Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

19-12-21- L'EXECUTION DE JULIAN ASSANGE (CHRIS HEDGES : LE GRAND SOIR)

L’exécution de Julian Assange

Chris HEDGES
Illustration par Mr. Fish, “Mind Games.”
Il a commis le plus grand péché de l’empire. Il l’a exposé comme une entreprise criminelle. Et les empires tuent toujours ceux qui infligent des blessures profondes et sévères.

Nommons les bourreaux de Julian Assange. Joe Biden. Boris Johnson. Scott Morrison. Theresa May. Lenin Moreno. Donald Trump. Barack Obama. Mike Pompeo. Hillary Clinton. Le juge en chef Ian Burnett et le juge Timothy Victor Holroyde. Les procureurs de la Couronne James Lewis, Clair Dobbin et Joel Smith. Le juge de district Vanessa Baraitser. L’assistant du procureur des États-Unis dans le district Est de la Virginie, Gordon Kromberg. William Burns, le directeur de la CIA. Ken McCallum, le directeur général du service de sécurité britannique ou MI5.

Reconnaissons que l’objectif de ces bourreaux, qui ont discuté de l’enlèvement et de l’assassinat d’Assange, a toujours été son anéantissement. La condamnation à mort d’Assange, dont la santé physique et psychologique est précaire et qui a subi un accident vasculaire cérébral (AVC) lors d’une procédure vidéo judiciaire le 27 octobre, ne doit pas surprendre.

Les dix années qu’il a passées en détention, dont sept à l’ambassade d’Équateur à Londres et près de trois dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, se sont accompagnées d’un manque de soleil et d’exercice et de menaces, de pressions, d’anxiété et de stress incessants. "Ses yeux étaient désynchronisés, sa paupière droite ne se fermait pas, sa mémoire était floue", a déclaré sa fiancée Stella Morris à propos de l’attaque.

Sa détérioration physique et psychologique constante a entraîné des hallucinations et une dépression. Il prend des antidépresseurs et un antipsychotique, la quétiapine. On l’a vu faire les cent pas dans sa cellule jusqu’à ce qu’il s’effondre, se frapper au visage et se cogner la tête contre le mur. Il a passé des semaines dans l’aile médicale de Belmarsh. Les autorités pénitentiaires ont trouvé "la moitié d’une lame de rasoir" cachée sous ses chaussettes. Il a appelé à plusieurs reprises la ligne téléphonique d’aide au suicide gérée par les Samaritains parce qu’il pensait à se tuer "des centaines de fois par jour".

Les bourreaux n’ont pas encore terminé leur sinistre besogne. Toussaint L’Ouverture, qui a dirigé le mouvement d’indépendance haïtien, la seule révolte d’esclaves réussie de l’histoire de l’humanité, a été détruit physiquement de la même manière, enfermé par les Français dans une cellule de prison non chauffée et exiguë et laissé mourir d’épuisement, de malnutrition, d’apoplexie, de pneumonie et probablement de tuberculose.

Assange a commis le plus grand péché de l’empire. Il l’a exposé comme une entreprise criminelle. Il a documenté ses mensonges, son mépris insensible pour la vie humaine, sa corruption endémique et ses innombrables crimes de guerre. Républicain ou démocrate. Conservateur ou travailliste. Trump ou Biden. Cela n’a pas d’importance.

Les brutes qui supervisent l’empire utilisent le même répertoire satanique. Les empires tuent toujours ceux qui infligent des blessures profondes et sévères. La longue persécution par Rome du général carthaginois Hannibal, le forçant à la fin à se suicider, et le rasage de Carthage se répète d’épopée en épopée. Crazy Horse. Patrice Lumumba. Malcolm X. Ernesto "Che" Guevara. Sukarno. Ngo Dinh Diem. Fred Hampton. Salvador Allende.

Si on ne peut pas vous acheter, si on ne peut pas vous intimider pour vous faire taire, vous serez tué. Les tentatives obsessionnelles de la CIA d’assassiner Fidel Castro, qui, à force d’échecs, ont un côté flic incompétent dans un film muet, comprennent l’engagement de Momo Salvatore Giancana, le successeur d’Al Capone à Chicago, et du mafieux de Miami Santo Trafficante pour tuer le leader cubain, tenter d’empoisonner les cigares de Castro avec une toxine botulique, fournir à Castro une combinaison de plongée infectée par le bacille tuberculeux, piéger une conque au fond de la mer où il plongeait souvent, glisser des pilules de toxine botulique dans l’une de ses boissons et utiliser un stylo équipé d’une aiguille hypodermique pour l’empoisonner.

La cabale actuelle d’assassins se cache derrière un burlesque judiciaire supervisé à Londres par des juges corpulents en blouse et perruque de crin blanc qui débitent des absurdités juridiques dignes d’Alice au pays des merveilles. C’est une sombre reprise du Mikado de Gilbert et Sullivan avec le Lord High Executioner qui dresse des listes d’individus "que personne ne regrettera".

