Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Alexander De Croo

Alexander De Croo

 

 

 

Dans sa présentation sur Internel, il est cité d'abord comme "homme d'affaires" ce qui ne m'étonne guère. Fils d'Herman De Croo,  belge et  flamand  d'une région presque bilingue  mais parlant  et écrivant le français mieux que moi, élégant et anticlérical à la mode de Mr Homais, cet homme  fait honneur à une Flandre ouverte, même si, bien entendu, je ne partage pas son libéralisme.

 

Le Fils cultive soigneusement tout ce qui peut le séparer de son père; quand il parle français ses "RRR" roulés à la flamande montrent sans équivoque son caractère linguistique.

 

Libéral comme son père certes, mais d'une façon moins conviviale, plus sectaire il représente pour moi une personnalité inquiétante de la Flandre d'aujourd'hui.

 

C'est lui, sans vraie expérience politique, mais décide à se démarquer des mous de son parti,  qui a plongé mon pays dans cette crise interminable qui a permis à un parti fascisant, la N.VA de prendre un ascendant dangereux en Flandre. Alexandre  fut loin d'être un pacificateur, tout au long de ces interminables mois où nous sommes, encore aujourd'hui sans gouvernement.

 

Quand enfin un accord difficile se noua entre le nord, le sud du pays et Bruxelles, soucieux de faire peser au maximum le nouveau gouvernement vers la droite et  le libéralisme qui nous détruit tous depuis des décennies, (*) il opéra une opération de chantage scandaleuse pour éliminer les écolos, surtout Groen parti qui au moins offre une perspective nouvelle à à notre temps. Et, avec  la complicité de l'ex parti catholique plus invertébré que jamais, il réussit. 

 

Nous verrons bientôt le désastre pour les pauvres gens que  représente cette coalition qui malgré l'importance des socialistes wallons risque bien d'être de centre droit.  D'ailleurs, si la Flandre accepte un wallon socialiste par surcroît, Di Rupo, elle lui fera payer cher, sans nul doute, cette concession de façade.

 

Malheur aux chômeurs, au retraités,  aux économiquement faibles  et bonheur aux riches entrepreneurs ou rentiers car les gens qui ont de l'argent n'ont pas trop à s'en faire avec un gouvernement dont les forces vives sont tant à droite.

 

Alexandre De Croo, qui n'arrive pas aux chevilles de son père, a bien l'intention avec son ami Charles, autre fils de ...., qui n'a pas perdu sans raison l'appui du FDF à Bruxelles et son pseudo ennemi économique Bart, de continuer à insuffler à notre pays ce remède  financier qui l'empoisonne depuis tant d'années.

 

 

Je souhaite vivement son échec personnel politique ;  qu'il retourne comme son homologue libéral francophone aux "affaires " et qu'ainsi soit  plus possible cette société où les gens passent avant le profit. que préconise à juste titre le PVDA-PTB.

 

 

Il serait souhaitable que  la législation en Belgique, sans interdire à un fils de... ou une fille de... de faire de la politique comme son père ou sa mère marque plus de barrières pour qu'on ne voit plus en même temps enfants et parents exercer de hautes fonctions politiques grâce certes à l'argent si généreux pour nos élus et au choix non démocratique des candidats des partis dans  notre système bien plus particratie que démocratie.C'est une forme de cumul des mandats qui me semble la plus antidémocratique.

 

(A quand de vraies primaires chez nous !)

 

J'espère bientôt vous dire "Varwel", Monsieur De Croo, bien des conseils d'administrations seront heureux de vous accueillir et, pour ma part, je dirai un grand OUF quand vous nous ferez le plaisir de renoncer à votre combat politique pour une cause si injuste  et si rétrograde.

 

NOTE D'YVAN BALCHOY

Manifestement, mon désir de 2011 ne se réalise pas. Monsieur De Croo a mis depuis lors beaucoup d'eau dans son venin. Est-ce une sincère conversion à la Belgitude, je n'en sais rien, mais je reste plus que corconspect vis à vis de ce pur libéral et disciple d'une partie de la  Flandre qui reste sectaire, il est le signe de notre fausse démocratie presqu'aussi héréditaire que l'ancien régime.

 

 

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article