Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

MICHEL ONFRAY

MICHEL ONFRAY

QUAND MICHEL ONDRAY DIT N’IMPORTE QUOI A PROPOS DU CHRIST

Si j’ai écrit récemment un livre intitulé « Monsieur Onfray au Pay des
Mythes : réponses sur Jésus et le christianisme », c’est parce que les Éditions Salvator me l’ont commandé. Une maison d’édition a des représentants qui
connaissent les libraires, et les libraires sont au contact du public.
Les questions posées par les gens sur la possibilité d’une réponse à
Décadence de Michel Onfray sont ainsi remontées chez Salvator, et Salvator m’a appelé, puisque je suis historien du christianisme antique, à relever le défi.
 Quand j’ai lu Décadence, je n’en croyais pas mes yeux. Comme je suis
très loin de sous-estimer Michel Onfray, j’ai été stupéfait qu’un auteur talentueux puisse dire tant de bêtises sur Jésus, sur saint Paul, sur
les chrétiens des premiers siècles. Alors je lui ai répondu point par point, patiemment, dans les sept chapitres de mon ouvrage.
 Non, Jésus n’est pas un mythe. Aucun historien digne de ce nom
ne doute aujourd’hui de son existence. Non, saint Paul n’a jamais usé de violence contre les païens ni contre les juifs. Non, l’antisémitisme des nazis ne découle pas du christianisme. Non, les Pères de l’Église,ces penseurs chrétiens des premiers siècles, ne manquent pas de valeur intellectuelle. Non, le péché originel ne consiste pas en une affaire de sexe.
Non, le christianisme n’est pas une école de violence. Et il n’est pas non plus une machine à prendre le pouvoir.
 Tels sont les thèmes que je traite dans mon livre.
 Jean-Marie SALAMITO

Professeur à l’université Paris-Sorbonne
https://ndp92.fr/wp-content/uploads/2017/11/2017-869.pdf

Je vous conseille de lire l’ouvrage de Jean-Marie Salamito ou à tout le moins son résumé sous l’adresse suivante.

http://www.lavie.fr/debats/idees/jean-marie-salamito-recadre-michel-onfray-22-05-2017-82290_679.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article