Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

Ce matin, ne pouvant dormir, je me suis levé vers cinq heures du matin ; ce réveil anticipé m'a permis de suivre à la télévision un reportage saisissant sur la peine de mort aux USA qui m'a fait pensé à tous les pays où elle existe encore.

J'y ai bien sûr trouvé ce que tous et chacun sait déjà,  s'il est sensible à l'objectivité des faits. Aux Etats-Unis plus de 40 % des condamnés à mort sont des noirs et plus de 50 % des condamnés proviennent des minorités non blanches. Cette distorsion par rapport à la démographie n'est pas normale.

Cette première anomalie tient  en partie son origine, dans la sauvagerie de l'inculture du Far-west et les crimes du KU-KLUX KLAN dans le sud qui s'est en quelque sorte maintenue sous une forme certes atténuée dans les USA d'aujourd'hui, même si le Président actuel est issu de ces minorités brimées si souvent.

Deuxième constatation de l'émission :  l'insuffisance des critères de justice dans les condamnations qui ont provoqué de nombreuses erreurs judiciaires parmi ceux qui ont vécu dans le couloir de la mort.  Certains ont eu la chance d'être reconnus innocents avant leur exécution. D'autres hélas n'ont été reconnus comme tels qu'après leur supplice.

Devant ces scandales, il n'y a qu'une solution: supprimer cette peine qui témoigne de la persistance de la mentalité de la barbarie antique en matière de justice  au début du XXIème siècle.

Certes il faut punir les crimes en fonction de leur gravité mais la seule façon d'échapper à coup sûr à l'erreur judiciaire est de remplacer la peine de mort par des peines parfois très longues de réhabilitation ou de  réparation où la victime dans la mesure du possible bénéficie parfois du travail du coupable.

Je tiens à réaffirmer ma conviction ferme que toute peine de mort en dehors de la légitime défense immédiate est un assassinat  avec préméditation particulièrement lâche puisqi'il  met fin à une vie humaine sans défense.  Je considère que tous ceux qui concourent à l'exécution d'une peine de mort depuis le législateur qui l'approuve, jusqu'au juge qui la commande et bien entendu les bourreaux qui l'éxécutent, sont tous des assassins légaux peut-être mais illégitimes car nul n'est obligé ni même autorisé à obéir ni à suivre une loi inhumaine.

Je terminerai donc cet article née d'une petite insomnie en réclammant la peine de mort  seulement pour ce lâche assassinat qu'est toute forme d'exécution capitale.




Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article