Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Assassinat sioniste

Assassinat sioniste


A l’heure même où le sinistre politicien Netanyahou profite de la Journée du Souvenir des victimes du génocide nazi pour vanter ses propres mérites (champion du vaccin mais pas pour les Palestiniens, colonisation-annexion rampante, etc.), une étude vient à point nommé souligner le triste sort réservé par Israël à la majorité des rescapés encore vivants.

Israël et la Shoah : une vaste hypocrisie
Des survivants, lors d’une récente commémoration
Selon les statistiques officielles, le pays compte début 2021 quelque 175.000 personnes ayant le statut de « Survivant du Génocide » (« Holocaust Survivor »), applicable à tout individu juif s’étant trouvé, au cours de la Deuxième Guerre Mondiale, sur le sol de territoires occupés par l’Allemagne ou l’un de ses États alliés. 

C’est pourquoi cette catégorie englobe non seulement l’Europe occupée, mais également les colonies et protectorats français et italien du Maghreb (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc), où les juifs furent à des degrés divers persécutés entre 1940 et 1943, les assassinats sur place ou la déportation vers les camps de la mort européens y restant cependant exceptionnels. Les Israéliens juifs originaires de l’Irak -où un gouvernement sympathisant de l’Allemagne fut aux commandes pendant quelques semaines en 1941- sont également inclus dans le périmètre d’éligibilité au statut.

Pour quels avantages, autres que des paroles creuses de réconfort ? Une enquête publiée cette semaine dans le Haaretz montre que la majorité de ces 175.000 citoyens, dont le plus jeune a 75 ans puisque le judéocide  a cessé avec les capitulations allemande et japonaise en 1945,  survivent avec une aide publique d’à peine 85 € par mois ! 

Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, le système d’allocations étant fondé sur une variété de critères.

Une première catégorie de 54.000 citoyens, personnes arrivées en Israël avant 1953 après avoir survécu aux ghettos ou aux camps nazis pendant la guerre, peut prétendre à une allocation mensuelle comprise entre 2.435 et 6.160 shekels (de 620 à 1.580 €), en fonction de leur état de santé et de handicaps (l’âge moyen de ces survivants dépassant maintenant les 85 ans). Plusieurs milliers de ces derniers ont même droit à une sur-allocation, leur permettant de toucher jusqu’à 2.900 € mensuellement.

La seconde catégorie est forte de 127.000 personnes, dont 59.000 ayant vécu au Maghreb (et en Irak) pendant l’Holocauste, et 61.000 autres arrivées après 1953, principalement de l’ex-Union soviétique. Ces gens-là n’ont droit qu’à 333 shekels (85 €) par mois. Souvent arrivés (voire transférés) en Israël à un âge relativement avancé, ils touchent rarement une retraite, et il n’est donc pas surprenant que 70% d’entre eux se situent sous le seuil de pauvreté. 

Un projet du ministère des Affaires sociales visant à octroyer une allocation supplémentaire de 1.000 shekels (260 €) a avorté en novembre dernier. « On n’a pas le budget ! », a tranché Netanyahou, en même temps qu’il commandait pour des milliards d’avions de combat et autres engins de mort. Tout un programme, en effet.

Source : https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-175-000-holocaust-survivors-live-in-israel-most-live-on-101-a-month-in-stipends-1.9694254

ttps://europalestine.com/2021/04/10/israel-et-la-shoah-une-vaste-hypocrisie/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article