchev, est russe. La Crimée, c'est l'Alsace-Lorraine de la Russie.

 

Ce qui s'est passé en Géorgie sous la présidence française de Sarkozy, c'est à dire, la sécession des russophones, sous-citoyens du pays avec aide militaire de la Russie et ces dernières années, après le coup d'état de l'impérialisme en 2015 contre le président régulièrement élu de l'Ukraine la sécession de deux républiques russophones de l'Ukraine suivi d'un accord raisonnable pour chacune des deux parties, qui, sous la pression peut-être des USA, fut tout de suite caduc.

Depuis des mois, Monsieur Poutine demande le respect des accords et l’Ukraine où des forces ouvertement nostalgiques du Nazisme sont tolérées ou même acceptées et, se croyant peut-être à tort protégée par les USQA et l'Otan, le président de l'Ukraine temporise et même réclame l'adhésion de son pays à l'OTAN, ce qui est un casus belli pour le Russie.

Aujourd’hui c'est la guerre, sous une forme qui dépasse manifestement celle de la défense des deux républiques reconnues indépendantes par le Kremlin et je le regrette car les troupes russes avancent désormais en terre Ukrainienne.

Chez moi, en ce moment, une radio propagandiste dit que l'Ukraine n'a jamais menacé la Russie, mais en reconnaissant le droit de ce pays à adhérer à l'OTAN, les pays que j’appelle impérialistes veulent faire de ce pays une arme de plus contre Moscou puisque l'OTAN en Ukraine implique des bases militaires à la frontière russe, ce qui contraire aux promesses anciennes des occidentaux.

 

Aujourd’hui, que faire. Sûrement pas encourager Poutine à envahir Kiev et l'ensemble du territoire de l'Ukraine qui doit avoir les mêmes droits d’exciser et de se protéger que la Finlande, la Belgique désotanisée, comme je l'espère ou la Suisse sans devenir un cheval de Troie de l'Otan aux frontières russes.

Je crois que toute les gesticulations agressives des USA depuis des décennies, à travers tant de coups d'états meurtriers, à travers les guerres mensongères au Moyen Orient et en Asie occidentale ne nous permanentent plus de faire confiance à un état, coupable de piraterie internationale quand il veut de faire pompier et gendarme du monde à travers le blocus injuste de Cuba et l’internationalisation illégale des lois de l'oncle Sam au-delà de ses frontières.

En revanche, nous les Européens, pouvons dia:loguer sur pied d'égalité avec ces deux superpuissances qui continuent à vouloir dominer le monde malgré l'avènement d'une nouvelle puissance, la Chine, qui sera sans doute demain l'égal des deux autres.

L'Europe a raison de demander à Moscou de respecter l'indépendance et le droit à la défende de l’Ukraine. E;l;le a selon moi perdu le droit de réclamer l'autorité sur le Donetsk par son mépris des accord qui concernaient cette région . Mais Monsieur Poutine pas plus que Monsieur Biden n'ont pas vocation à choisir à la place du peuple Ukrainien le gouvernement et le président qu'ils veulent.

Nous Européens, devons rappeler que l'Ukraine est un état souverain européen et non une colonie ni de l'Otan ni de la Russie.

 

Si comme je l'espère, très vite, la Russe se retire de l’Ukraine non Russe et permet à ce pays de s'autogérer, il nous restera à revoir notre position face à une alliance surannée, l'OTAN qu'il nous faut réformer fondamentalement ou quitter. Je préférerais l'abandonner au profit d'une alliance militaire DEFENSIVE européenne, encore fait-il, accoter les sacrifices nécessaires pour la créer, indépendante autant des USA que de la Russie et de la Chine.

 

Je ne doute pas que cette éventuelle nouvelle alliance militaire européenne aura cœur à défendre tous les pays européens, baltes ou Ukrainien etc.. de l'appétit de leurs voisin immédiats.

 

Yvan Balchoy

Ce matin, sensible au désespoir d'une femme Ukrainienne désespérée par des bombardements proches de son domicile, je ne peux qui condamner cette attaque générale et meurtrière contre un  pays souverain, même si je suis sensible aussi aux souffrances des russophones de ce pays. La guerre est un mal absolu et il faut lui préférer toutes les solutions pacifiques bien entendu en respectant la justice nationale et internationale. (YB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article