Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

19-05-20- FAUT-IL OU NON AUGMENTER LES IMPOTS DES PLUS RICHES POUR NE PAS ECRASER LA VIE SOCIALE DES PLUS PAUVRES ?

Cette après-midi, sur une chaîne  au profil social si injuste que je ne veux plus en faire aucune promotion,  deux journalistes Geoffroy Lejeune, porte-parole de la très injustes «Valeurs Actuelles» et Gérard Miller, psychanalyste qui ne cache pas sa préférence pour les valeurs solidaires de la gauche.
A propos d’une imposition plus sévère pour les plus riches, dans le contexte de la crise sanitaire et économique actuelle, Geoffroy Lejeune la récuse d’avance affirmant que cet augmentation de l’impôt ne rapporterait si peu à l’Etat tout en massacrant une fois de plus les classes moyennes, indissociables, semble-t-il a ses yeux avec les plus riches.  Vite dit, bien dit, pourrait-on penser mais cette fake news une fois de plus a pratiquement servi de conclusion à ce dilemme entre des personnes qui toutes gagnent très bien leur vie.

Je dis bien fake news. Rappelez-vous combien on nous dit souvent qu’un dixième des français possède près de 50 % de la richesse Nationale. Alors comment est-ce possible qu’on ne puisse ramener ces 50 % à, 30%, ce qui serait encore excessif et libérerait des milliards pour une répartition plus juste de la richesse de la France.
Regardez l’article qui suit, consacré à la répartition du patrimoine en France, et vous verrez pourquoi tout à la fois, avec un peu d’énergie et d’équité, il serait facile de réduire les inégalités scandaleuses qui opposent plus riches et moins riches en France


15 février 2017
Quelle est la répartition du patrimoine en France ?
Quelle est la répartition du patrimoine en France ?
Les données relatives à la répartition du patrimoine sont très imparfaites et parfois insuffisantes, en particulier lorsque l’on se focalise sur les décennies, voire les siècles passés. Ainsi, nous ne disposons de séries de données de long terme qui soient réellement fiables que pour une poignée du pays, en l’occurrence les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Suède, notamment grâce aux travaux de Tony Atkinson, Emmanuel Saez, Thomas Piketty ou encore Gabriel Zucman.

Bertrand Garbinti, Jonathan Goupille-Lebret et Thomas Piketty (2016b) ont récemment proposé des séries de données cohérentes et unifiées sur la répartition de la richesse en France entre 1800 et 2014. Pour cela, ils ont utilisé et combiné différentes sources, notamment des données fiscales, des registres testamentaires, des comptes nationaux et des enquêtes. Leur analyse confirme que la répartition du patrimoine est extrêmement inégalitaire (cf. graphique 1) Par exemple, en 2012, le patrimoine net par adulte s’élevait en moyenne à environ 200.000 euros. Les 50 % les plus modestes possédaient environ 5 % du patrimoine national ; leur patrimoine moyen s’élevait à 20.000 euros, c’est-à-dire était dix fois plus faible que le patrimoine moyen de l’ensemble des adultes. Les « classes moyennes », c’est-à-dire les personnes plus riches que les 50 % les plus modestes, moins aisées que les 10 % les plus riches, possédaient environ 40 % du patrimoine national ; leur patrimoine moyen s’élevait à environ 200.000 euros, c’est-à-dire était égal à la moyenne de l’ensemble des adultes. Enfin, le décile supérieur, c’est-à-dire les 10 % les plus riches, possédaient environ 55 % du patrimoine national ; leur patrimoine moyen s’élevait à environ 1,1 millions d’euros, c’est-à-dire représentait 5,5 fois le patrimoine moyen de l’ensemble des adultes.
http://www.blog-illusio.com/2017/02/quelle-est-la-repartition-du-patrimoine-en-france.html

http://www.blog-illusio.com/2017/02/quelle-est-la-repartition-du-patrimoine-en-france.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article