Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Ce Titre sera ma première réaction devant une exécution fanatique donc fasciste d'un enseignant suite  à la manière dont il a appliqué une mesure du Ministère de l'Education nationale. Pour faire comprendre à ses élèves que dans la France d'aujourd'hui s'il n'était pas permis de se moquer des croyants ou non croyants, on pouvait critique, même avec humour via une caricature, une conviction, une religion, il a donc présenté à certains de ses élèves consentants quelques caricatures du prophète Mahomet.

Ceux qui défendent le professeur pour son choix pédagogiqiue ont pris grand soin de ne pas publier in extenso une au moins de ces dessins représentant le prophète nu dans une position dégradante.

Il savent bien que'une telle illustration porterait tort à leur cause sans aucunement bien sûr expliquer et encore moins justifier l'assassinat barbare et impie de ce professeur.

Je ne souhaite pas que demain d'autres professeurs désirant justement célébrer la liberté d'expression française, qui est un bien, utilisent des moyens pédagogiques identiques à ceux de Samuel Paty.

Il pouvait  et sans doute devait certes parler de ces caricatures, légitimes en un journal qui serait aussi humoriste à parler  autant des travers des religions juives, chrétiennes ou même de certaines conviction laïque devenues intolérantes.

A mon avis, il aurait pu choisir d'autres images où l'humour aurait surpassé le sentiment d'agression que pouvait ressentir un fidèle face à l'obcène du dessin.

Je ne suis pas à la place de ce professeur dans son école située manifestement dans un milieu qui aurait du être  idéalement oecuménique et sans doute ne l'était pas. Je suis convaincu qu'il fut un excellent professeur et  si je n'aurais pas présenté cette caricature, je ne peux que condamner fermement la crime  atroce de ce jeune homme qui, croyant idiotement faire plaisir à son dieu l'a assassiné.

Paix à l'âme de Samuel Paty et n'oublions pas que le laÏcisme n'est pas nécessairement un combat et qu'il  s'apparent également  à la tolérance qui reste la clef supême de concorde entre des hommes et des femmes ayant des convictions différentes mais voulant vivre ensemble dans un même pays.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article