Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Quant les humoristes Algériens utilisent leur liberté d'expression !

Quant les humoristes Algériens utilisent leur liberté d'expression !

En pleine crise, comment des députés justifient l'augmentation de leur dotation matérielle
Le plafond de la dotation matérielle accordée aux députés passe de 18 950 à près de 21 800 euros, soit une hausse de 15%. Certains élus regrettent un mauvais timing.
L'hémicyle de l'Assemblée nationale à Paris, le 6 octobre 2020
 

afp.com/Christophe ARCHAMBAULT

David Pauget
publié le 03/02/2021 à 19:10

Pouvait-on faire pire timing ? En pleine période de pandémie, les députés vont pouvoir disposer de plus de moyens. Le plafond de la dotation matérielle accordée aux députés passe en effet de 18 950 à près de 21 800 euros, soit une hausse de 15%. Une annonce qui ne passe pas auprès de certains. L'intersyndicale des collaborateurs parlementaires a notamment fait part ce mercredi de son "incompréhension" 

"L'humain doit passer avant le matériel", insiste-t-elle dans un communiqué. Cette décision "contredit totalement les arguments d'économies budgétaires invoquées lors des négociations collectives afin d'améliorer les conditions de travail des collaborateurs et des collaboratrices parlementaires", souligne-t-elle. D'autres ne voient que de la démagogie derrière cette polémique.  


Hausse des dépenses avec la crise
Cette décision vient des questeurs de l'institution - trois députés, Éric Ciotti (LR), Laurianne Rossi (LREM) et Florian Bachelier (LREM) - chargés des services financiers et administratifs de l'Assemblée. Seule Laurianne Rossi était contre, voyant-là un "timing inapproprié" selon Le Monde. Mais étant en minorité, cette décision a été validée par les deux autres questeurs.  

Ces derniers assument. Florian Bachelier a souligné dans un document de synthèse, consulté par l'AFP, que "la crise pandémique a engendré une forte diminution des déplacements et des réunions publiques" et "nous avons fait le choix, pour maintenir et renforcer le lien entre les élus et les citoyens, d'organiser au mieux le télétravail des équipes et d'augmenter le nombre de correspondances papier ou numérique à destination de nos compatriotes". 


Et alors que trois députées LREM du Var ont protesté dans Var-Matin, Eric Ciotti a qualifié cette polémique comme étant "démagogique". "Avec la crise et le télétravail, de nombreux députés ont vu leurs dépenses d'informatique et d'affranchissement augmenter", a déclaré l'élu auprès de Nice Matin. 

"C'est pour cela que nous avons choisi de rehausser leur forfait maximal potentiel de 237 euros par mois, grâce à d'importantes économies de gestion qui ont été faites par ailleurs. Les députés doivent disposer des outils pour bien travailler. Il ne s'agit en aucun cas d'une rémunération", a-t-il souligné.  

Ne pas "crier avec les loups"


Le député (Les Républicains, LR) des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, est visé par une enquête du parquet de Nice pour « détournement de fonds publics », à la suite du signalement déposé par la branche locale de l’association Anticor, en septembre 2019. Elle devra déterminer si l’élu a utilisé indûment des moyens du conseil départemental.

La situation que dénonce l’association anticorruption aurait commencé en 2017. Afin de se mettre en conformité avec la loi sur le non-cumul des mandats des parlementaires, Eric Ciotti avait démissionné de son mandat de président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, le 1er septembre 2017. Or, depuis cette date, il continuerait de bénéficier, « de manière possiblement illégale », « de moyens humains et matériels » dudit conseil. « Des faits qui pourraient être constitutifs d’un détournement de fonds publics », estime Jean-Valéry Desens, référent local d’Anticor. Le parquet de Nice, contacté par Le Monde, confirme l’ouverture d’une enquête à la lumière des éléments fournis, mais précise que cela a été fait il y a presque un an, en décembre 2019.

Lire aussi  Eric Ciotti va déposer une proposition de loi pour supprimer le Parquet national financier
Eric Ciotti, qui dit avoir appris l’ouverture de cette enquête « lundi, sur les réseaux sociaux », assure être « complètement serein » face à cette procédure, jugeant que les moyens dont il dispose sont « conformes à la loi » puisqu’il a troqué son poste de président pour d’autres responsabilités au sein du conseil départemental, où il préside désormais le groupe majoritaire LR, ainsi que la commission des finances.


Dans les faits, la grande majorité des députés n'utilisent pas la totalité de leur dotation. En 2019, seuls 39 d'entre eux, sur 577, l'ont fait, selon nos confrères de Capital. "Nous avons augmenté le plafond, ce qui n'implique pas que les dépenses réelles l'atteignent forcément", déclare ainsi Eric Ciotti.  

D'après LCP, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (!!) a également apporté son soutien et tenté de mettre fin à la polémique. Il a appelé ses collègues à ne pas "céder à la démagogie" et à éviter de "crier avec les loups", et a souligné que les députés n'étaient pas obligés d'utiliser cet argent supplémentaire.  


Le patron des députés LREM Christophe Castaner s'est également dit "solidaire de cette décision" : "vous avez une cinquantaine de députés qui, du fait du confinement, ont multiplié les envois (postaux) pour garder le lien avec leurs circonscriptions" et "ont dépassé cette enveloppe", a-t-il expliqué sur BFMTV-RMC. Ce n'est pas une augmentation du "salaire des députés", a-t-il souligné. 

Christophe Castaner a aussi mis en avant les "54 millions d'euros" d'économies faits par les députés marcheurs, depuis le début de la mandature. En clair : cette hausse de la dotation accordée aux députés ne coûtera pas de l'argent au contribuable.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/le-député-eric-ciotti-visé-par-une  

 

NOTE d'Yvan Balchoy

Publier un article qui me semble juste d'un mouvement avec lequel  j'ai de nombreux points de désaccord, est-ce justifié ? Je le pense. Quand Resistance Républicaine défend la place des femmes partout dans la République même dans cette banlieue qui voudrait les exclure des cafés et presque de certaines rues pour cause de soumission à une fossilisation non tant d'une religion que de ses travers sociologiques désuets. Oui sur ce point et celui de mon article du jour je partage l'indignation de Résistance Républicaine. Mais quand ce mouvement, rejetant l'enfant avec l'eau du bain généralise les tares d'un certain nombre de caïds musulmans pour s'en prendre à l'Islam comme tel, je refuse cette forme de racisme affirmee hélas au nom même des idéaux de la République. De même la laïcité à outrance qui voudrait ramener les religions à des visions d'un passé dépassé,  à une sorte de musée respectable certes pourrvu qu'il dorme, non ce ne sera jamais ma tasse de thé.

Cela dit, l'indignation face à Eric Cciotti si prompt à condamner du haut de sa fausse grandeur tous ceuxc qui à juste titre se révoiltent contre les privilèges  de la noblesse  réincentés par nos démocraties quelque peu  faisandées à cause de gens comme  lui, je la partage sans pour autant avaliser dans tous ses combats Résistance Républicaine.

Yvan Balchoy
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article