Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 14-05-20- SUR LCI PASCAL PERRI FAIT SEMBLANT DE DIALOGUER AVEC PHILIPPE MARTINEZ DE LA CGT, TÊTE NOIRE DE LA CHAÎNE "PATRONALE"

Le drame du Coronavirus est loin d'être terminé mais c'en est trop des limitations apportées à l'économie par le sinistre virus.  Ils ne supportent plus cette priorité accordée à la sauvegarde de la vie humaine sur celle de leur dieu "Marché"

Hier soir épisode révélateur de la soif de nouveaux profits qu'anime les économistes, j'ai envie de dire plutôt non certes journalistes mais propagandistes d'une Mondialisation qui remplit les poches des plus riches en vidant celles des millions de plus pauvres.

Il est de bon ton, des Echos au Figaro, de l'Opinion aux Valeurs actuelles de réclamer, après les deux ou trois mois d'inactivité forcée de l'économie, d'augmenter très sensiblement le temps de travail, d'abolir totalement les 35 heures en les portant à 39 h, pzarfois payées 37 pour ces requis de la finance.

Dans le petit temps que la chaîne capitaliste a bien voulu lui accorder, Philippe Martineza balayé de son bon sens les ambitions démesurées d'une droite qui voludrait gommer à toute allure les "pertes financières" récentes.

La réponse de Perri,  dont je resspecte la personne privée mais rejette le "voyou" social qu'il edst souivent dans ses commentaires et conseils économiques vus toujours du côté financier de la lorgnette.

Il croit ridiculiser le leader syndical en lui reprochant de considérer la richesse à partager d'un pays, comme un gâteau qu'il conviendrait de partager à davantage de convives pour faire baisser le chômage. Aux yeux de Perri, c'est clair, il ne sera possible de donner davantage aux masses laborieuses que lorsque ceux que Macron appelle les premier de cordées, je préférerais de dire souvent, les plus roublards socialement parlant, aient amassé dans leur poches de nouvelles fortunes qui finiront, croit-il, par dégouliner sur le dos des prolétaires.

L'histoire ne cesse de condamner cette vision injuste qui recouvre la vraie lutte des classes d'un man teai troué de solidarité illusoire. Monsieur Martinez a un cinq ou dix minutes pour défendre, vite fait bien fait son point de vue mais l'éditorialistes de LCI a eu la quasi totalité de l'émission pour y détailler son programme à la flois élitiste et égoïste.

Mais inutile de rêver, nous sommes toujolurds, même en pleine crise du Coronavirus,  inféects socialement du néo-libéralisme qui apartheidise nos société qui n'ont de libéral que le nom mais sont en réalité encore ce que Marx a si bien expliqué dans son Capital qui reste hélas d'actualité au temps de Perri et d'LCI.

 

Yvan Balchoy

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article