Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

27-06-20- LES MASQUES DE MONARQ I (INVESTIG'ACTION DE MICHEL COLLON)

Les masques de Monarc 1er
27 Mai 2020 BADIA BENJELLOUN


   
Quand la barbarie s’exerce au Yémen, en Palestine, au Mali, au Tchad ou en Côte d’Ivoire grâce à l’armement et au support de la France, elle est occultée et tolérable. Lorsqu’elle se rapproche de l’épicentre et qu’elle montre son visage hideux sous la forme d’assassinats prémédités de personnes en état de faiblesse, le seuil de la tolérance se trouve soudain abaissé.
Déni cauteleux
Il faut l’entendre s’essayer à zézayer que des masques nous n’en manquions point. 

Monarc 1er n’a eu de cesse sur un mode dénégatoire de revenir sur la pénurie criante et attestée de matériel basique qui eût pu dispenser d’une mesure archaïque, le confinement. Lui et ses communicants qui pas plus tard qu’hier affirmaient la complexité technique de filtrer par une bavette les flux respiratoires entrant et sortant s’en viennent sans gêne aucune à pérorer que oui que non, le pays n’en a pas manqué.

L’arrogance des fondés de pouvoir de quelques ploutocrates se mesure à ce qu’ils ignorent que leur public ne leur est plus acquis. Il reste imprégné d’une gravure mentale indélébile, les appels désespérés du personnel hospitalier et de tous les travailleurs ‘indispensables’ invoquant leurs besoins insatisfaits en protection.

Le dol n’est pas seulement l’outrage fait à l’intelligence de ceux qui n’sont rien.

Il recouvre plus que des blessures et des préjudices moraux, il s’agit de crimes, d’homicides dont les irresponsables politiques, dédaigneux de mesures stratégiques préventives élémentaires face à des épidémies que les virologues s’intéressant aux récentes maladies virales passées de l’animal à l’homme ont prédites, se sont rendus coupables.

Ce n’est donc que rajouter à l’ignominie un peu de vilenie cauteleuse.

 

Prescrire par décret
Le décret 2020-360 daté du 28 mars par son article 12-3 autorise dans son chapitre II la délivrance de la spécialité Rivotril® injectable dans le cadre de COVID-19 pour la prise en charge palliative de dyspnée et de détresse respiratoire.

Cette double infamie est inscrite dans les archives de la République française, elle est une preuve à charge contre l’exécutif. L’invention d’une bureaucratie parasite par la monarchie absolutiste au service d’une bourgeoisie montante a cela de bon, la mémoire de la République est consignée en partie dans le Journal Officiel. En effet, celui-ci commet d’abord un abus de pouvoir en commettant des prescriptions médicales par décret, l’exercice illégal de la médecine est une infraction que l’on peut qualifier de vénielle. Mais il fait plus, il détourne l’usage d’un antiépileptique pour faciliter l’entrée de sujets en difficulté respiratoire dans un coma qui va entraîner la mort en inhibant les réflexes respiratoires.

Il s’agit bien là d’une incitation au meurtre adressée au corps médical auquel est recommandé de ne pas transférer les personnes âgées en milieu hospitalier car l’accès en réanimation leur est interdit. La limite d’âge de cette euthanasie imposée administrativement a été déterminée de façon variable selon les moments et les régions en fonction de l’engorgement des services de réanimation. Le personnel de services de réanimation et des SAMU témoigne. Les personnes âgées se sont vues refuser leur acheminement depuis leur domicile ou leur EHPAD. Les patients ont été triés en fonction de critère d’âges ou de facteurs de risques pour l’admission en unité de soins intensifs.

Vous pourrez lire l'article intégral sur l'excellente site "INVESTIG'ACION" de Michel Collon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article