Vendredi, j’ai regardé le dernier épisode du procès spectacle d’Assange par liaison vidéo. J’ai écouté la lecture du jugement acceptant l’appel des États-Unis pour l’extradition d’Assange. Les avocats d’Assange ont deux semaines pour faire appel devant la Cour suprême, ce qu’ils devraient faire. Je ne suis pas optimiste.

La décision de vendredi était dépourvue d’analyse juridique. Il a pleinement accepté les conclusions du juge du tribunal inférieur concernant le risque accru de suicide et les conditions de détention inhumaines aux États-Unis. Mais le jugement soutenait que la note diplomatique américaine no 74, remise au tribunal le 5 février, qui offrait des " assurances " qu’Assange serait bien traité, annulait les conclusions du tribunal inférieur. C’était un non sequitur juridique remarquable. La décision n’aurait même pas obtenu une note moyenne dans un cours de droit de premier semestre. Mais l’érudition juridique n’est pas la question. Le traitement judiciaire d’Assange, qui a éviscéré une norme juridique après l’autre, a transformé, comme l’a écrit Franz Kafka, "le mensonge en un principe universel".

La décision d’accorder l’extradition était fondée sur quatre "assurances" données au tribunal par le gouvernement américain. Le comité d’appel composé de deux juges a statué que ces "assurances" "répondent entièrement aux préoccupations qui ont amené le juge [du tribunal de première instance] à libérer M. Assange". Les "assurances" promettent que M. Assange ne sera pas soumis à des mesures administratives spéciales (MAS), qui maintiennent les prisonniers dans un isolement extrême et permettent au gouvernement de surveiller les conversations avec les avocats, éviscérant ainsi le secret professionnel ; qu’il pourra, si le gouvernement australien est d’accord, y purger sa peine ; qu’il recevra des soins cliniques et psychologiques adéquats ; et que, avant et après le procès, il ne sera pas détenu dans l’établissement administratif maximal (ADX) de Florence, au Colorado.

"Il n’y a aucune raison pour que cette cour n’accepte pas les assurances comme ayant la signification qu’elles ont", ont écrit les juges. "Il n’y a aucune base pour supposer que les États-Unis n’ont pas donné les assurances de bonne foi."

Et avec ces feintes rhétoriques, les juges ont signé l’arrêt de mort d’Assange.

Aucune des "assurances" offertes par le ministère de la Justice de Biden ne vaut le papier sur lequel elles sont écrites. Elles sont toutes assorties de clauses de dérogation. Aucune n’est juridiquement contraignante. Si Assange fait "quelque chose après l’offre de ces assurances qui répond aux critères d’imposition de SAM ou de désignation à ADX", il sera soumis à ces mesures coercitives.

Et vous pouvez être assurés que tout incident, aussi insignifiant soit-il, sera utilisé, si Assange est extradé, comme une excuse pour le jeter dans la gueule du dragon. Si l’Australie, qui a marché au pas de course avec les États-Unis dans la persécution de leur citoyen, n’accepte pas son transfert, il restera pour le reste de sa vie dans une prison américaine.

Et alors ? Si l’Australie ne demande pas son transfert, cela "ne peut pas être un motif de critique à l’égard des États-Unis, ni une raison de considérer les assurances comme insuffisantes pour répondre aux préoccupations du juge", peut-on lire dans l’arrêt. Et même si ce n’était pas le cas, il faudrait à Assange 10 à 15 ans pour faire appel de sa condamnation jusqu’à la Cour suprême, soit plus qu’assez de temps pour que les assassins d’État l’achèvent.

Je ne sais pas trop comment répondre à l’assurance n° 4, selon laquelle Assange ne sera pas détenu avant le procès dans l’ADX de Florence. Personne n’est détenu avant le procès à l’ADX de Florence. Mais cela paraît rassurant, alors je suppose que ceux qui ont rédigé la note diplomatique au sein du Département de la Justice de Biden l’ont ajoutée. ADX Florence, bien sûr, n’est pas la seule prison supermax des États-Unis qui pourrait accueillir Assange. Assange peut être expédié dans une de nos autres installations semblables à Guantanamo.

Daniel Hale, l’ancien analyste du renseignement de l’armée de l’air américaine actuellement emprisonné pour avoir publié des documents top secrets qui ont révélé les nombreuses victimes civiles causées par les frappes de drones américaines, est détenu depuis octobre à l’USP Marion, un pénitencier fédéral situé à Marion, dans l’Illinois, dans une unité de gestion des communications (CMU). Les CMU sont des unités très restrictives qui reproduisent l’isolement quasi total imposé par les SAM. 

L’arrêt de la Haute Cour est ironiquement intervenu alors que le secrétaire d’État Antony Blinken annonçait, lors du Sommet virtuel pour la démocratie, que l’administration Biden allait fournir de nouveaux fonds pour protéger les reporters pris pour cible en raison de leur travail et soutenir le journalisme international indépendant. L’"assurance" de Blinken que l’administration Biden défendra une presse libre, au moment même où l’administration demandait l’extradition d’Assange, est un exemple flagrant de l’hypocrisie et de la mauvaise foi qui font des démocrates, comme le disait Glen Ford, "non pas le moindre mal, mais le mal le plus efficace".

