Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

Selon l'enseignement de l'Islam, la vie humain est tellement précieuse que tuer une personne humaine, c'est s'en prendre à toute l'humanité.

Monsieur Paty a suivi les directives, par trop dirigistes d'un gouvernement, à mon gré,  qui identifient l'attachement à la liberté d'expression et les  caricatures d'un journal humoristique souvent , parfois  grossier  même si je rejette avec horreurs les spadassins qui, se croyant musulmans,i ont assassiné plusieurs de ces dessinateurs talentueux et courageux.

Musulman ou non je n'apprécie pas le grossier de deux des caricatures présentées avec réserver par ce professeur.

Vous m'opposerez le nouveau dogme d"'EN MARCHE" proclamé par Monsieur Macron, le droit au BLASPHEME qui permet, presque sans nuance, de jeter dans le ridicule et  l'humiliation toute croyance.

J'ai même entendu sur Europe 1, je crois, un auditeur affirmer le nouveau SACRE des caricatures. En parlant  je trouve,qu' il justifie malgré lui le "blasphème" contre certaines de ces caricatures.

Dans le cadre scolaire de son établissement, monsieur Patty, persuadé d'être  missionné par le gouvernement légitime de la France, a été courageux certes d'affronter le courroux de certains de ses élèves et surtout de leurs parents . A sa place, je n'aurais peut-être pas renoncé aux caricatures mais j'aurais eu soin de les choisir différentes et multi-cibles.

Ce  bon professeur, qui avait l'estime de ses élèves n'a peut-être commis qu'une erreur d'appréciation qui aurait été vite oubliée  sans l'intrusion, d'adultes fanatiques qui ont voulu se venger de lui en rendant public des faits qui au mieux risquaient de nuire à sa carrière  mais au pire, pire qui eut lieu, à le faire assassiner par un jeune "fou de dieu", aliéné par des personnes aussi fanatiques que  perverses pour croire que l'assassinat d'un homme pouvait réjouir un dieu qui, par le fait même n'était plus qu'une infâme  caricature.

Cette nuit, dans mon sommeil, j'ai repensé au magnifique témoignage de Roger Garaudy sur sa vision personnelle de Celui qu'il appelle très librement l'Homme de Nazareth et auquel, malgré toutes mes faiblesses, je confie le sens de ma vie.

Oui, comme lui,  calomnié par des politiciens ou pseudo-philosophes qui ne lui ont pas pardonné, son attachement à la juste cause des Palestiniens je crois que l’évangile nous révèle que "Chacun de nous peut à chaque instant commencer un nouvel avenir" ce qui est tout le contraire du la fatalité chère à tant  de "sages" de l'Antiquité.

Tout qui sans menace contre lui ou quelques innocents,  tue, même avec l'approbation de la législation  de son pays ou une soit-disant et fausse autorisation  d'en Haut est un meurtrier qui ne pourra retrouver la communion avec ses frères humains qu'en subissant et en acceptant une peine à la hauteur de son acte inique. (Dostoïevski l'a bien exprimé dans son excellent roman : "Crime et Châtiment".)

Je regrette que le procès du jeune Tchétchénie  ait été rendu impossible, sans doute pour de bonnes raisons, mais je n'admets pas que le pouvoir en place en France et hier monsieur Val, ancien directeur de Charlie Hebdo sans oublier le triste sire Finkielkraut prophète de malheur comme le professeur de l'observatoire de "l’étoile Mystérieuse" de Hervé, en profitent pour attaquer un peuple dépouillé de sa propre terre, de milliers de ses vies et traité chez lui aussi mal que l'étaient les noirs de l'ancienne Afrique du Sud.

Oui, Monsieur Val, je suis antisioniste convaincu et pourtant je hais l'antisémitisme autant que vous  parce que tant de fils de Moïse, même en Israël, continuent à réclamer encorde aujourd'hui  à la Sionie raciste et apartheidiste de partager avec les Palestiniens la Terre Sainte.

Monsieur Macron, il est temps pour vous de prouver votre attachement à la justice en rendant  la liberté à Georges Ibrahim Abdallah un Palestinien résistant, comme nos maquisards hier.

Aux yeux de l'Homme de Nazareth, le  courageux professeur Samuel Paty et celui qui résista, les armes à la main à une occupation injuste sont de vrais frères en Justice et il n'est plus question ici de caricature mais de VERITE.

Yvan Balchoy

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article