Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

16-10-20- PLUS QUE DEUX JOURS POUR REFLECHIR AVEC FEDOR DOSTOÏEVSKI GRACE A SYLVAIN CREUZEVAULT SUR LE DEFI QU'YVAN KARAMAZON, PORTE-PAROLE POSSIBLE DE MARX ET CAMUS POSE A L'HOMME DE NAZARETH CHANTRE DE LA LIBERTE HUMAINE. (LE MONDE)

 

 

Sylvain Creuzevault met sur scène à l'odéon « LES FRERES KARAMAZOV » de Dostoïevski sous deux versions, une qui perdure jusque novembre consacré au roman, l'autre qui malheureusement s'arrête le 18 octobre, consacrée à la Légende du Grand Inquisiteur et donc au dilemme de la liberté humaine..

Le metteur en scène pose ainsi la question de la liberté dans les champs religieux et politique d'hier à aujourd'hui, de Karl Marx à Donald Trumpn en passant par Heiner Müller.

Rappelons avec Sylvain Creuzevault l'histoire d ela Légende racontée par Yvan Karamazov, intellectuel « matérialiste »? et Aliocha qui a choisi la voie monastique.

 

Yvan raconte à Aliocha l'histoire qu'il a imaginée. Jésus revient sur terre a Séville au XVI°siècle. Il ne s'annonce pas, mais ses miracles le font aussitôt arrêter par le Grand Inquisiteur, qui le rejoint dans sa geôle, la veille de son exécution: Tu as offert la liberté aux hommes, mais il n'en veulent pas, elle est trop dure à porter, ils préfèrent l'aliénation» offerte par le diable sous les symboles du pain du mystère et de l'autorité qui leur semblent plus efficaces.

Oui, par la Légende, Dostoïevski pose le choix entre « non le socialisme» mais un certain socialisme et «non le Christianisme authentique» mais sa caricature espagnole et romaine ce qui, manifestement nous projette dans l'opium du peuple de Marx.

Le problème posé par le génial romancier russe est reste sans doute la question la plus capitale et dramatique aujourd'hui encore. Dommage que nous n'ayons plus que deux jours pour aller nous inquiéter avec Yvan et Aliocha de ce cadeau si lourd à porter qu'est la liberté, tellement pesant même que beaucoup préfèrent l'abandonner à de faux prophètes aliénateurs.

S'il vous est possible d'ici le 18 octobre, allez voir à l'Odéon le spectacle proposé par Sylvain Creuzevault et sûrement aussi «Les Frères Karamzov» qui sont le roman de la Foi et de la «Non foi», écrit peut-être pour enchâsser la Légende et nous rappeler que la liberté, fardeau en même temps que cadeau, est la dignité suprême de l'HOMME 

 

LE MONDE du 13 octobre, page 26

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article