Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

LCI

JUSTICE - Après la colère des avocats des parties civiles, celle de la défense. Dans l'affaire des policiers brûlés à Viry Chatillon, les avocats des jeunes condamnés ont dénoncé des faux PV menés dans l'enquête judiciaire. Une plainte pour faux en écriture publique, par personne dépositaire de l'ordre publique va être déposée.
La rédaction de LCI - Publié aujourd’hui à 09h20
Dans la nuit de samedi à dimanche 18 avril et après plus d'un mois de procès à huis clos, la cour d'assises des mineurs de Paris a condamné cinq des treize jeunes jugés en appel à de la prison pour l'attaque au cocktail Molotov de policiers à Viry-Châtillon en 2016. Les condamnés ont été reconnus coupables de tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Trois d'entre eux ont été condamnés à 18 ans de prison, un à huit ans de prison et le dernier à six ans. Ils encouraient la réclusion criminelle à perpétuité. Les huit autres accusés ont été acquittés.

Une décision qui a déclenché l'ire des parties civiles dénonçant "un naufrage judiciaire", et un verdict "qui ne tirait pas les conclusions" de la "gravité du crime" commis sur des policiers. La défense pointe aujourd'hui des dysfonctionnements lors de l'enquête policière et dénonce des méthodes d'investigation pour "trouver des coupables à tout prix." 

 


Je n'accepterai pas que cette affaire devienne le procès de la police
- Frédéric Veaux, le directeur général de la police nationale
PV falsifiés et propos tronqués ?
Selon, les avocats des jeunes mis en cause, des procès verbaux de garde à vue ont été falsifiés et des propos entiers de prévenus auraient été tronqués. Avocate d'un jeune acquitté, Maitre Sarah Mauger-Poliak, affirme que pour son client, seules "15 pages ont été retranscrites au magistrat" alors que le dossier faisait "plus de 245 pages, avec toutes ces protestations d'innocence qui ont disparu des procès verbaux de manière insensée."

"Autre fait gravissime", l'avocate dénonce également "les mises hors de cause catégorique d'autres personnes dont un qui va être acquitté et a disparu des procès verbaux." Une plainte pour faux en écriture publique, par personne dépositaire de l'ordre publique va être déposée.


LIRE AUSSI
Verdict de Viry-Châtillon : la procureure générale dénonce une "tentative de déstabilisation" de la justice
Policiers brûlés à Viry-Châtillon : Dupond-Moretti prend la défense de l'avocat général
Policiers brûlés à Viry-Châtillon : le verdict du tribunal provoque l'indignation des syndicats
Des accusations auxquelles le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, a répondu ce mercredi, affirmant son soutien aux fonctionnaires qui ont enquêté sur l'attaque de policiers à Viry-Châtillon en 2016. "Je les soutiens de toutes mes forces quoi qu'il arrive et quoi qu'on dise. Je les défends et je les défendrai."

Le directeur général de la police s'est aussi dit "un petit peu surpris" que des avocats fassent état de problèmes à "ce moment-là de la procédure". "S'il y avait des choses à découvrir, je m'étonne qu'on ne les découvre que maintenant", a-t-il affirmé avant de conclure : "Je n'accepterai pas que cette affaire devienne le procès de la police ou encore pire, le procès des policiers qui ont fait cette enquête."

La rédaction de LCI
AILLEURS SUR LE WEB
 

Pour que LCI, porte parole d'une droite liée comme cul et chemise à une répression la plus sévère possible, laisse parler cet avocat, il doit s'agir d'un gros poisson qui bien sûr n'enlève rien aux criminel qui ont attaqué lâchement deux policiers mais qui n'enlève rien non plus à d'autres policiers qui, par esprit de vengeance, ont laissé un adolescent de 15 ans en prison.

S'il est prouvé que cet avocat a raison et donc que ce jeune a été emprisonné injustement suite à des manipulations policières, outre  une contrepartie financière, à accorder à ce jeune et éventuellement à d'autres injustement emprisonnés aussi, je trouve qu'une peine égale au double de ce qu'a subi ce ou ces jeunes serait équitable. Si monsieur Frédéric Devaux, en tant que hiérarchie couvre ses faits, pourquoi n'est ce pas lui au lieu d'un de ses subalternes obéissants qui devrait être puni d'une peine conséquente d'emprisonnement. Bien entendu je ne puis réclamer cela n'étant en rien juge, rien qu'un des nombreux citoyens indignés de ce qu'on subi deux policiers qui ont fait correctement  leur métier mais indigné aussi qu'une personne assermentée puisse, comme une video en témoigne, laisser condamner sciemment un innocent. Un crimen'absoud pas un autre crime (YB)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article