Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 
DE LA CHAMBRE HOSPITALIERE A UN LIT AUX ABUS SCANDALEUX DE CERTAINS MEDECINS, UNE EMISSION UTILE DE "QUESTIONS A LA UNE" DE LA RTBF
En Belgique, comme dans la plupart des pays se faire soigner dans un type de chambre différent se traduit par des tarifications diverses.
Si j'accepte une chambre à deux lits, je vais payer cette chambre moins chère que mon voisin qui lui a demandé une chambre à un lit.
Evidemment, logiquement, la différence entre les deux chambres et simplement le coût de la location différent, comme quand vous allez à l'hôtel.
 
Cette logique n'est absolument pas respectée en mon pays.
Certains médecins, ceux qui trouvent normal pour un chirurgien d'une ville moyenne "d'avoir le même salaire qu'un premier ministre" estiment que le désir d'un patient (pourquoi ne pas dire plutôt un client selon leur état d'esprit) d'avoir une chambre unique traduit nécessairement l'acceptation de tout payer au double, parfois au triple au plus encore, médicaments, opérations, visites du patient de jour ou de nuit etc...
Un cas précis transmis par l'excellente émission de
la RTBF "Questions à la Une",
une dame va trouver un médecin réputé (Est-ce pas sa dextérité à opérer ou à cause de sa tarification phénoménale, à voir ! ...) et celui-ci après consultation lui propose un opération à une date bien précise.
La dame, ne désirant pas s'endetter exagérément à cause de cette intervention médicale, demande au secrétariat de ce médecin de lui réserver une chambre à deux lit.
Le résultat de sa requête est immédiat. Dès le lendemain, la patiente reçoit un mail de son professeur: "Chère Madame ma secrétaire m'a fait part de votre intention de séjourner dans une chambre à deux lit (pour en fait passer une heure ou deux dans un simple fauteuil puisqu'il s'agissait d'une intervention pour cataracte). Dans ces conditions, j'annule les deux opérations projetées."
Ce médecin, qui pratique ainsi une médecine à deux vitesses, qui n'hésite pas à annuler une opération parce par exemple sur une simple matinée il risque de ne gagner que 1500 euros au lieu de 3000 !!! n’est un individu que je rapproche de certains escrocs financiers avec lesquels je n'accepterais jamais de traiter.
Ces requins-médecins qui profitent d'installations publiques payées par l'ensemble des patients détournent à leur profit des sommes énormes qui ne sont évidemment possibles qu'aux plus fortunés car elles mettraient en danger l'équilibre financier d'un couple à revenus modérés.
C'est vrai que, parfois aussi ,certains de ces médecins n'hésitent pas à agir pour faire payer par les mutuelles leurs suppléments exorbitants ce qui entraîne bien sûr un supplément de tarifs de ces mutuelles pour tous les patients y compris ceux qui ne les consultent pas. Dégoutant !
 
Un de ces pseudo-médecins, vrais marchands de soin a même considérer "travailler pour rien " en gagnant 1500 euros sur une matinée au lieu de 3000 et comparé ces confrères aux honoraires moins élevés à être les "Quicks" de la médecine dont ils se pensent personnellement comme le très cher restaurant "comme chez vous" - comparaison ignoble !
 
La justice devrait être plus sévère pour ces patriciens peu honorables et sévir ce soit toujours le cas.
 
BIEN ENTENDU JE SAUS BIEN QUE CES ABUS NE CONCERNENT QU'UNE MINIME PARTIE DES MEDECINS QUI, POUR LA PLUPART, NE SOIGNENT PAS LEURS PATIENTS D’ABORD POUR S'ENRICHIR PAR DES MOYENS DOUTEUX.
 
Beaucoup d’entre eux, par exemple, tous ceux que je consulte à présent, nombreux comme est défectueux mon état de santé, sont vraiment dévoués à leurs patients et les honoraires qu'ils me demandent sont tout à fait honnêtes.
 
Pour venir à bout de ces marchands de soins peu scrupuleux, il suffirait que nos hommes politiques limitent le coût d'une chambre à un lit au confort supplémentaire qu'elle apporte.
 
Ce sera facile à faire si on pouvait rompre le cordon ombilical entre les requins de la finance et les lobbys politiques qui les protègent
 
Un exemple à propos de ces liens incestueux entre le lobby de la médecins personnalisé par le sinistre Ordre des Médecins qui au lieu de mettre fin à beaucoup d'abus financiers de certains de ses membres poursuit par exemple des «médecins pour le peuple" sous le prétexte qu'ils pratiquent en un sens une médecine gratuite ou, qu'à juste titre, ils refusent de payer leur cotisations à un Ordre qui accepte au moins tacitement une médecine à deux vitesses sans réagir.
 
Je vous publie ce jour un article sur le fondateur de cette médecine pour le peuple, un homme et généreux qui certes ne s'est pas enrichi, sinon en amitié sincère par sa pratique médicale, le docteur Kris Mercks, honneur de la médecine belge comme sa fille, qui, venue du nord du pays est venu s'installer à Charleroi, où elle participe à la vie communale.
Elle vient, provisoirement j'espère à être condamnée à 1500 euros pour non-paiement d'une cotisation injustifiée selon moi par le manque d'Ethique de ce conseil par rapport aux patient les moins riches.
 
Merci encore à l'émission "Questions à la Unes" de nous avoir interpellé sur un sujet qui méritait notre attention et notre indignations.
 
Ne restons à ce dernier sentiment en nous tournant vers les nombreux médecins comme Kris Mercks et sa fille, Sophie, qui font honneur à la médecine .

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article