Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

J'ai ramené de Colombie cette image du Christ pauvre paysan parmi ses pairs, symbole criant de sa résurrection révolutionnaire pas toujours au diapason des Eglises qui parfois hélas le trahissent !

J'ai ramené de Colombie cette image du Christ pauvre paysan parmi ses pairs, symbole criant de sa résurrection révolutionnaire pas toujours au diapason des Eglises qui parfois hélas le trahissent !

 L’Évangile est pour les pauvres
05-Sep-2021 - XXIII Dimanche du Temps Ordinaire
Parole de Dieu            
Mes frères, ne mêlez pas des considérations de personnes avec la foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire. Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme aux vêtements rutilants, portant des bagues en or, et un homme pauvre aux vêtements sales. Vous vous tournez vers l'homme qui porte des vêtements rutilants et vous lui dites : « Prends ce siège, et installe-toi bien » ; et vous dites au pauvre : « Toi, reste là debout », ou bien : « Assieds-toi par terre à mes pieds ». Agir ainsi, n'est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon des valeurs fausses ? Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n'a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde ? Il les a faits riches de la foi, il les a faits héritiers du Royaume qu'il a promis à ceux qui l'auront aimé. Jc 2,1-5
Pensées             
Quand Jésus, aux débuts de sa vie publique, est entré dans la synagogue de Nazareth et s’est levé pour lire, une main inconnue, guidée par l’Esprit de Dieu, lui a remis le rouleau de parchemin du prophète Isaïe. En ouvrant le livre il y trouva le passage où il est écrit : « L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres, et aux aveugles qu'ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. » (Lc 4,18-19) Certainement Jésus, grâce à l’éducation reçue par Marie et Joseph, avait déjà embrassé la cause des derniers, mais ce jour là dans la synagogue de Nazareth le but de sa mission retentit officiellement : Dieu a choisi le pauvres !
Toute la vie publique de Jésus, telle qu’elle figure dans les évangiles, se compose de moments de prière au Père, de révélation des mystères du Royaume, de formation des apôtres et de libération de l’homme de ses pauvretés. Puisque Dieu, dans la personne de Jésus de Nazareth, a choisi les pauvres, l’Église ne peut que faire la même chose. Ce sont les pauvres qui sont les destinataires du message de l’Évangile, mais ceci ne veut pas dire que les riches et les puissants en sont exclus. Le message s’adresse à eux aussi, à condition qu’ils se fassent pauvres : « Heureux les pauvres de coeur : le Royaume des cieux est à eux. » Il n’y a donc qu’une condition pour entrer dans le Royaume des cieux : c’est la pauvreté. Les riches et les puissants qui ne se font pas pauvres en sont exclus.
Le passage de la lettre de Jacques d’aujourd’hui nous enseigne aussi quel est l’accueil que la communauté ecclésiale doit réserver aux pauvres : un accueil qui met sur un pied d’égalité en matière de dignité les pauvres et les riches ou puissants. Au fil des ans, nous nous sommes rendus compte que les conditions nécessaires pour une véritable rencontre avec le Seigneur sont deux : s’ouvrir aux pauvres et devenir pauvres. La preuve que ceci est absolument vrai découle du fait que dans l’un comme dans l’autre cas de figure l’homme est heureux.
Nous nous souvenons toujours avec une grande joie la fête de Noël de l’an 2002. Lisalberta, en revenant à la maison de la Messe avait aidé Monsieur Giuseppe, qui était une personne âgée et vivant toute seule à Saronno, à traverser la rue. Quand ils arrivèrent sur le trottoir, Lisalberta curieuse comme d’habitude, lui demanda : Comment allez-vous fêter Noël, Monsieur ? ” “ Chez moi – répondit Monsieur Giuseppe – j’habite tout seul, mais j’ai préparé le repas ; j’ai tout ce qu’il me faut, il ne me manque rien … ” “ Venez chez nous – répondit Lisalberta –nous avons une place libre à table !” J’imagine que Monsieur Giuseppe n’accepta pas tout de suite mais, à la fin, il décida de venir. Lisalberta l’amena chez nous pour le repas et, quand elle fut sur le pas de la porte, elle annonça : “ Aujourd’hui nous avons un invité qui s’appelle Giuseppe. ” Nous l’avons fait entrer et il resta avec nous en présidant la tablée. Ce fut un jour de Noël merveilleux pour tous et pour lui aussi : il ne fut pas obligé à manger tout seul. Il fut adopté en tant que grand père et il se mit à raconter aux enfants des épisodes de sa vie. Les années suivantes on continua à l’inviter jusqu’au moment où il décéda. Nous savons que Noël 2002, dans la personne de Monsieur Giuseppe, c’était le Seigneur qui s’était présenté chez nous.


http://vangeloacolazione.it/pensieri/b-l-evangile-est-pour-les-pauvres

 

 

Petit rappel d'un pèlerinage à Chartres (1956)

J'avais juste vingt ans et je revenais avec mon collège des fraternités chrétiennes de Champagne où nous allions propos nos aides gratuites au nom de l’évangile  à des fermiers dans une région alors nettement dominée par le part communiste. Cette semaine de travail à la ferme, pas toujours ragoutante (mon premier jour fut le nettoyage  au nom de Celui qu'il représentait parmi nous ces mots si édifiant : "des lieux d'aisance !!!)mais toujours joyeuses se termina chaleureusement avec nos hôtes et nous avons alors gagne Chartres pour aller nous recueillir à sa merveilleuse Cathédrale parcourant à pied de grand matin les vingt derniers kilomètres en récitant Péguy.

Une fois visité ce merveilleux édifice témoignage de la foi populaire au Moyen âge, nous avons été mangé dans un restaurant modeste en y invitant un me ndiant trouvé à la porte de la Cathédrale.Vu l’accoutrement particulièrement typique de cet invité surprise nous avons du nous regrouper dans un coin discret, le situant à la meilleure place, la sienne selon Jésus et près notre semaine si active et notre marche matinale, nous avons bien mangé et bu et bien entendu notre invité s'associa de tout cœur à notre jolie.

Si bien qu'à la fin du repas, passablement éméché, il sortit brusquement de son relatif silence en nous adressant

"Vous le savez peut-être, vous devriez le savoir mais en m’invitant ce jour, en réalité ce n'est pas moi, le pauvre au chevet de Notre Dame, que vous avez accueilli mais celui que je représente parmi vous le Christ. Relisez l’évangile.

En l'écoutant tout ce que nous avions vécu depuis une semaine et le sens même de ce pélmérinageà Chartres nous a sauté à la figure comme une vérité profonde et pourtant quotidienne devant laque nous restons trop souvent aveugle.

Je n'ai jamais oublié de mendiant qui mieux que nos aumôniers avait réussi à nous rendre vivant Jésus au cœur de cette table qui pourtant le cachait comme un personnage gênant alors qu'il donnait sens à tous ce que nous avions vécu.

(Yvan Balchoy)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article