Assange est accusé aux États-Unis de 17 chefs d’accusation en vertu de la loi sur l’espionnage et d’un chef d’accusation de piratage d’un ordinateur gouvernemental. Il pourrait être condamné à 175 ans de prison, bien qu’il ne soit pas citoyen américain et que WikiLeaks ne soit pas une publication basée aux États-Unis.

S’il est reconnu coupable, il criminalisera de fait le travail d’investigation de tous les journalistes et éditeurs, où que ce soit dans le monde et quelle que soit leur nationalité, qui possèdent des documents classifiés pour faire la lumière sur les rouages du pouvoir. Cet assaut mortel contre la presse aura été orchestré, il ne faut pas l’oublier, par une administration démocrate. Il créera un précédent juridique qui ravira d’autres régimes totalitaires et autocrates qui, enhardis par les États-Unis, s’empareront allègrement des journalistes et des éditeurs, où qu’ils se trouvent, qui publient des vérités qui dérangent.

Il n’y a aucune base légale pour maintenir Julian en prison. Il n’y a aucune base légale pour le juger, lui, un ressortissant étranger, en vertu du Espionage Act. La CIA a espionné Assange à l’ambassade d’Équateur par l’entremise d’une société espagnole, UC Global, engagée pour assurer la sécurité de l’ambassade. Cet espionnage comprenait l’enregistrement des conversations privilégiées entre Assange et ses avocats. Ce seul fait invalide tout futur procès.

Après avoir passé sept ans dans une pièce exiguë et sans lumière du jour à l’ambassade, Assange est détenu depuis près de trois ans dans une prison de haute sécurité à Londres, afin que l’État puisse, comme en a témoigné Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, continuer à le maltraiter et à le torturer sans relâche, sachant que cela entraînera sa désintégration psychologique et physique. La persécution d’Assange est conçue pour envoyer un message à quiconque pourrait envisager d’exposer la corruption, la malhonnêteté et la dépravation qui caractérisent le cœur sombre de nos élites mondiales.

Dean Yates peut vous dire ce que valent les "assurances" des États-Unis. Il était le chef du bureau de Reuters à Bagdad le matin du 12 juillet 2007, lorsque ses collègues irakiens Namir Noor-Eldeen et Saeed Chmagh ont été tués, avec neuf autres hommes, par des hélicoptères de combat Apache de l’armée américaine. Deux enfants ont été gravement blessés. Le gouvernement américain a passé trois ans à mentir à Yates, à Reuters et au reste du monde au sujet de ces meurtres, bien que l’armée ait eu des preuves vidéo du massacre prises par les Apaches pendant l’attaque. Cette vidéo, connue sous le nom de "Collateral Murder", a été divulguée en 2010 par Chelsea Manning à Assange. Pour la première fois, elle a prouvé que les personnes tuées n’étaient pas engagées dans une fusillade, comme l’armée l’avait maintes fois répété. Elle a démoli les mensonges des États-Unis, qui affirmaient ne pas pouvoir localiser la séquence vidéo et n’avoir jamais tenté de dissimuler les meurtres.

NOTE D'YVAN BALCHOY

Nos gouvernements britannique, prétendu américain, français et à leur suite toute la libéralissime Union Européenne se prétendent tout à la fois libérales et démocratiques; La seule liberté qu'elles offrent c'est celle de se soumettre à l'autorité élue parfois par 20 % de la population c'est à dire non représentative et leur démocratie a bien montré ses limites à travers tous les diktats qu'ils imposent à la population à travers la lutte contre un virus dont l'existence est peut-être une sorte de refus inconscient de notre terre contre un mal qui la ronge de partout : le genre humain qui veut la mettre à son seul service. (JE NE SUIS PAS CONTRE UN VACCIN RECU TROIS FOIS MAIS PAR QUELQUES ABUS CONTRE CEUX QUI N'EN VEULENT PAS) prenons garde que ce qui est arrivé il y a des millions d'années aux dinosaures ne nous arrive pas à nous aussi.

Cette trop longue introduction à la défense d'un "HEROS POUR NOTRE TEMPS" titre prémonitoire d'un roman de Dostoïevski me semble tout à fait adapté à Julian ASSANGE qui aurait du être couronné d'une médaille pour sa bravoure en Grande Bretagne et se voir octroyé la légion d'honneur en France.

 

L'Union Européenne, par son parlement, si grassement engraissé,qu'il ne reconnaît plus la justice de l'injustice, défend à grand renfort de publicité un escroc russe qui n'a   pour valeur, selon moi,  que son opposition au Président Poutine mais qui se tait ignominieusement devant le calvaire de Julian Assange.

Nos pseudo démocraties, réelles ploutocraties  de partis financiers, s'apprêtent-elles, après avoir mis en prison un chantre de la justice et de la liberté humaine à le trahir, comme Judas autrefois l'avait fait pour le Christ et le livrer à cet Empire qui TERRORISE tant de monde depuis 76 ans au moins.

Non, j'espère qu'un sursaut va réveiller la Grande Bretagne et sa Reine et empêcher ce crime ignoble. (YB)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article