Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 
DEUXIEME POEME SUR LE CAFE DE VIEU ( (PAUL ARRIGHI)

Ô café de Vieu

Tilleuls et marronniers

Aux ombrages si frais

Apaisant les cieux lourds

Et les chaleurs de plomb.

-

Un chat à la queue courbe

Vient chercher les caresses

Que de femmes distraites

Par des hommes ombrageux,

Distraitement lui donnent

-

Un temps de langueur

Violone tes douceurs

Et la « Serena » fraiche

Fait plus que rafraîchir

Notre quête de soif et d’été parfumé

-

O café de Vieu

Tu sais nous préserver

Des vains emballements,

Des fureurs dérisoires

Propres à nous gâcher

Le songe de nos vies.

-

PAUL ARRIGHI « Fulgurance des Êtres, des Lieux et des Mots, page 68

Edition Paull Daubin Textes et Poésies.

-

Depuis plusieurs jours et un rêve déterminé mon esprit reste scotché sur l’admirable « La vida es sueño" de Pedro Calderon de la Barca

.Ce matin ouvrant le « fulgurant » recueil de textes et poésies de Paul Arrighi où je retrouve souvent la beauté incomparable de la Corse, je suis tombé sur ce deuxième poème sur le café de Viau qui, magiquement, par son derniers vers, m’a transporté corps et âme au cœur de l’île de Beauté.

Merci Paul…

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article