Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

 

Hier soir, abordant la station de Métro Montgomery, j’ai remarqué tout près de son entrée une camionnette de police ainsi qu’une autre de pompiers.

Dès la descente du premier escalator, arrivant au couloir principal quelle ne fut pas stupéfaction et mon malaise en découvrant un spectacle dont la violence m’effraya d’abord.

En fait au milieu de dix- douze policiers accompagnés de quelques pompiers une femme enchaînée les mains derrière le dos, l’air fort apeurée et surtout manifestement souffrant de l’étroitesse des menottes était emmenée a forte allure, traînée même vers la sortie en pleurant de douleur.

Je peux comprendre les menottes et la nécessité de garder prisonnière une personne qui, manifestement avait commis quelque méfait. 

 

Ce n’est pas la première fois cependant  que m’étonne ou me navre la façon dont opèrent les policiers  en particulier  dits des « chemins de fer » parfois cinq ou six pour expulser de la gare en hiver un pauvre bougre sans papier par moins -5 °.

Je ne sais pas le « crime » qu’avait commis cette femme malmenée par les deux personnes qui la poussaient vers la sortie.

 J’espère que ce déploiement de forces n’était pas dû à un manque de papier ou de ticket, c’eut été vraiment excessif  même d’ailleurs  si cette femme avait par exemple tenté de pousser un autre voyageur sur les voies, ce qui hélas arrive parfois et justifierait le nombre de fonctionnaires de police et de pompiers sur place.

En tout cas, je ne comprends pas l’autre violence, celle de l’autorité publique, ne se contentant pas de conduire en lieu sûr cette contrevenante à l’ordre public mais alors qu’ils étaient si nombreux  à la garder elle toute seule,  procédant à un menottage manifestement trop serré d’autant plus que les deux personnes qui l’encadraient la tiraient violemment  en lui faisant manifestement très mal.

 

Oui, j’admets que cette femme n’a sans doute pas été arrêtée pour des vétilles mais est-ce impensable de penser qu’à la violence de son acte -ne devrait pas suivre une autre violence aussi détestable et un peu lâche selon moi, celle de l’autorité publique.

 

Il n’est pas nécessaire de faire souffrir une prisonnière seule pour l’accompagner par une telle bande qui affichait une mine fière en malmenant,  si nombreux,  une femme désarmée.

Oui, la police a le droit et même le devoir d’assurer la sécurité et la paix publique mais elle n’a pas à répondre à une violence illégitime par une autre violence officielle qui, selon moi, délégitime quelque peu son action.

J’aurais aimé photographier cette arrestation spectaculaire au point que ma première impression en la voyant fut de me rappeler un tableau célèbre de l’arrestation du Christ. Cers ce n’est sûrement pas le cas mais certaines violences légitimes initialement peuvent devenir équivoques quand elles flirtent avec la lâcheté et le manque de respect dû à toute personne humaine immobilisée et désarmée.

 

Je pense que la Police sera d’autant plus respectée par la population qu’elle respectera les valeurs qui font l’honneur de notre société comme le refus de toute violence inutile et le respect dû à toute personne même  en état d’arrestation.

 

Yvan Balchoy

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article