Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

30-06-20- MARX, LE CAPITAL ET L'HOMME MARCHANDISE - LE GRAND SOIR

 

Bruno GUIGUE
Ce que Marx a mis au jour dans le Capital, c’est ce qu’on pourrait appeler la consubstantialité du capitalisme et de l’esclavage ; derrière la diversité de ses formes, il a perçu la profonde unité de la servitude moderne ; il a vu, dans « l’esclavage direct » des Noirs, la vérité de « l’esclavage indirect » des prolétaires européens ; loin d’ériger l’opposition du travail libre et du travail servile en symbole de la modernité, il y a décelé la manifestation de son hypocrisie, car l’hétérogénéité apparente des statuts ne l’a pas aveuglé sur les mécanismes mis en œuvre sous l’empire de la valeur d’échange ; il a vu en somme, dans l’intensification des rapports marchands, la véritable origine d’une emprise de l’homme sur l’homme qui ne connut ni les frontières ni la différence des temps ; ce faisant, il a bâti une théorie de l’esclavage dont la connaissance nous est précieuse, à l’heure où la mondialisation libérale enfante les formes contemporaines de la servitude ; et il a défait, du coup, les faux prestiges du postulat aujourd’hui dominant selon lequel la liberté ne fait qu’un avec le marché, anéantissant par anticipation la folle prétention du libéralisme contemporain à incarner l’ultima ratio de l’histoire.

Lorsqu’il se livre, dans Misère de la philosophie, à une sévère critique de la méthode proudhonienne, Marx prend un exemple destiné, à ses yeux, à illustrer l’absurdité d’une synthèse entre des notions contradictoires : cette opposition exemplaire, c’est celle de la liberté et de l’esclavage. Distinguant l’esclavage indirect, celui du prolétaire, de l’esclavage direct dont sont victimes les Noirs des colonies, il voit dans ce dernier « le pivot de notre industrialisme actuel », à l’égal des « machines » et du « crédit ». Sans esclavage, écrit-il, « vous n’avez pas de coton, sans coton vous n’avez pas d’industrie moderne. C’est l’esclavage qui a donné de la valeur aux colonies, ce sont les colonies qui ont créé le commerce du monde, c’est le commerce du monde qui est la condition nécessaire de la grande industrie mécanique. » (1) Quelle conception du phénomène esclavagiste, doit-on néanmoins se demander, sous-tend pareille formule ? Et qu’en est-il de la théorie de l’esclavage, au juste, chez l’auteur du Capital ? S’il est difficile de répondre à une telle question, c’est d’abord parce que le même mot renvoie à des réalités différentes. Le terme désigne tout aussi bien, chez le philosophe allemand, la servitude antique de type gréco-romain, l’esclavage moderne de type colonial, ou encore l’exploitation capitaliste contemporaine dans ce qu’elle a de plus odieux.

Sans doute ce dernier usage est-il largement métaphorique. Lorsque Marx évoque, par exemple, « l’esclavage des ouvriers de fabrique » dans l’Angleterre du XIXème siècle, il emploie une image destinée à illustrer la dureté de la condition ouvrière qui résulte de l’introduction du machinisme. (2) A propos du travail forcé des femmes et des enfants dans les cités manufacturières, c’est encore la même terminologie qui s’impose. « Jadis, l’ouvrier vendait sa propre force de travail dont il pouvait librement disposer, maintenant il vend femme et enfants ; il devient marchand d’esclaves. Et en fait, la demande du travail des enfants ressemble souvent, même pour la forme, à la demande d’esclaves nègres telle qu’on la rencontra dans les journaux américains ». (3) Assez fréquent dans l’œuvre maîtresse de Marx, cet usage du terme pour désigner les conditions d’asservissement qu’impose la grande industrie au prolétariat moderne a surtout une portée polémique : la servitude instaurée par le machinisme est d’autant plus infâme qu’elle paraît surgir, dans sa cruauté, d’un lointain âge des ténèbres. Si elle ne manque pas d’intérêt, la formule ne nous renseigne guère, toutefois, sur la conception marxienne de l’esclavage. Qu’en est-il, en particulier, de l’esclavage moderne auquel fait allusion le texte précité à propos des Etats-Unis ? Quelle place Marx accorde-t-il, dans l’analyse des formes successives de société, à ce qu’il est convenu d’appeler « l’économie de plantation » ? Quelle est la relation entre le développement du capitalisme en Occident qui s’amorce dès le XVIème siècle, et ce mode d’organisation économique implanté à sa périphérie coloniale ?

Vous pouvez lire l'article intégral sur le site du Grand Soir.

Ce matin Daniel Cohn-Bendit le rouge devenu bleu-vert se réjouit apparemment de l'essor des verts aux élections municipales françaises. Ce penseur qui tourne le dos résolument à ce qu'il fut à Paris en 1968 se réjouit d'une écologie qui n'a plus qu'a s'adapter au Grand Marché européen pour réussir. Manifestement il n'a rien compris à ce qui s'est passé dimanche en France. (Yvan Balchoy)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article