Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JACQUES ALLARD

 
Sur les trottoirs mouillés de larmes et de pluie,
Les fleurs ont des regrets éclaboussés de sang
Et la flamme hésitante, éclose à la bougie,
N’a que son désarroi pour évoquer l’absent.
 
Le rire s’est éteint au souffle de la mort,
Emporté par l’assaut de la rafale lâche
D’un bourreau dont la haine ignore le remords
Et repaît sa folie des destins qu’elle arrache.
 
Ceux-là n’avaient rien fait qui vaille un vrai reproche
Ils étaient entre amis pour partager l’instant ;
Mais la dernière bise à la joue de leurs proches
Devint soudain l’adieu que l’on redoute tant.
 
Inutiles chagrins, qui êtes les plus lourds,
Vous serez le ferment d’un monde de sagesse
Où l’odieux complot pour détruire l’amour
Se noiera dans les flots purs de votre tendresse.
 
(à l'occasion de l'ouverture du procès dit ''des attentats de Paris'')
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article